Tout est-il bon dans notre alimentation ?

Tout est il bon

 Dans le cadre des cours d’éducation civique, la classe de 2°4 a eu l’opportunité d’assister à une conférence traitant de l’alimentation et du bien-être animal. Dominic HOFBAUER, membre de l’association L214, est intervenu auprès de notre classe pour témoigner et sensibiliser les élèves sur la condition animale. En effet, l’élevage intensif concerne 95 % des animaux qui sont la base de notre alimentation, mais ce type d’élevage fait passer les problématiques financières avant la préoccupation du bien-être animal. Globalement, les conditions de vie des animaux ne sont pas en leur faveur. La plupart des éleveurs ne peut pas prendre en compte  la sensibilité des animaux à cause de notre demande trop importante de viande pas chère.

Nous sommes nombreux à consommer quotidiennement de la viande, mais comment est-elle vraiment produite ? Devons-nous changer notre alimentation pour mieux respecter les droits des animaux ?

Les animaux, des êtres sensibles

Le nom de l’association L214 est tiré de l’article L214 du code rural de 1976 qui stipule que tout animal est un être sensible et que « tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce. » Déjà en 1789 le philosophe anglais Jeremy Bentham réfléchissait sur la notion de droit universel, pour lui : « la question n’est pas « peuvent-ils raisonner ? » ou « peuvent-ils parler ? » mais « souffrent-ils souffrir ? ». Depuis quelques temps, l’éthologie se développe. Cette science étudie le comportement animal dans son milieu. De plus, certaines expériences ont été menées sur des animaux en captivité. L’intervenant nous a montré une vidéo d’une femelle gorille prénommée Koko. Sa soigneuse lui a appris la langue des signes, et elle est à présent capable de communiquer avec les hommes. Le public retient surtout un passage marquant de la vie de Koko. Elle s’était liée d’affection avec un chaton qui est mort. Lorsque sa soigneuse lui a appris la nouvelle Koko a exprimé ses sentiments (tristesse, douleur etc.) par la langue des signes. Cet exemple, mais il en existe beaucoup d’autres, tend à montrer que les animaux sont des êtres sensibles, capables d’empathie envers d’autres espèces.

Conditions d’élevage

touts est il bon 3

Les animaux d’élevage vivent toujours, pour la plupart, dans des conditions extrêmes. L’élevage le plus important en France est l’élevage de cochons et on sait que 95 % des cochons sont élevés en élevage hors-sol. Ils sont confinés dans des bâtiments agricoles, dans des cages où ils peuvent à peine se mouvoir et ne connaitront jamais la vie à l’extérieur. Dès la naissance, ils vivent dans des conditions intolérables. On coupe la queue des porcelets à vif et on leur meule les dents afin d’éviter tout risque de cannibalisme dû à l’ennui, conséquence du confinement extrême. Leur vie est très courte, à l’âge de 6 mois, ils sont envoyés à l’abattoir. La réglementation européenne interdit que les animaux soient conscients au moment de leur exécution mais autorise des exceptions liées au culte religieux. En France, l’abattage conventionnel consiste à étourdir l’animal par un procédé mécanique, électrique ou gazeux afin de le plonger dans un état d’inconscience avant de l’abattre par un coup de couteau à travers la gorge. Cette règle a été instaurée par le décret du 16 avril 1964, et étendue aux volailles et lapins en 1970.

Cependant, il existe des dérogations pour des abattages rituels qui ne prévoient pas d’étourdissement, notamment les techniques d’abattage dans l’islam et le judaïsme, afin de produire une viande halal (islam) ou casher (judaïsme).

Mr HOFBAUER nous a également expliqué que la France compte aujourd’hui 960 abattoirs qui tuent environ 3 millions d’animaux par jour, ce qui équivaut à 1 milliard d’animaux par an. En moyenne, un français mange 89 kg de viande par an.

Tout est il bon 2

Cette citation de l’auteure afro-américaine Alice Walker dénonce la maltraitance animale : « Les animaux du monde existent pour leur propre raison. Ils n’ont pas été créés pour les humains, pas plus que les noirs pour les blancs, ou les femmes pour les hommes ». On néglige la vie et les intérêts des animaux, c’est une forme de discrimination qu’on appelle le spécisme.

Problèmes liés à l’élevage

En outre, on nous a présenté les problèmes liés à l’élevage intensif tel que la sélection génétique qui a pour but d’augmenter la production des animaux mais réduit leur espérance de vie : à force de subir cette production intensive les animaux n’arrivent plus à suivre le rythme et sont envoyés à l’abattoir (par exemple les vaches laitières qui produisent 8600 litres par an sont envoyées à l’abattoir dès l’âge de 5 ou 6 ans). Pour cette sélection génétique les animaux sont fécondés par insémination. D’autres problèmes environnement liés à l’élevage intensif se posent comme la déforestation ou la pollution car l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre.

Des solutions alternatives

Il existe un autre type d’élevage qui respecte mieux les besoins des animaux et se développe de plus en plus en France : l’élevage extensif. Il existe aussi des refuges pour animaux qui pour certains ont été créés par d’anciens éleveurs, ou par des associations comme la SPA.

Une nouvelle alimentation

Toutefois, 67 millions d’animaux terrestres sont tués chaque année, c’est presque 10 fois la population humaine ! Ne pouvons-nous pas trouver d’autres façons d’alimenter la population mondiale ? En sachant qu’en donnant 3 à 10 kg de végétaux aux animaux, on fait 1 kg de viande, on constate que les productions de céréales sont utilisées pour nourrir les animaux d’élevage alors qu’une partie de la population mondiale souffre de la faim. A la suite de ce constat, une nouvelle alimentation se développe. De plus en plus de personnes adoptent une pratique végétarienne, voire vegan. C’est-à-dire qu’ils bannissent toute alimentation d’origine animale. On remarque le développement de cette pratique dans les supermarchés car les grandes marques développent des aliments à base de végétaux (steaks, lait, …). Ce mouvement est soutenu par des stars comme Serena Williams (joueuse de tennis), Mike Tyson (boxeur), Natalie Portman (actrice dans Star Wars), Peter Dinklage (Game of Thrones) ou encore Pink, qui se sentent concernés par ce sujet et montrent que tout le monde peut changer d’alimentation.

Cette conférence nous a permis de comprendre l’importance qu’il y a à choisir son alimentation. Chacun peut participer à sa manière à la protection des droits des animaux en consommant par exemple des produits provenant d’une agriculture biologique (où les animaux vivent dans de meilleures conditions), ou en réduisant notre consommation de viande.

Héloise Senechal, Amélie Kraska, Céline Riou, Capucine Béthune et Julie Cahurel.

Cet article a été écrit dans le cadre des cours d’éducation civique de N. Mergoux, en lien avec l’éducation au développement durable et avec l’aide des documentalistes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :