LA FAIM DANS LE MONDE !

la faim dans le monde

3 millions d’animaux sont tués pour les besoins nutritifs des humains chaque jour. Chaque année, en moyenne 42kg de viande sont consommés par habitant dans le monde, en France, on atteint les 89 kg par habitants. Mais malgré cette énorme quantité de nourriture produite, toujours 2 millions d’individus sont touchés par la sous-nutrition dans le monde.

La question n’est pas : « Faut-il produire plus ? » mais, « Comment mieux répartir la nourriture dans le monde dans le but de réduire le taux de sous-nutrition ?

la faim dans le monde 3

La sous-nutrition est un état de manque important de nourriture en rapport à un apport alimentaire insuffisant pour combler les dépenses énergétiques journalières. Elle entraîne des carences nutritionnelles. Chez l’être humain, la sous-nutrition sur une longue durée entraîne des dommages conséquents qui peuvent entraîner à la mort. Chaque jour, trop d’hommes et de femmes à travers le monde peinent à offrir à leurs enfants un repas nutritif. Dans un monde où suffisamment de denrées alimentaires sont produites pour nourrir tout le monde, 815 millions de personnes, soit une personne sur neuf se couchent pourtant l’estomac vide chaque soir. Elles sont encore plus nombreuses, une sur trois, à souffrir d’une forme quelconque de sous-nutrition. L’ONU utilise le terme de « famine » lorsque l’indice de sous-alimentation se situe entre 20 et 40 % de la population totale et que dans le même temps le taux de mortalité dépasse les deux décès par jour pour 10 000 habitants. Nous pouvons constater que le nombre de personnes atteintes de sous-alimentation s’élève à 795 millions d’individus sur la période allant de 2014 à 2016, soit 216 millions de moins que de 1990 à 1992. Si des progrès contre la faim ont été pris en compte, le bouleversement de la sous-alimentation tue encore chaque année trois millions d’enfants de moins de cinq ans et entraîne retards et handicaps. Des progrès furent enregistrés au cours de ces dernières années, mais ils restent encore insuffisants pour éradiquer la faim dans le monde. La sous-nutrition en Afrique, en Asie ou encore en Amérique Latine, est encore très élevée et de nombreuses actions sont à mettre en place pour poursuivre la lutte contre la faim.

Il faut aider ces pauvres gens, nous qui en avons les moyens, nous qui avons le ventre plein. Si nous, les jeunes, nous commençons dès maintenant à aider les hommes en difficulté, nous sauverons également les générations futures. Pour cela, donnons un peu d’argent, un peu de notre temps, manifestons, signons des pétitions pour demander aux gouvernements du monde d’ offrir leurs excédents agricoles, qui coûtent cher à conserver, aux pays en difficulté. Ce qui permettrait de sauver des milliers voir même des millions de vie. Luttons ensemble, mes amis, parce que  » Manger à sa faim est le premier des droits de l’être humain  » et peut-être qu’un jour, nous pourrons vivre dans un monde meilleur !

Lyna Lamraoui, Agathe Lorin, Lilou Benoît, Jade Paingat et LouGuilbaud, seconde 4

Cet article a été écrit dans le cadre des cours d’éducation civique de N. Mergoux, en lien avec l’éducation au développement durable et avec l’aide des documentalistes.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :