Un séjour en Belgigue écolo et social

Que s’est-il passé du 31 mars au 6 avril pour que nous en gardions un aussi bon souvenir ?

Nous sommes partis avec d’autres lycéens éco-délégués en Belgique, plus précisément à Roeselare, dans le cadre du projet triennal Erasmus +, Acte 3. Après avoir reçu les Allemands il y a deux ans, être allés à Berlin l’an dernier, nous voici en route pour le plat pays, accompagnés de nos professeures, Mme Dumas et Mme Texeira. Il s’agissait d’échanger sur nos pratiques avec les lycéens de Broederschool et ainsi, de participer, à notre échelle, à la défense de la cause environnementale, cause qui nous concerne tous.

Le choix de la Belgique est judicieux, car Les Belges se soucient réellement de l’avenir de la planète. Que ce soit les plus jeunes pour aller à l’école, ou les adultes au travail, nombreux sont ceux qui se déplacent à vélo. Nous avons donc suivi leur exemple pour la plupart de nos sorties en utilisant ce moyen de transport très agréable pour rencontrer des gens et profiter du paysage ! Nous avons même fait du tandem; la plupart d’entre nous n’en avait jamais fait, ce qui provoqua de mémorables fous-rires !

Tandem

Notre séjour a débuté par un petit déjeuner « speed-dating », en petits groupes, pour faire connaissance. Puis, nous étions invités à la superbe mairie de Roeselare pour un accueil plus officiel.

Le lendemain, nous avons visité une entreprise de gestion et de revalorisation des déchets afin d’en comprendre le processus.

Site

Puis nous sommes allés en train au port d’Ostende et de là, à la plage, afin de ramasser les déchets et de les trier par catégorie. Nous avons beaucoup apprécié ce moment : le paysage apaisant et le sentiment d’être utile, même à petite échelle.

ostende 2

tri déchets

Le soir, de retour à l’école, nous avons cuisiné des recettes vegan ; ce qui nous a permis de réfléchir à notre alimentation quotidienne.


Le troisième jour, nous avons tourné des clips de sensibilisation aux sujets environnementaux, comme par exemple, l’intérêt d’utiliser des éoliennes, avant de déguster des frites et fricadelles, et de faire des jeux sportifs tous ensemble.

Moulin à vent

Le 4 avril fut une très belle journée : nous avons pris le bus puis navigué sur des bateaux à moteur pour rejoindre le propriétaire d’une maison basse –consommation, donc chauffée avec des énergies renouvelables.

bateaux 2

Avec une facture de 17 euros seulement, il nous a expliqué qu’il parvenait à se chauffer, grâce notamment aux panneaux solaires qu’il a installés sur le toit. Après un déjeuner zéro-déchet, nous avons visité un moulin à vent actif et apprécié les beaux paysages …

maison 2

Le dernier jour, nous sommes restés à l’école avec nos correspondants belges et allemands à pratiquer des activités sportives. L’après-midi a été consacré, par groupes, à la préparation de la soirée d’adieu, écolo et chaleureuse.

Erasmus 4

Voilà, nous arrivons au bout de ce voyage que nous ne sommes pas prêts d’oublier les uns et les autres; d’un point de vue intellectuel, mais aussi culturel et social. Nous avons pu échanger avec les correspondants, leurs familles qui nous ont « chouchoutés », et les professeurs sur nos préoccupations pour les questions environnementales, mais aussi sur nos cultures et traditions respectives. Nous avons aussi pu pratiquer l’anglais et l’allemand à l’école et durant les sorties. Tout cela dans une très bonne ambiance qui nous a permis de nouer des amitiés durables et d’en garder de magnifiques souvenirs.

Nous remercions tous les professeurs pour l’organisation de cet échange et l’Europe pour l’avoir financé !

Lisa Sangouard (1ES1) et Juliette Vandecasteele (1S1), éco-déléguées du lycée.

Cet article a été écrit dans le cadre du projet Erasmus +, encadré par Mme Dumas et Mme Texeira, professeures d’histoire-géographie.

La dépendance alimentaire en Afrique, des solutions ?

Trop de nourriture dans les pays riches, pas assez dans les pays pauvres ; les inégalités entre ces deux mondes ne cessent d’augmenter …
A l’heure où 842 millions de personnes souffrent de la faim, des solutions existent pour trouver un équilibre et nourrir tous les habitants de la planète.

Actuellement et depuis de nombreuses années, la dépendance alimentaire en Afrique est un problème crucial qui ne cesse de s’accroître. Mais serait-il possible de limiter cette hausse efficacement ? Plusieurs réponses sont dès à présent envisagées.

QU’EST-CE QUE LA DÉPENDANCE ALIMENTAIRE ?

La dépendance alimentaire est le fait pour un pays ou continent de dépendre d’un ou de plusieurs autres pays pour sa consommation alimentaire. Dans notre cas, c’est l’Afrique qui est dépendante des pays du Nord. En effet, ses habitants et en particulier ses agriculteurs sont dépendants des « traders » qui est un métier exercé principalement par les habitants des pays du Nord. Ce métier consiste à acheter et vendre des produits agricoles par ordinateur (c’est-à-dire sans se rendre sur place mais en négociant via des plateformes numériques). Quand le trader achète un produit, le prix de celui-ci augmente, ce qui avantage les agriculteurs, mais lorsqu’il ne l’achète plus, le prix baisse et cela les pénalise. Donc si le trader change et achète d’autres produits agricoles, cela perturbe l’alimentation des paysans et ceux-ci doivent s’adapter : c’est la dépendance alimentaire.

QUEL CONSTAT PEUT-ON EFFECTUER ?

Nous sommes actuellement 7 milliards d’humains et nous nous partageons les ressources de la Terre. Parmi nous, 850 millions de personnes sont sous-alimentées, soit 1 humain sur 7. Sur ces 850 millions, il y en a 820 millions dans la partie Sud du monde. Nous pouvons donc en déduire que la sous-alimentation dépend du lieu de naissance.

A présent, concentrons-nous sur notre cas, l’Afrique. Le nombre de personnes sous-alimentées en Afrique atteint 256,5 millions, soit 20,4% de la population, en hausse par rapport aux 19,7% enregistrés en 2016.

9 photo 1 sous alimentation

Nous savons que 80% des personnes sous-alimentées sont agriculteurs. Ces agriculteurs forment deux groupes : ceux qui restent agriculteurs et ceux qui partent en ville. Ceux qui restent agriculteurs ne cultivent pas de riz car c’est cher. Pour subvenir à leurs besoins, ils cultivent du coton qu’ils exportent. L’argent obtenu par la vente du coton leur permet d’acheter du riz. Cependant, cela ne suffit pas à toutes les familles pour survivre. Par conséquent, certains paysans abandonnent leur production, notamment pour aller en ville travailler dans l’industrie pétrolière, afin de gagner plus d’argent pour leur famille. Mais pour nourrir les citadins qui changent d’habitudes alimentaires, il faut acheter sur le marché international, c’est là qu’interviennent les « traders ».

QUELS SONT LES PROBLÈMES QU’ENGENDRE LA DÉPENDANCE ALIMENTAIRE ?

Comme nous avons pu le voir précédemment, les pays d’Afrique sont dépendants au niveau alimentaire des pays du Nord et particulièrement de l’Europe, mais cela cause de nombreux problèmes. Les Européens possèdent une agriculture abondante et variée tandis que les Africains ne se nourrissent principalement que de riz et de mil, ce qui n’est pas suffisant. Ceux-ci manquent alors d’énergie, de nutriments, de vitamines et de minéraux. Ce manque pourrait diminuer leur espérance de vie de 20 ou 30 ans par rapport aux Européens.

Maintenant, venons-en aux difficultés qui concernent les agriculteurs. Nous avons vu que la dépendance aux « traders » était l’un des nombreux problèmes de la dépendance alimentaire. Malheureusement, les paysans n’ont pas d’autre choix que de dépendre de ces personnes car ils possèdent de petites portions de terres, insuffisantes pour nourrir leur famille et n’ont ni matériel ni techniques pour produire plus. Les aides alimentaires qui distribuent gratuitement des produits aux africains font baisser les prix de ceux-ci sur les marchés locaux : les agriculteurs sont donc désavantagés et appauvris. Au niveau de la quantité de nourriture produite, le continent n’est auto-suffisant dans aucun groupe de produits sauf pour les tubercules comme les patates douces ou le magnoc. Ce manque d’auto-suffisance est grave pour les habitants. En plus de cette dépendance, le changement climatique a un impact sur la production puisque le climat n’est pas le même entre les différents pays d’Afrique. Le maïs peut être très abondant dans un pays et en déficit dans un autre. Tous ces facteurs diminuent la quantité de nourriture disponible en Afrique, ce qui fait qu’elle n’est pas suffisante pour tous les Africains. En effet, au moins 5 millions d’enfants sont menacés de malnutrition.

A présent, en ce qui concerne le futur alimentaire en Afrique, la demande en produits alimentaires va être multipliée par 2.6 à l’horizon 2050 dans le Sud du continent. De plus, la population des pays sous dépendance alimentaire va augmenter fortement dans les décennies à venir ce qui est alarmant puisque le continent peine déjà à s’en sortir. Néanmoins, des solutions pour remédier à tout cela existent.

QUELLES SONT LES SOLUTIONS ENVISAGÉES ?

Malgré tout, des solutions pour améliorer la situation des habitants en Afrique sont envisagées.
Il faudrait augmenter la quantité produite sur une même surface pour obtenir une plus grande production. Pour cela, il serait intéressant d’utiliser des produits biologiques respectueux de l’environnement et de privilégier une rotation des cultures : cela consiste à ne pas cultiver des cultures comme le maïs, le blé en même temps mais à les cultiver à des intervalles réguliers et en changeant chaque année.

Il faudrait également se concentrer sur des cultures locales qui sont adaptées au climat et au sol. De plus, il serait nécessaire d’associer des plantes complémentaires, ce qui permettrait à des plantes d’être protégées par d’autres. Ajouté à cela, il faudrait consommer moins de produits animaliers et plus de produits céréaliers car nous savons qu’en 2050, l’Afrique aura une autosuffisance de 80% en céréales. Ce changement est important car l’élevage nécessite beaucoup d’eau et cette eau pourrait être nécessaire pour les habitants qui n’en possèdent pas assez. Pour réduire également les déficits alimentaires, il est fondamental de diminuer les pertes agricoles. Mais pour remplir toutes ces conditions, il faut de l’argent et c’est là que les pays du Nord interviennent.

L’argent est principalement situé dans les pays du Nord; or les pays du Sud ont besoin de moyens financiers pour développer une agriculture plus saine et productive. Les pays du Nord devraient donc les aider à développer leur production locale au lieu de leur envoyer du riz ou du blé. Les habitants des pays du Nord consomment beaucoup de viande et de laitages mais il serait judicieux de changer d’habitudes. Lorsqu’un européen prend de la volaille, il faut 3 kilos de grains pour en produire 1 kilo et lorsqu’il prend du bœuf, il faut 7 kilos de grains pour 1 kilo. Cependant, si ce même Européen prend des légumes ou céréales, il consomme 6 fois moins de terres agricoles et 12 fois moins d’eau. En conclusion, il faudrait que les pays du Nord changent leurs façons de consommer pour aider le reste du monde.

9 PHOTO 4 sous alimentation

Nous pouvons, dès à présent, habitants des pays du Nord, changer nos habitudes alimentaires afin d’aider les plus démunis de ce monde. Les africains sont tout aussi égaux que nous, ils méritent d’être traités de la même manière et de bénéficier d’une alimentation suffisante à leur survie. Nous pensons que c’est une cause importante à défendre car elle concerne près de la moitié de notre planète.

Sources : Universsciences.fr et Francetvinfo.fr

ALEXANDRA SEVRE, CECCHET CHARLINE ET MAURICEAU CLÉMENTINE

Cet article a été écrit dans le cadre du projet des 2nde 1 « Nourrir l’humanité » lors des cours d’EMC de N. Mergoux en collaboration avec AL Clément, professeure documentaliste.

Tout est lié, tous reliés

IMG_5977.JPG

Mercredi 3 octobre, les 74 éco-délégués du collège et du lycée, accompagnés d’une quinzaine d’adultes de l’établissement se sont rendus au Domaine Lyon Saint-Joseph à Sainte-Foy–les-Lyon aux Assistes Laudato Si’ « pour la sauvegarde de notre maison commune ».

Cette manifestation organisée par le Diocèse de Lyon et sous-titrée « Tout est lié, Tous reliés » avait en effet pour thème l’écologie humaine : un temps d’échanges et de découvertes sur nos habitudes de consommation et l’occasion de mener une réflexion sur l’écologie intégrale afin de s’ouvrir à de nouvelles perspectives pour préserver notre planète.

Tout au long de la journée, chacun a pu profiter d’un programme riche et varié, adapté à tous les âges : associations, parents, élèves, enseignants, entreprises étaient réunis pour écouter ou transmettre leur vision de l’écologie, de la solidarité, de notre place  et de notre rôle dans le monde d’aujourd’hui et de demain.

Un espace était consacré aux éco-projets d’établissements scolaires : l’occasion de découvrir des initiatives originales et inspirantes menées par des collégiens et lycéens,  comme un projet d’aide au Honduras, la fabrication d’ordinateurs à partir de pièces récupérées sur des PC usagés, l’installation de nichoirs labellisés par la LPO, la création d’une éco cité… Les éco-délégués de Mongré présentaient, eux, leur travail autour des ruches.

De nombreuses associations exposaient aussi leurs projets et leurs actions. Nous avons noté en particulier l’existence d’ESDES Inter Générations à Villefranche, qui proposera un spectacle prochainement,  mais aussi Zéro Déchet, Anthropologia, Anciela

Le Forum Eco Start-up a permis de découvrir des initiatives originales : trousses réalisées par des femmes burkinabées en tissu et plastiques recyclés, camion épicerie bio, entreprise de remise en service des ordinateurs usagés…

Nous avons assisté le matin à une conférence sur le miel, l’après-midi au forum étudiant sur le thème : « Qu’est-ce que je fais là ? » et le partage d’expériences individuelles et collectives, ainsi qu’au débat « Les projets technologiques nous rendent ils plus humains ? » et au concours d’éloquence sur le thème : « Toute évolution est-elle un progrès ? ».

Des séances d’éco cinéma étaient proposées avec, entre autres,  la projection de 2 documentaires : Demain de Mélanie Laurent et Cyril Dion puis Et les Mistrals Gagnants réalisé par Anne-Dauphine Julliand.

Chacun d’entre nous a participé aux nombreux ateliers créatifs et animations proposés : fabrication de thé, animations culinaires, art et recyclage, plantation de jeunes pousses, démonstration de chien guide d’aveugle, initiation au secourisme, parcours sportif, jeux coopératifs…

Et bien sûr nous avons écouté le concert des chorales auquel participaient Les Petits Chanteurs de Mongré avec deux autres chorales de Lyon.

A midi, nous avons déjeuné dans le parc et découvert plusieurs foodtrucks proposant des repas, des produits et boissons bio et locaux.

Ce fut donc une journée à la fois festive, conviviale et passionnante. Nous avons pu longuement échanger avec des personnes qui agissent pour changer notre regard sur le monde et nos habitudes de consommation.

Nous avons pris conscience que la situation actuelle ne permet plus d’esquiver la question de l’écologie et donc du rôle central que l’Homme joue dans l’environnement. Il devrait être clair pour chacun d’entre nous que nos liens sont bien plus essentiels que nos biens.

Nous en sommes revenus riches de nouvelles rencontres, d’initiatives et de ressources à  partager et à concrétiser !

Nous remercions tous les professeurs qui nous ont accompagnés.

Les éco délégués du lycée

Cet article a été écrit collectivement dans le cadre de la journée de formation des éco délégués, encadrée par Mmes Dumas et Crouzier, professeures d’histoire-géographie, Mmes Clément et Novales, documentalistes.

Vers une parité Hommes-Femmes en politique au Burkina Faso ?

Vers une parité

Des inégalités hommes-femmes existent dans le monde et au Burkina Faso, une transition vers moins d’inégalités se fera en fonction de l’engagement du gouvernement mais également en fonction de la population et des mœurs qu’elle véhicule.

Des progrès ont-ils été faits ? Oui ! Une réduction des inégalités est-elle possible dans les années à venir ? Est-ce que la politique est réservée uniquement aux hommes ?

Le 3 septembre 1979, la CEDEF, la Convention sur l’Elimination de la Discrimination à l’Egard des Femmes, est mise en place, puis ratifiée le 8 novembre 1984 par le Burkina Faso et marque le début d’une démarche égalitaire.

En 2001, le Centre International pour l’Education des Filles et des Femmes en Afrique, le CIEFFA, s’installe à Ouagadougou. Il prend de nombreuses mesures, notamment en 2003-2004, où l’enseignement primaire des petites filles de première année est entièrement pris en charge par l’Etat.

Malheureusement, ces politiques de discrimination positive visant à limiter les inégalités entre hommes et femmes sont insuffisantes. En effet, il y a très peu de femmes au parlement, au gouvernement et dans la haute administration centrale et communale : Seulement 20 maires de commune sont des femmes pour 351 postes, 18 femmes députés sur 111 à l’Assemblée Nationale, et 4 femmes ambassadrices sur 28.

Et, lors de notre correspondance avec les élèves du Burkina Faso, l’absence de réponse sur la question de la politique nous a surpris, et nous pousse à nous interroger sur les raisons de ce silence. Les collégiens n’ont-ils pas d’informations sur ce sujet ? S’en désintéressent-ils ?

Il y a donc de nombreuses inégalités au sein du gouvernement burkinabé

Ces démarches égalitaires vont-elles aboutir ? Est-ce que cette situation va permettre une remise en question des pays plus développés au niveau de la parité politique ?

Hugo Guastalla, Hugo Laviron , Victor De Regard  et Henri Duffez, seconde 1

Cet article a été réalisé dans le cadre des cours d’EMC de N. Mergoux en collaboration avec C. Lecocq Hubert, professeur documentaliste.

 

L’Etat se préoccupe-t-il de la santé des femmes Burkinabé ?

l'Etat se préoccupe

Nous avons eu l’occasion d’échanger avec des adolescents burkinabé, habitant à Koudougou, au sujet de la santé des femmes. Leurs réponses, différentes de celles que l’on aurait pu imaginer, nous ont montré que notre société et notre culture sont très éloignées des leurs.

Un enfant sur dix, né au Burkina-Faso meurt avant l’âge d’un an. Quelles en sont les causes ?

L’excision est le retrait d’une ou plusieurs parties de tissus organiques, généralement lors d’une intervention chirurgicale. Mais au Burkina, c’est une pratique qui consiste à une ablation d’une partie de l’organe génital de la femme. Ces pratiques servent en partie à conserver la virginité de la femme. Une femme Burkinabé, nommée Andal Traoré, fille de Komala Traoré, sage-femme, nous a expliqué que les femmes se font exciser dans leur village et cette pratique concerne notamment les ethnies mossi, bobo, ou autres. Cette pratique est de plus en plus condamnée car une lutte contre celle-ci a commencé en 1996 et une loi est entrée en vigueur en février 1997. Malgré tout, dans certaines régions, elle reste encore, hélas, bien présente.

Au Burkina, il y a des centres d’accouchement gratuits. Il existe aussi des pédiatres pour les enfants et des médecins gynécologues pour les mères. Malheureusement, ils ne sont pas assez nombreux pour le grand nombre de femmes et d’enfants burkinabé. De plus, il y a beaucoup de fausses couches, ils appellent cela « Grossesse qui Coule ». Dans les hôpitaux publics, le matériel médical manque. Le gouvernement a mis en place un service de médicaments gratuits pour les enfants de 0 à 5 ans, mais cela ne suffit pas car le nombre d’enfants est vraiment supérieur aux moyens octroyés. De plus, les seuls médicaments qui sont donnés à ces enfants sont des équivalents du paracétamol en France. C’est donc pour cela que la mortalité infantile reste élevée au Burkina.

Tout de même, toutes les jeunes filles du Burkina sont informées sur la contraception et y ont accès, peu importe la situation de la personne.

L’Etat met aussi en place de plus en plus de moyens pour améliorer l’état de santé des femmes, c’est encourageant !

Ce travail fut très enrichissant car il nous a fait découvrir des coutumes et des cultures totalement différentes des nôtres.

Maxime Bourlier, Thomas Mangin, Carla Lopes, Florine Picaud et Noémy Lièvre

Cet article a été réalisé dans le cadre des cours d’EMC de N. Mergoux en collaboration avec C. Lecocq Hubert, professeur documentaliste.

.

 

 

 

 

Aimerions-nous étudier au Burkina Faso ?

Aimerions-nous étudier

 L’accès à l’éducation au Burkina Faso favorise l’émancipation des femmes. D’ailleurs, depuis peu, la scolarité des jeunes filles est aussi importante que celle des garçons. Il y a 65% de taux de scolarisation en primaire pour les garçons contre 54,5% pour les filles. L’école est accessible aux enfants habitant en ville et à la campagne. Ainsi, le nombre scolarisé n’a cessé d’augmenter, ce qui montre une évolution des droits de la femme.

La parité filles/garçons semble être respectée, pourtant des indicateurs nous montrent que les garçons étudient plus que les filles.

La scolarité au Burkina Faso est accessible à tous, filles comme garçons, néanmoins dans le pays pour environ 60 000 étudiants on compte seulement 20 000 filles. Nous remarquons donc que la proportion des filles étudiantes atteint tout juste le tiers. De plus, le taux de scolarité est faible : en 2002-2003, celui des filles en primaire était de 38,2% contre 40,6% pour les garçons. Ceci s’explique par le fait que l’école n’est pas obligatoire, contrairement à la France. L’école est donc une chance pour eux. Au Burkina Faso, les études, de la maternelle au supérieur, sont payantes. Par exemple, dans la commune de Nouna, au Burkina Faso, l’année scolaire coûte 25 000 F.CFA ajouté à cela 5 000 F.CFA de frais de dossier… soit 45,7€ alors que le salaire moyen par mois est de 175€. Sachant que le taux de fécondité par femme, au Burkina, est estimé à plus de 5 enfants en 2015, que plus l’enfant fait des études, plus le coût est important et que, en plus de cela, les fournitures, les uniformes, etc. sont à payer. Le coût est donc très élevé pour une famille de classe moyenne. Par conséquent, le taux de scolarisation des filles baisse en fonction de la progression des études. En 2002-2003 par exemple, le taux de scolarité secondaire était de 13,8% pour les filles contre 17,3% pour les garçons.

Les élèves du Burkina Faso ont une longue journée de cours car ils commencent à 6h55 et terminent à 18h. Leurs journées sont rythmées par des heures de cours, de travaux de groupes mais aussi de ménage. Les élèves habitent soit à la campagne, soit en ville… Mais l’école étant une chance pour eux, ils acceptent de faire près d’une heure de trajet en bus, moto, voiture, à pied pour s’y rendre. Ensuite chacun peut s’engager dans des études supérieures mais tous, n’ont pas forcément les mêmes ambitions.

Dans le cadre de l’EMC, nous avons travaillé sur les droits des femmes au Burkina Faso. Toutes nos recherches ont abouti à un échange avec un établissement à Koudougou afin d’observer les différences entre notre culture et la leur. L’école avec laquelle nous échangeons au Burkina Faso favorise l’éducation des filles dont le nombre est neuf fois supérieur au nombre de garçons. C’est une avancée pour l’éducation des femmes. Des mesures sont mises en place afin d’inverser la tendance.

Aujourd’hui, des associations se créent afin de limiter les inégalités d’accès à l’éducation. Elles trouvent, per exemple des fonds et de la main-d’œuvre pour construire des écoles. Des démarches sont mises en place pour inciter les parents à envoyer leurs enfants, particulièrement les filles, à l’école. Au Burkina Faso, l’école n’a pas pour but de préparer les enfants à un métier. De plus, le travail est rare. Cependant, le développement d’un pays passe par l’éducation et donc par l’augmentation du nombre d’enfants scolarisés.

Un proverbe africain  dit : « Lorsque vous éduquez un homme vous éduquez un individu. Lorsque vous éduquez une femme vous éduquez une nation ou une famille ». Pourtant, hélas, malgré les évolutions depuis de nombreuses années, les mentalités évoluent peu et trop de femmes sont encore destinées à fonder une famille et non pas à travailler.

Aliénor Barthelet, Julian Bermudez, Anthony Montaya, Baptiste Gervais,  Zoé Nespoulos et Romane Solelhac

Cet article a été réalisé dans le cadre des cours d’EMC de N. Mergoux en collaboration avec C. Lecocq Hubert, professeur documentaliste.

 

 

 

 

L’égalité homme/femme, entre la théorie et la pratique

L'égalité homme

Au Burkina Faso, de nouvelles lois en faveur de l’égalité homme/femme ont vu le jour comme par exemple l’adoption de la politique Genre de l’Union Africaine (UA) en décembre 2008 ou un certain nombre de dispositifs de la PNG (Politique Nationale Genre), qui traduisent une volonté politique de lutter contre les inégalités liées au sexe. Cependant, on sait qu’il a souvent une différence entre la théorie et la pratique. En France, par exemple la loi du 22 décembre 1972 inscrit dans notre droit le principe de l’égale rémunération des femmes et des hommes mais en réalité, les femmes gagnent encore en moyenne 15% de moins que les hommes.

Qu’en est-il donc de l’égalité réelle entre l’homme et la femme au Burkina Faso ?

La CADHP, Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples consacre, dans son article 2, le principe d’égalité en «interdisant toute forme de discrimination fondée sur le sexe et demande aux Etats d’éliminer toute forme de discrimination à l’égard des femmes et d’assurer la protection de leurs droits.»

De plus, le Conseil des femmes du Burkina Faso (CNFB), une association de femmes leader de la société civile fondée le 27 mai 2014, a participé à la rédaction du texte de loi. Le Burkina Faso a fait un pas en avant dans la répression des violences faites aux femmes. Ces agressions font l’objet d’un projet de loi qui a été voté dimanche 6 septembre 2015 par les députés du Conseil national de transition. Il prévoit notamment des peines de prison allant jusqu’à cinq ans et des amendes allant jusqu’à un million de Francs CFA selon les types de violences.

Pourtant, dans les faits, les femmes sont encore trop soumises à leur mari. En effet, à la lecture du livre Femmes du Burkina de Marie-Pascale Vincent publié en avril 2016 aux éditions L’harmattan, on peut être choqué par de nombreux témoignages. Bien souvent encore «c’est l’homme qui décide et les femmes n’ont pas les moyens de se faire entendre». Les élèves interrogés de l’école de Koudougou avec lesquels nous avons établi un échange disent «L’homme est le maître de la maison et tout le monde se doit de le respecter», ce qui rappelle que les systèmes sociaux au Burkina Faso sont basés sur le patriarcat et la suprématie du mâle.

L’organisation non gouvernementale Oxfam Québec,qui s’engage dans la lutte contre les violences faites aux femmes : témoignages de l’Afrique de l’ouest nous dévoile que «Au Burkina Faso, les violences faites aux femmes représentent un sujet de préoccupation majeure, voire une urgence nationale au regard de leur impact sur la vie psycho-sociale des femmes».  En effet, le document de la PNG, sur le site burkinafaso.unfpa.org, fait une synthèse des inégalités et disparités du genre au Burkina Faso et indique l’existence de nombreuses inégalités et violences faites aux femmes, comme «la persistance de la préséance du garçon par rapport à la fille dans le choix des naissances, dans le droit de succession et de propriété»; «inégalités et disparités dans la division sexuelle du travail, qui donnent plus de charge de travail à la femme par rapport à l’homme» ou encore «l’exploitation sexuelle des jeunes filles», «violences sexuelles, tels le viol, le harcèlement, les agressions et abus, la pédophilie [.

Le Burkina Faso continue d’agir pour trouver des solutions aux inégalités. Il s’est déjà fortement engagé en faveur de la lutte contre les inégalités entre hommes et femmes au cours des dernières décennies à travers des mesures notamment dans le cadre de la Politique Nationale Genre, qui ont permis de réaliser des progrès dans les domaines de l’éducation des femmes, de leur santé et de leur participation politique. Ainsi, aujourd’hui, presqu’autant de filles que de garçons sont scolarisés dans le primaire.

Juliette VANDECASTEELE , Clara FOUCRAS, Djehi AYESSOU , Maude EVRARD Seconde 1.

Cet article a été réalisé dans le cadre des cours d’EMC de N. Mergoux en collaboration avec C. Lecocq Hubert, professeur documentaliste.