L’élevage hors sol du poulet : à chacun de choisir…

Le poulet est un mets courant en France mais les conditions de production du poulet industriel sont-elles au rendez-vous ?

L’élevage du poulet en France est en effet un marché très lucratif : plus de 1,8 millions de tonnes en 2014. L’aviculture emploie 60 000 salariés et 14 000 éleveurs.

2 photo 3 poulet

D’après le Canard enchaîné, les conditions de vie du poulet ne sont pas bonnes. En effet, les poulets industriels sont sélectionnés, au point qu’aujourd’hui ils atteignent leur taille maximale au bout de 40 jours, soit deux fois plus vite que les poulets « normaux ». Cette croissance rapide génère des déformations sur leur squelette, comme des pattes tordues qui ne soutiennent pas leur poids, et des problèmes cardiaques.

D’autres problèmes sont mis en avant dans l’élevage en batterie : les infrastructures non adaptées au bien-être des animaux, tel que le manque d’espace. Ils disposent en effet de l’équivalent d’une feuille A4 par poulet cdans certains élevages, comme l’a dénoncé le CIWF (https://www.ciwf.fr/ – Compassion in World Farming).

Cette forme d’élevage leur inflige d’autres maladies, telles que des diarrhées et des poumons abimés par une aération insuffisante.

Mais ce n’est pas tout ! Le stress constant rend les poulets violents entre eux. Les mauvais traitements existent aussi. En effet, les poulets reproducteurs n’atteignent que rarement l’âge de reproduction (26 semaines). Afin de ralentir leur développement et les garder en vie, les éleveurs les nourrissent insuffisamment en ne leur fournissant entre 25 à 50 % de leur ration journalière.

Qui est le réel fautif ? L’éleveur ou l’industrie ?

Certes, les maltraitances sont commises par l’éleveur et il en est responsable. Cependant, elles sont souvent dues au rythme insoutenable imposé par les industriels. En France, beaucoup d’éleveurs dépendent du groupe Doux (leader Européen actuellement en en liquidation judiciaire depuis 2018). Le groupe livrait lui même les poussins qui n’appartiennent donc pas aux éleveurs dépendants du groupe. Les éleveurs doivent les élever avec la nourriture fournie par Doux mais les frais vétérinaires, le chauffage et les assurances sont aux frais de l’éleveur. Quand les poulets atteignent le poids de 1.5kg, ils sont revendus à Doux pour un prix minime : 0.255€ (0.17€/kg).

Chacun peut agir à son niveau : certains dénoncent ces conditions d’élevage, d’autres tentent de faire passer des lois pour les modifier et les consommateurs peuvent simplement choisir d’acheter du poulet issu d’élevages respectueux des animaux.

2 photo 8bis poulet

2 photo 6 Poulet

Hippolyte Monel et Victor Daussin-Saurat

Cet article a été écrit dans le cadre du projet des 2nde 1 « Nourrir l’humanité » lors des cours d’EMC de N. Mergoux en collaboration avec AL Clément, professeure documentaliste.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :