Le téléphone portable, pas vraiment un ennemi, mais pas un ami non plus….

Rayonnement et Santé, Conférence de Philippe Perrin, éco-infirmier

cof

Nous sommes collégiens, lycéens  et  nous  sommes la première génération de l’histoire à être sous l’influence des rayonnements électromagnétiques.

Les premières antennes électriques ont vu le jour en 1906 et les premiers téléphones portables sont apparus il y a 30 ans maintenant mais ils étaient essentiellement  utilisés dans le monde professionnel.

Nous sommes  ainsi  les « cobayes » des nouvelles technologies. ! Les études, très coûteuses,  sont donc  peu nombreuses, et il est difficile de s’appuyer sur des versions souvent controversées pour se faire une opinion.

Néanmoins, l’OMS, Organisation Mondiale de la Santé annonce déjà  pour les utilisateurs du  téléphone portable  de plus de 10 ans :

  • 4 fois plus de risques de tumeur du nerf auditif ;
  • 2 fois plus de risques d’avoir une tumeur cérébrale.

C’est pourquoi, nous avons choisi  la  Journée  internationale sans portable, le 6 février , pour inviter Philippe Perrin , éco-infirmier, afin de sensibiliser tous les élèves de 4ème aux effets néfastes des ondes sur notre santé et sur l’environnement.

Selon son expérience,  d’autres risques  constatés  sont tout aussi  graves:

  • Tumeurs du cerveau, des glandes salivaires ;
  • perturbations de la communication des cellules ;
  • troubles de la vue, cataracte ;
  • fausses- couches ;
  • céphalées ;
  • troubles de la mémoire, de la concentration et du sommeil ;
  • fertilité en baisse chez les hommes.

cof

Pourtant, nous pouvons diminuer ces risques en changeant nos habitudes. Quelques exemples :

  • Mettre l’appareil en hors ligne ou mode avion le plus souvent possible, notamment la nuit ;
  • poser le téléphone face clavier sur la table, car même en veille, il émet des radiations ;
  • utiliser un kit mains libres pour éloigner le téléphone de l’oreille et de l’appareil génital ;
  • ne pas travailler avec un ordinateur sur les genoux pour éviter les risques de radiations, mais à distance respectable ;
  • privilégier les connexions avec câbles  aux connexions sans fils ;  les appareils « éco responsables » de type  ECO DECT limitent l’exposition aux hyperfréquences et permettent ainsi de réduire la puissance d’émission entre le combiné et la station de base en fonction de la distance qui les sépare.  De plus,  moins consommateurs  d’énergie, ils préservent notre environnement.
  • éviter les déplacements lors d’un appel ainsi que les lieux peu « connectés », car plus le réseau  est difficile à avoir, plus le téléphone va émettre de radiations.
  • acheter un smartphone plus durable et plus équitable appelé Fairphone.

Nous avons aussi accompagné les collégiens  au CDI  lors de la visite de notre exposition montrant clairement  les conséquences de  nos comportements   sur notre santé et sur l’environnement, et incitant vivement à adopter  de nouvelles habitudes pour être moins exposés aux ondes, protéger les travailleurs qui fabriquent nos téléphones,  et préserver notre planète.

Cet article a été écrit par Emilie Besson et Jeanne Benk, éco -déléguées de Seconde.

IMG_7890

 Qu’est-ce qu’un Fairphone ?

 « Le principe du Fairphone est simple : proposer un smartphone réparable et avec des composants issus de filières plus éthiques. Dans un smartphone il y a, en effet, plus de 1200 composants et 60 métaux différents dont plusieurs ont des impacts environnementaux et sociaux très importants. Ce n’est pas pour rien que certains sont surnommés les minerais «de sang». Les équipes du Fairphone travaillent, par exemple, en République Démocratique du Congo,  avec des mines de tantale ou d’étain qui ne financent pas les conflits, d’autres mines au Rwanda ou des usines en Chine qui accordent de meilleures conditions de travail à leurs salariés. On est loin du 100% équitable mais l’entreprise hollandaise est petite, plus elle grossira, plus elle aura d’impact sur ses fournisseurs et pourra changer les choses. Ce téléphone est également réparable, le patron du Fairphone Bas van Abel s’amuse même à le démonter d’une main. Ceux qui ont déjà essayé de changer l’écran d’un smartphone haut de gamme le savent :  il faut s’armer d’outils et de patience. Le démontage du Fairphone est déconcertant de facilité et beaucoup de composants sont changeables. Au lieu de sortir un téléphone chaque année, l’entreprise hollandaise fait évoluer les composants. Les possesseurs du smartphone peuvent ainsi avoir un appareil photo plus performant sans changer de téléphone. Bien sûr, il ne faut pas s’attendre ni à un design ni à des performances incroyables,  mais c’est aussi un choix à faire en tant que consommateur ».

 

Hélène Chevallier, Le Fairphone, le smartphone anti-obsolescence programmée,  

Emission du 02 octobre 2017 C’est déjà demain, franceinter.f/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :