Projects Abroad, une organisation pas comme les autres !

Durant cette année 2013-2014, notre classe de seconde 3 a suivi des cours d’Education Civique et Sociale (ECJS). La classe a été divisée en plusieurs groupes ayant pour but de travailler sur différents sujets tous liés au développement durable.

Projects Abroad1
Les élèves traitant plus particulièrement du tourisme humanitaire ont pu contacter deux intervenantes de l’association Project Abroad : Blandine Picot et Elodie Lefèvre-Leroudier. . Ces deux personnes ont accepté de se déplacer à Mongré le jeudi 22 mai afin de participer à notre salon du tourisme durable. Elles ont présenté, toute l’après-midi, à trois classes différentes, l’association et tous les projets et missions de volontariat proposés.
Projects Abroad est une organisation internationale de volontariat, laïque et entièrement indépendante. A travers des missions de volontariat et des stages, elle permet aux volontaires de progresser dans leur développement personnel.
Créée en 1992 en Angleterre, Projects Abroad compte aujourd’hui parmi les plus grandes organisations de volontariat au monde :
Le bureau français a été créé en 2006 dans la région grenobloise et compte à présent
10 salariés.
Projects Abroad part du constat que les hommes des pays occidentaux consomment trop et ont du mépris pour les pays en voie de développement. Un des moyens de remédier à cela est l’immersion dans des pays ou régions du monde qui ne sont hélas connus qu’à travers les médias. Allez à la rencontre des populations défavorisées, partager des expériences avec elles est beaucoup plus formateur que d’écouter des discours théoriques moralisateurs et culpabilisants. Ces expériences vous changent en profondeur et de manière durable.
« Projects Abroad est donc en premier lieu une organisation d’éducation au développement qui vise à changer notre façon d’intégrer les besoins des pays en voie de développement dans notre vie quotidienne. Même si, bien sûr, nous assurons aussi que les volontaires apportent une vraie aide à la population ou à la nature locale lorsqu’ils interviennent dans le cadre d’une mission de volontariat. »
Les projets humanitaires peuvent se réaliser dans divers pays bien que ce soit souvent sur des continents ou régions défavorisés comme l’Afrique, l’Amérique latine et l’Europe de l’Est. Les missions peuvent se réaliser dans différents secteurs comme l’enseignement, l’archéologie, les soins animaliers, le journalisme, le microcrédit ou encore l’encadrement sportif.
Ces projets sont sources d’enrichissement personnel car les volontaires sont au cœur de la population.
N’hésitez pas à découvrir le stage qui vous correspond en consultant leur site Internet : http://www.projects-abroad.fr/

numérisation0013

Pour notre part, nous avons été contents de travailler sur cette thématique et fiers d’avoir réussi à bâtir ce salon au CDI. Nous avons également pu découvrir un secteur que nous ne connaissions pas et nous remercions Blandine et Élodie de leur intervention.

 

Ce travail a été réalisé dans la classe de seconde 3, en lien avec  l’ECJS et l’EDD (N. Mergoux et C. Lecocq-Hubert).

Charlotte GUSTIN, Gauthier PELLEGRIN, Ilona LEROY et Sofia BOUDALI (Seconde 3)

Greenpeace s’invite à Mongré

Monsieur Allard, bénévole de Greenpeace en visite a Mongré dans le cadre d’un travail sur cette association en ECJS.

Greenpeace est une Organisation Non Gouvernementale, indépendante de tout parti politique bien que soutenue par certains, créée en 1971 à Vancouver dans le but de préserver notre terre et ses habitants.

Sa présence à l’international depuis 1979 lui donne la possibilité d’être présente aux quatre coins du monde pour mener des actions non violentes en faveur du respect de notre environnement.

Greenpeace représente 3 000 000 de personnes à travers le monde et est exclusivement financée par des particuliers, au nombre de 120 000 en France.

La majorité des adhérents menant des actions sont des bénévoles, cependant, Greenpeace comporte 1200 salariés dans le monde dont 53 en France qui se chargent des questions administratives et financières.

Au niveau mondial, Greenpeace est organisée en 5 campagnes ; forêt, climat, nucléaire, OGM et océan.

Pour sa campagne océan, Greenpeace possède trois bateaux : le Rainbow Warrior, l’Artic Sunrise et l’Esperanza.

Le budget de Greenpeace est de 177 millions d’euros en 2006 dont 8.9 millions pour la France.

En France, l’organisation est divisée en 26 groupes locaux, correspondants à ces campagnes, chacun composé d’un coordinateur, d’un référent et de bénévoles.

Certains de ces bénévoles sont des activistes, ils sont 34 dans la région lyonnaise. Ce sont des gens prêts à s’investir, à donner de leur personne, encourrant même des risques juridiques et possédant donc parfois, un casier judiciaire.

Leurs actions consistent par exemple à s’enchaîner sur des voies ferrées pour empêcher les convois de déchets nucléaires radioactifs de partir vers la Russie.

Tous les frais associés à ces actions sont pris en charge par Greenpeace grâce aux dons des adhérents.

Les militants de Greenpeace tentant d’intercepter un train en partance pour la Russie

La mission des adhérents non activistes consiste, quant à elle, à sensibiliser les gens (pétitions, stands, réunions etc.). Un exemple pourrait être la campagne menée contre l’extraction massive d’huile de palme.

Il s’agit de faire pression auprès des politiques et des industriels afin d’arrêter les activités destructrices  de l’environnement (par le biais de pétitions par exemple) En ce moment, l’association milite pour que 40% des zones de pêche  passe en réserve marine afin de favoriser le renouvèlement des stocks de poissons.

Pour finir, Greenpeace est une organisation reconnue d’utilité publique, chaque donateur bénéficie donc d’une déduction fiscale.

Arthus Sibille,

Ce travail a été effectué lors des séances d’ECJS  avec Mme Lecocq Hubert

S.O.S en eaux troubles

Greenpeace amorce le processus de la révolution du milieu sous-marin en insistant sur une corrélation entre les actions humaines et les conséquences  à long terme sur l’écosystème tout entier.

De nos jours, la majorité des stocks de poissons sont surexploités. Pour exemple, 90% des stocks de thon, cabillaud ou encore de requin sont pleinement utilisés. En d’autres termes, le renouvellement des stocks ne peut être assuré, et ainsi, d’ici 2048 les poissons pourraient disparaitre de nos océans. Les experts de l’ONU ont d’ailleurs fait, le 17 mai 2010, une déclaration allant dans ce sens.

L’une des raisons de cette catastrophe écologique est la surpêche industrielle.  Celle-ci est une pêche trop intensive entraînant la disparition des stocks de poissons qui ne peuvent se reproduire : c’est le cas aujourd’hui pour le thon rouge qui est au bord de la disparition. La surpêche n’est pas une activité illégale bien que dénoncée par des ONG telle Greenpeace. Cette association insiste sur  la gestion lamentable de la pêcherie ; en effet, le parlement européen vient d’entériner le plan de gestion du thon rouge. Outre le danger mené a l’encontre de certaines espèces marines, cette pêche inhibe le développement des pêcheries artisanales des pays émergents du fait de la pauvreté des ressources marines entrainant ainsi une insécurité alimentaire.

La pêche industrielle est la source majeure des difficultés rencontrées de nos jours quant à la prévention et la protection du milieu marin. Cependant, l’Homme est à l’origine d’une autre menace non légalisée : la pêche « pirate ». Cette dernière utilise des techniques interdites comme les filets dérivants équivalant à une surface de 10km et ratissant ainsi l’ensemble des fonds marins sans triller les poissons. Ces « pirates » ne respectent pas  les listes rouges de protection des espèces menacées et bafouent les zones de pêche non autorisées ou pêchent en périodes illégales en dépassant les quotas fixés. Ces pêches ne possèdent pas d’avenir du fait qu’elles détruisent les ressources animales mais nuisent également à l’homme en le privant des ressources qui le font vivre.

Cas précis d’espèce menacée : La baleine.

Au cours du XXème siècle, plus d’1.5 millions de baleine ont été tuées. Ainsi la baleine bleue est presque complètement décimée alors que sa pêche est interdite depuis 1986. Il faut dire que la Norvège, l’Islande et le Japon ne respectent pas ce moratoire international. Greenpeace dénonce cette pêche depuis de nombreuses années en menant par exemple des actions pour dévoiler au  grand jour le trafic de cette viande de baleine à grande échelle à l’image de  JUNICHI SATO et TORU SUZUKI, deux activistes risquant dix ans d’emprisonnement. Malgré une prise de conscience de certains pays en faveur de la protection des baleines, le Japon mène une politique d’abandon de ce moratoire en achetant les voix de certains pays pour obtenir la majorité.

Greenpeace propose à l’inverse des solutions pour préserver cette espèce en demandant l’arrêt complet et définitif de la chasse baleinière industrielle. Les arguments avancés sont non seulement scientifiques mais aussi économiques. Par exemple, on note qu’en Islande les revenus liés à l’écotourisme baleinier sont estimés à 117 millions de dollars contre 4 millions pour la chasse baleinière. Greenpeace milite pour le développement de sanctuaires baleiniers, où ces animaux pourraient se reproduire en toute tranquillité et perpétuer l’espèce. Autre danger, mettant les baleines en péril, la pollution chimique entraine des cancers et problèmes de reproduction.

D’une façon générale, Greenpeace demande de donner à 40% des mers et des océans le statut de réserve naturelle. Pour les 60% qui restent, il faut prévoir une gestion durable: moins de pêche et des alternatives aux méthodes de pêche destructrices.

Doit-on accepter ces pêches industrielles aux risques de condamner certaines espèces animales ainsi que les générations futures, telle est la question ?

Arthus Sibille, Antoine Rigolier, Robin Ravaux et Alexis Rigaud 1ere S3

Ce travail a été effectué lors des séances d’ ECJS  avec Mme Lecocq Hubert


Quelles conséquences au réchauffement climatique ?

Nous avons rencontré M. Darpheuil de l’association Naturama, le vendredi 17 décembre 2009.

Cette intervention s’est déroulée pendant le sommet sur l’environnement à Copenhague, qui avait pour but de mettre les pays les plus riches face à leurs responsabilités quant aux émissions de CO2. Nous avons alors réalisé que la surconsommation était un réel problème pour l’environnement.

Mais pourquoi le superflu nous semble t-il  nécessaire ?

Révisons un peu… Le réchauffement climatique provoque l’accélération de la fonte des glaces qui fait monter le niveau des eaux et créera de graves inondations dans quelques années.

Au Pôle Nord, il fait à l’heure actuelle -16°C, à l’Equateur 27°C et au Pôle Sud -52°C. Ce qui donne une température moyenne d’environ 15°C pour notre planète Terre qui augmente de 3°C avec l’effet de serre.

Le Gulfstream est un courant marin qui n’a pas d’inter-saison. C’est un peu la climatisation de notre planète. Le réchauffement climatique va petit à petit nous donner des étés très chauds et des hivers très froids… La climatisation planétaire est « cassée » !

Le réchauffement climatique dérègle également l’effet de serre qui ressemblait à une bulle transparente et qui maintenant se transforme au fur et à mesure en une passoire géante !

Mais qu’a-t-il bien pu se passer ?

Il y a d’abord les causes naturelles : la rotation de l’axe de la Terre varie, les éruptions volcaniques changent la température, l’inclinaison de la Terre, l’activité solaire…

Mais les humains, eux aussi, ont provoqué le réchauffement de leur planète : les activités industrielles, les transports et le chauffage des habitations, l’élevage et l’agriculture intensifs !

L’Âge industriel fut le véritable révélateur de cette crise environnementale : en moins de 1000 ans le CO2 a augmenté de plus de 30%, l’oxyde d’azote de plus de 15% et le méthane a doublé dans l’atmosphère.

De plus, l’enterrement des déchets encombrants n’arrange pas le sort de notre planète. Tout reste sous des bâches maintenues par des pneus.

Scénario prévu pour 2100 : une augmentation de 3 à 6°C et la montée des eaux…

Les conséquences du réchauffement climatique sont les suivantes :

–          Une réduction de l’enneigement due  à la fonte des glaciers, la solution ne peut pas être les canons à neige car ils sont très polluants ;

–          la fonte du pergélisol (Sol ou roche qui se maintient à une température égale ou inférieur à 0°C pendant au moins deux ans), ce qui rend les sols instables et accélère la libération du méthane ;

–          les lacs de montagne grossissent (déversement possible) ;

–          un niveau des eaux bien plus haut ;

–          la salinisation de la Méditerranée ;

–          des conséquences sur les aménagements côtiers ;

–           des problèmes pour la pêche, la pisciculture et les activités aquacoles et conchylicoles ;

–          le mode de vie traditionnel des Indiens menacé ;

–          l’augmentation du paludisme à cause de la chaleur ;

–          de plus en plus de problèmes naturels : ouragans, sècheresses, inondations ;

–          50% des espèces auront disparu d’ici 2100

–          les périodes de migrations changent, certains oiseaux se sédentarisent et les périodes de reproductions sont plus précoces ;

–           répartition différente des espèces due à l’augmentation de la température des mers ;

–          l’écosystème de l’Atlantique menacé ;

–         la disparition progressive du corail donc les poissons ont moins de protection ;

–          27 à 40% des plantes d’Europe pourrait disparaître d’ici 2080 ;

–          davantage de sècheresse dans les pays du Sud ;

–          le développement des parasites.

Pauline GRANGETTE 2nde 1

Ce travail a été réalisé dans le cadre des cours de SVT (Mme Larcher)

Ca chauffe !

Nous avons pu assister à une conférence concernant le réchauffement climatique et ses conséquences, animée par un représentant de Naturama.

Le discours était uniquement scientifique et le conférencier n’a pas abordé la dimension politique et économique du problème. Il n’a donc pas laissé place à la polémique et au débat,  et nous pouvons le regretter.

Avant de commencer, Monsieur Darpheuil,  ainsi que quelques élèves ont rappelé la finalité des discussions entretenues au sommet de Copenhague.

La problématique principale a alors été soulevée : « Comment réduire les émissions de CO2 afin de diminuer les effets du réchauffement climatique? »

Le conférencier a expliqué et démontré à l’aide d’exemples quelles seraient et quelles sont déjà les conséquences du réchauffement climatique pour la faune et la flore, ainsi que pour la population mondiale : la perte de la biodiversité, la dégradation des sols et l’insuffisance de l’approvisionnement alimentaire, des problèmes de santé publique causés par le manque d’eau et sa dégradation …

Un tableau très intéressant et relativement complet a été présenté à la fin de la conférence ; il montrait la répartition des émissions de gaz à effet de serre. Cette conférence nous a fait beaucoup réfléchir sur ce qui pourrait nous arriver si nous n’agissions pas. Chacun a pu se fonder sa propre opinion en prenant du recul, ou en étant encore plus pessimiste…

Victor CHAUVILLE 2nde1

Ce travail a été réalisé dans le cadre des cours de SVT (Mme Larcher)

Le réchauffement climatique : l’homme va devoir s’adapter…

Le 4 décembre 2009, la classe de 2°1 a assisté à une conférence animée par l’association Naturama sur la biodiversité, le réchauffement climatique et les diverses pollutions.

Guidés par un diaporama, les élèves ont pu découvrir ou se remémorer les causes et conséquences du réchauffement climatique. Monsieur Darpheuil a exploité de nombreux exemples et données.

Grâce à différents schémas produits pour la plupart par le GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat), nous avons compris les origines multiples de la pollution.

Un exemple ? Les centres d’enfouissement technique où sont regroupés les déchets encombrants.

Ceux-ci produisent des substances toxiques par l’intermédiaire de ces ordures enterrées. Le «lixivia» (ou percolat) est le liquide résiduel qui provient de l’imprégnation progressive de l’eau à travers un matériau. Il vient de l’adjectif latin « lixivius », qui signifie « de lessive », « eau qui sert à laver ». Ce terme est aussi utilisé pour nommer les « jus de décharge ». Ces polluants coulent dans les sols et rejoignent les nappes phréatiques. Tout le cycle de l’eau est ainsi encrassé.

Les descriptions et exemples donnés par l’animateur nous ont permis de comprendre que les efforts à fournir pour trier nos déchets, réduire la pollution, restreindre les rejets de CO² sont inférieurs au prix à payer pour réparer les dégâts.

Du point de vue de l’inévitable, la montée des eaux en cours causera et cause déjà des mouvements de réfugiés climatiques. La faune et la flore vont évoluer ; certains animaux réussiront à s’adapter, d’autres risquent de disparaître. L’homme aussi, en tant qu’animal évolué, va devoir s’adapter.

Il faut garder en tête que la surconsommation des pays riches est incompatible avec l’augmentation de la population mondiale. La somme de ces deux problématiques montre qu’il faudrait réorganiser entièrement les habitudes de vie humaines. L’impact de l’homme sur la nature et le changement climatique en route sont à accepter comme des vérités mondiales. Malgré le fait qu’une seule partie des hommes soit responsable de ces bouleversements, tous vont avoir à en payer le prix.

Cette conférence nous a permis d’aborder les notions du programme liées au réchauffement climatique d’un point de vue moins scolaire.

Christelle Laplanche

Ce travail a été réalisé dans le cadre des cours de SVT (Mme Larcher)

La Loire, un long fleuve pas si tranquille…

la loire un long fleuve

La Loire est victime des caprices de l’Homme. En effet, ce fleuve comme beaucoup d’autres, est en mauvais état, et nous en sommes les premiers responsables. Mais en sommes-nous vraiment conscients ?

Le plus long fleuve de France prend sa source en Ardèche, au mont Gerbier des Joncs. Il s’écoule sur 1013 km pour se jeter dans l’Atlantique.

Ce fleuve abrite de nombreux poissons, insectes et oiseaux. 160 espèces d’oiseaux sont répertoriées à ce jour. De plus, une abondante végétation prend racine au bord de la Loire.

Cependant, cet environnement est altéré par la présence de l’homme et des nombreux aménagements qu’il a organisés. En effet, les barrages sont les causes de la disparition de certains poissons comme le saumon. Les deux plus grands barrages sur la Loire sont ceux de Grangent (construit en1957) et du Villerest (construit en 1984). De plus, les digues construites à l’origine pour empêcher les inondations ont finalement pour conséquences l’accélération du courant et des crues violentes. En 1856, à Orléans, le niveau d’eau a dépassé les 7 mètres. Auparavant, les crues de 1707 et 1790, du même ordre d’importance, avaient causé des dégâts considérables.

Face à ces catastrophes causées par l’homme, on peut se demander s’il ne faut pas réduire ce type d’aménagements qui menacent de nombreuses espèces (leur disparition étant accentuée par la pollution). Cependant, grâce à des associations comme la FRAPNA, des personnes désireuses de préserver le Bassin de la Loire, ont su recréer des espaces de liberté comme l’Ecopôle du Forez et ainsi redonner vie à la Loire et aux nombreux animaux qui la peuplent.

Mais l’homme prendra-t-il conscience un jour de ses actes ?

Ce travail a été réalisé en partenariat avec des professeurs de SVT, de français et les documentalistes.

STEINER Estelle, MICHAUD Gabrielle, HAAR Cyndy, TAIEBI Ebticem, OZCAN Betul, FACKEURE Thomas (2nde2)