Fairtrade, Fair For Life, FSC… des labels, pour qui et pourquoi ?

Prêtez-vous attention à ce que vous achetez ? Qu’est ce que consommer équitable pour vous ? Regardez-vous les labels présents sur vos achats avant de les régler en caisse ? Et savez-vous vraiment ce qu’ils signifient ?

Dans le cadre du projet Erasmus+, les élèves ont été reçus avec leurs homologues belges sur le campus d’Efeuweg à Berlin.  Cette année,  la thématique transversale était « Nourrir les hommes ». Un atelier  sur le commerce équitable animé par une association locale nous a été proposé. Il s’agit d’une coopérative d’agriculteurs dont la  rémunération reste la même malgré la fluctuation des prix.

Commençons par définir le commerce équitable : c’est un système d’échange favorisant des producteurs autochtones de pays exportateurs en voie de développement, leur offrant un salaire plus juste par rapport à leurs productions. En Europe, certains sigles présents sur nos produits de consommation prouvent leur appartenance à ce système. Lors de l’atelier, nous avons été sensibilisés à la multiplicité des labels et à leur spécificité.

Car aussi responsable soit-il, le consommateur a tendance à se perdre facilement au milieu de ces sigles…

Voici donc trois labels qui nous ont été présentés et qui, bien que leurs démarches soient assez proches, bénéficient de caractéristiques propres :

En premier lieu, l’un des plus connus : Fairtrade/Max Havelaar, mouvement mondial d’origine néerlandaise, regroupe des ONG et représentants de producteurs présents dans 30 pays consommateurs. Le label reprend le nom d’un héros de roman anticolonialiste du 19ème siècle très célèbre aux Pays-Bas, Max Havelaar ou les ventes de la compagnie commerciale des Pays-Bas, d’Edouard Douwes Deckker, dit Multatuli, du latin « j’ai beaucoup souffert ». C’est l’un des premiers mouvements,  né en 1988, qui s’est inspiré de démarches qui ont vu le jour dès les années 1950. Il respecte simplement les conditions du commerce équitable et donne l’occasion aux producteurs de devenir les acteurs du marché à part entière. Il est présent auprès des consommateurs de 140 pays en Europe, au Japon, aux Etats-Unis, au Mexique, en Australie…

Ensuite, l’association Fair For Life, un programme de labellisation de produits pour le commerce équitable et les filières responsables : elle est  moins connue que Fairtrade, mais a autant d’exigences vis-à-vis des producteurs : respect des droits de l’homme et des conditions de travail dignes ; respect des écosystèmes et promotion de la biodiversité, de pratiques agricoles durables ; contribution au développement local.

Enfin, le concept du FSC, Forest Stewardship Council, a été inventé  par un groupe de commerçants, d’utilisateurs de bois, des représentants d’ONG environnementales et des droits sociaux lors d’une réunion en Californie en 1990. Leur objectif est une gestion écologiquement appropriée, socialement bénéfique et économiquement viable des forêts, permettant de répondre aux besoins des générations actuelles et futures.

Comme nous pouvons le constater, un simple sigle peut changer l’origine et la qualité de votre consommation.

Quoi qu’il en soit, si le commerce équitable existe, c’est pour aider les agriculteurs qui, dans d’autres régions du monde,  ne sont pas toujours aussi bien rémunérés.

C’est le cas du Costa Rica qui produit 85 à 90 % des ananas nous parvenant. Dans ce pays, plus petit que l’état fédéral de la Bavière, le contraste est flagrant : bien que 5% de la biodiversité se trouve uniquement dans ce pays et que l’indice de développement humain est l’un des plus élevés au monde, il y a beaucoup de monocultures d’ananas qui  contribuent à la majeure partie de l’économie du pays sans pour autant s’accommoder de deux des principaux enjeux du développement durable : social et environnemental.

De plus, la quasi-totalité de la production est tournée vers l’exportation ; par conséquent, les habitants ne peuvent pas en profiter. En outre, les intrants utilisés pour cette culture usent les sols, dégradent l’environnement et menacent la qualité des eaux. De surcroit, les paysans ne perçoivent que 4% du prix final d’un produit  fixé par le marché mondial et non par le pays producteur.

Nous avons ainsi pris conscience de l’importance des sigles : ils nous informent sur les conditions de production, ils impliquent aussi tout un système qui peut permettre de s’engager indirectement dans le  développement durable mondial et d’offrir une vie meilleure à des milliers d’exploitants issus de pays en voie de développement.

Cecilia Roux, 2.3 et Florian Arbane, 2.4

Cet article a été écrit dans le cadre du programme Erasmus+, lors du séjour à Berlin en mai 2018 encadré par Mme Combrichon, professeur d’allemand, et Mme Dumas, professeur d’histoire-géographie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :