Conter la nature

En lien avec notre programme de Français (Mme Néau)  et le thème de l’environnement auquel Mongré est fortement attaché, nous avons eu l’occasion de rencontrer au CDI (le 05 Octobre 2009) une conteuse partisane du respect de la planète. Madame Resche-Rigon  est en effet non seulement une passionnée des contes mais aussi la directrice de la  FRAPNA* de Villeurbanne.

Après avoir rappelé quelques notions sur la nouvelle, la conteuse nous en raconté trois dans un silence de cathédrale. Tout le monde a été captivé.

A la fin des récits, nous avons pu échanger et débattre sur ce que nous avons entendu et compris ; essayer de trouver des significations, et les relations que l’on peut établir avec l’écologie. Conter la protection de l’environnement est une autre façon (moins courante que les conférences) de nous sensibiliser à ce sujet. Le conte touche à la fois la  raison mais aussi le domaine des sens et des émotions.

Puis, nous avons abordé le conte d’un point de vue plus scolaire : quelles sont ses caractéristiques ? Quelle est sa structure ? Quels sont les différents types de contes ?

La conteuse nous a accordé ensuite une dernière nouvelle et nous a proposé pour finir un exercice d’écriture.

Cette expérience fut à l’unanimité très intéressante pour notre classe.

* FRAPNA : Fédération Rhône-Alpes de la protection de la nature.

Etienne de Varax 2°4

Portrait d’éco-délégués dans le Patriote

Franck Chapolard, journaliste au Patriote Beaujolais, est venu interviewer trois élèves de terminale ES sur leur engagement en tant qu’éco-délégués.

cliquez pour agrandir

 

Cet article est paru le 12 novembre 2009 et nous a permis de nous faire connaître localement, notamment auprès de la mairie de Villefranche sur Saône.

Merci au Patriote Beaujolais et plus particulièrement à Franck Chapolard de son soutien !

Cécile Lecocq-Hubert

Séminaire des établissements éco-responsables

Le jeudi 26 novembre, nous sommes partis participer à un séminaire sur les lycées éco-responsables qui se déroulait au siège de la Région Rhône-Alpes, accompagnés de Mme Novalès.

Durant la matinée, nous avons assisté à une conférence avec différents interlocuteurs qui nous ont expliqué le principe d’un lycée éco-responsable. Ils nous ont présenté la charte des établissements écologiques dont voici les grandes lignes :

L’ÉTABLISSEMENT ECO-RESPONSABLE AIDE LES JEUNES A DEVENIR ÉCO-CITOYENS, EN :

  • Intégrant l’éco-responsabilité dans ses missions, son projet d’établissement et son fonctionnement quotidien;
  • adoptant une démarche de projet comprenant un diagnostic initial, l’élaboration d’objectifs et de plans annuels d’actions concrètes, ainsi que la mise en place d’outils d’évaluation des réalisations;
  • développant des actions concrètes, cohérentes et régulières dans au moins 3 thèmes différents sur 3 ans;
  • sensibilisant chaque année l’ensemble des nouveaux arrivants aux enjeux de l’éco-responsabilité.

L’ÉTABLISSEMENT ECO-RESPONSABLE S’ENGAGE A METTRE EN PLACE UNE GOUVERNANCE EFFICACE ET PARTICIPATIVE, EN :

  • Impliquant l’équipe de direction pour impulser et soutenir la démarche
  • nommant un référent dans l’établissement, disposant d’une disponibilité suffisante pour coordonner les actions et veiller à leur avancement;
  • constituant un comité de pilotage associant la communauté éducative et des élèves éco-délégués;
  • favorisant la formation des personnels à l’éco-responsabilité
  • Sensibilisant les familles à la démarche.

L’ÉTABLISSEMENT ECO-RESPONSABLE S’ENGAGE A COMMUNIQUER ET A PARTAGER SES EXPÉRIENCES, EN :

  • Organisant tous les ans un événement autour de la démarche, à destination de l’ensemble de la communauté éducative de l’établissement;
  • organisant une ou plusieurs journées de partage d’expériences ouvertes à d’autres établissements scolaires
  • alimentant régulièrement le site Internet des lycées éco-responsables;
  • utilisant les outils de communication mis à disposition par la Région et en respectant la charte graphique des lycées éco-responsables

L’ÉTABLISSEMENT ECO-RESPONSABLE S’ENGAGE A S’IMPLIQUER DANS LA DYNAMIQUE RÉGIONALE, EN:

  • Participant aux séminaires éco-responsables et autres événements régionaux;
  • répondant aux sollicitations de la Région relatives au suivi de la démarche.

L’après midi nous nous sommes retrouvés entre jeunes pour débattre sur différents sujets comme la réduction des déchets alimentaires à l’école et l’ouverture vers l’international. C’était très instructif.

Puis, nous avons présenté nos idées aux responsables des lycées présents. Nous avons retenu des idées que nous aimerions mettre en place à Mongré :

  • redistribuer le pain non utilisé du self aux centres équestres des environs
  • mettre en place une vente de thé et de café biologique et issu du commerce équitable dont les bénéfices seront redistribués à des associations caritatives
  • les anciens livres scolaires peuvent être envoyés dans des écoles de pays en voie de développement.

Cette journée nous a  beaucoup motivés pour :

  • mettre en place une gouvernance efficace pour la protection de l’environnement;
  • nous impliquer dans la dynamique régionale des 100 lycées éco-responsable;
  • sensibiliser les élèves de Mongré.

Nous sommes motivés pour que Mongré devienne un lycée 100% écologique.

Hortense Bigo et Félix Motte 2°2

Formation des éco-délégués

Le 22 octobre 2009, une délégation composée d’élèves volontaires s’est réunie afin de suivre une formation sur le développement durable.

Les éco-délégués du collège étaient encadrés par M. Chapel (professeur de technologie) et ceux du lycée par Mme Lecocq-Hubert (documentaliste et professeur de philosophie).

Nous avons commencé notre après-midi de sensibilisation aux problèmes environnementaux avec la projection du film « Home » de Yann-Arthus Bertrand en salle de conférence. A la fin du documentaire, les avis étaient partagés : «Le film est utile dans le sens où il est éducatif. En effet, le support cinématographique est assez percutant. Cependant, Y-A Bertrand est trop moralisateur et ne présente pas assez de solutions à la crise écologique. Moi, je reste pessimiste et même désespéré car les décisions politiques ne sont pas conformes à une démarche éco-citoyenne et les promesses faites sont trop souvent en décalage avec les actes » dit Elliot Charpentier.

William Massina était plus optimiste : « Y-A Bertrand voulait faire un constat grâce à de beaux paysages. Son film est moins technique que celui d’Al Gore (Une vérité qui dérange) mais son but était de nous faire réagir. Ce film est selon moi très positif. Chacun doit utiliser ses propres talents et capacités professionnelles pour sensibiliser les gens. »

Camille Teyssandier, quant à elle, a surtout apprécié : « les informations  chiffrées à la fin du film».

Afin que les éco-délégués puissent remplir leur mission, il était important qu’ils aient une vision d’ensemble de l’état de la planète.

Ensuite, les lycéens se sont rendus au CDI et ont dégusté un goûter biologique. Madame Lecocq-Hubert avait fait appel pour l’occasion à des producteurs locaux de produits biologiques (La Ferme du Chapi) et nous avons mangé des chaussons aux pommes et bu du jus de fruits « bio ».

La deuxième partie de l’après-midi était organisée autour d’une conférence-débat animée par le directeur de l’association Naturama. Cette association, spécialisée dans la protection de la biodiversité, met en place des projets écologiques en partenariat avec des communes, des entreprises et des écoles. Un diaporama a été présenté, accompagné de commentaires et d’explications et souvent un débat s’engageait entre les lycéens et l’animateur. Cet homme, passionné par la protection de l’environnement, a marqué les élèves par son intégrité et sa pugnacité.

Cet après-midi a permis aux éco-délégués de se connaître et de s’engager dans un pôle d’activités. Certains vont travailler sur l’alimentation, d’autres sur les économies d’énergie ou encore sur l’organisation d’évènements éducatifs. La liste de tous les gestes éco-citoyens est longue…

Christelle Laplanche, Alix Bougain, Cécile Lecocq-Hubert