La femme dans la société burkinabé

Cette année, à Mongré, les 2°1 ont eu la chance de pouvoir échanger avec des élèves d’un collège burkinabé. En automne, nous leur avons envoyé des questions sur la place de la femme dans la société et au mois d’avril, nous avons enfin reçu leurs premières réponses. Il faut dire que là-bas la connexion à Internet est très fluctuante. Nous allons ici partager avec vous ce que nous avons appris sur le travail et l’emploi de la femme au Burkina Faso. Les femmes sont placées dans un contexte relativement compliqué, elles sont contraintes de respecter les traditions tout en ayant la forte volonté de se faire une place dans la société.

La femme dans la société

Auparavant, au Burkina Faso, beaucoup d’avantages étaient donnés aux hommes, en particulier dans le domaine du travail. Les femmes étaient en majorité contraintes de rester au foyer, et étaient très discriminées dans le domaine du recrutement, elles constituaient une très faible part des travailleurs. Les femmes étaient aussi moins encouragées à aller à l’école du fait que les parents privilégiaient les garçons pour en faire de futurs « chefs de familles », ce qui constituait aussi pour elles un manque de formation, et entrainait un taux encore plus faible de femmes employées.

Aussi, à cette époque, le peu de femmes qui travaillaient étaient réduites à certains métiers spécifiques, et quelque peu stéréotypés comme secrétaires ou nourrices, par exemple.

En effet, du fait des discriminations de genre, le nombre de femmes au foyer parmi la population totale de femmes burkinabé est majoritaire. Mais la femme ne se laisse aucunement faire. Effectivement, elle représente plus de 52% de la population totale burkinabé et, avec la mondialisation et les progrès qui en résultent, les femmes obtiennent peu à peu leur indépendance économique. Ainsi, on peut dorénavant voir des femmes auto-entrepreneurs ayant généralement un petit commerce. Les femmes sont maintenant mieux admises dans le monde du travail grâce à différents traités internationaux tels que la (CEDEF) Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes. Elle a été adoptée en 1979, elle occupe une place importante parmi les traités internationaux relatifs aux droits de la personne humaine (Source : https://lacedef.org).

En outre, on peut voir cette amélioration dans la scolarité car maintenant le nombre de filles est égal ou même supérieur à celui des garçons dans les écoles ; en effet, dans l’établissement de Ouagadougou, les filles sont estimées à 9 fois le nombre de garçons mais c’est une école privée de l’Assomption. Aussi, grâce aux études supérieures, les femmes peuvent prétendre, depuis peu, à des emplois plus valorisés.

En conclusion, nous pensons, que ces différents problèmes d’inégalité entre les hommes et les femmes évoqués dans cet article sont d’ordre culturel. Il faut donc, pour les résoudre, changer avant tout les mentalités et montrer à chacun la perspective d’un avenir meilleur. Cela rendrait plus efficace chaque action menée pour la cause des femmes.

Victor Mairot, Alexandre Chaboud, Gérald Bouchet et Thomas Bourcelot

Cet article a été réalisé dans le cadre des cours d’EMC de N. Mergoux en collaboration avec C. Lecocq Hubert, professeur documentaliste.

 

Les inégalités culturelles finissent-elles par devenir naturelles ?

les inégalités culturelles

Etre une femme au Burkina Faso signifie occuper la place la plus importante de la famille, participer à l’éducation des enfants, vivre avec la polygamie tout en se considérant égale à l’homme.

Comment des jeunes femmes qui considèrent que « la polygamie est une bonne chose » et que « les traditions sont très exigeantes » parviennent à trouver leur place dans la famille sans parler d’injustice ?

Nous sommes six jeunes filles occidentales qui avons, dans le cadre des cours d’EMC (éducation morale et civique), créé un échange avec des collégiens burkinabé. Ils habitent à Les inégalités culturelles , la troisième ville du pays. La classe comporte 74 élèves dont 12 garçons et 62 filles.

groupe 2

Notre premier contact a été très chaleureux. Ils nous ont écrit :

« C’est avec un plaisir immense que nous vous écrivons pour vous exprimer notre joie de pouvoir échanger avec vous. Nous sommes enchantées de faire votre connaissance et de pouvoir partager avec vous notre amitié. Même à des milliers de kilomètres les uns des autres, nous vous transmettons nos salutations les plus amicales, les plus fraternelles. »

Nous leur avons adressé nos questions concernant la place des femmes au Burkina Faso, en ayant conscience de nos différences culturelles. Nous allons essayer d’interpréter leurs réponses avec un avis le plus objectif possible et dans une démarche non anthropocentrique.

A la suite des recherches que nous avons menées, nous avons pu remarquer avec notre regard d’Européennes que la situation de la femme au Burkina Faso était peu envieuse. Cependant leurs réponses à nos questions reflètent une situation positive et en amélioration. Effectivement et contrairement aux idées reçues, le mariage est une question de choix et les jeunes filles ne doivent se marier qu’à 20 ans dans le cadre d’un mariage civil et/ou religieux.

De plus l’Etat a pris des mesures contre l’excision, tradition qui fut pendant longtemps pratiquée.

Aujourd’hui les femmes ont le sentiment de disposer pleinement de leur corps, notamment avec les contraceptifs.

Cela les conduit à affirmer qu’elles sont égales aux hommes, en particulier grâce à l’émancipation féminine.

En parallèle, certains de leurs propos ont attiré notre attention.

Pour commencer les femmes occupent la place la plus importante de la famille : ce sont elles qui participent le plus à l’éducation et à l’épanouissement des enfants.

Cela laisse à penser que les pères sont peu impliqués dans ces tâches. En outre, les traditions encore très présentes dictent parfois la vie des individus et plus particulièrement des femmes.

Par exemple, selon les clans, les lois sont transgressées et le type de mariage et l’âge de la mariée ne sont pas respectés.

Pour finir, dans le cadre de notre échange inter-continental, un élément nous a particulièrement interpellées : la pratique de la polygamie.

La polygamie est dite une « bonne chose », elle est légale et uniquement masculine.

Nos correspondantes expliquent cela en invoquant des raisons pratiques et financières. Elles mettent en avant le fait que le nombre de garçons est minoritaire par rapport à celui des filles.

Cela reste choquant à nos yeux et peut même sembler contradictoire avec la vision égalitaire de la femme vis-à-vis des hommes.

Pour conclure, cet échange fut pour nous enrichissant d’un point de vue culturel et social. Il a été l’occasion d’une réflexion sur notre place dans la société, il est également important de s’intéresser à la place des femmes au-delà des frontières françaises dans l’espoir qu’un jour les femmes soient égales aux hommes à tous les niveaux et dans le monde entier.

Alice Hubert, Justine Tremerel, Léa Breger, Margotte Chassagne, Kim Michon et Maëva Sanchez

Cet article a été réalisé dans le cadre des cours d’EMC de N. Mergoux en collaboration avec C. Lecocq Hubert, professeur documentaliste.

 

 

Aimerions-nous être une femme au Burkina aujourd’hui ?

Carte-Burkina-Faso-1

 La femme au Burkina Faso, comme dans tous les pays voisins, est un pilier de la société africaine et pourtant force est de constater que sa condition n’est pas satisfaisante.

Si la répartition des tâches ménagères et les soins apportés aux enfants dans les pays européens restent encore source d’inégalité entre les hommes et les femmes, nous pouvons dire qu’elle est encore plus évidente au Burkina Faso. Quand 71% des femmes françaises prennent en charge les tâches domestiques c’est 90% des Burkinabé qui s’en occupent.

Grâce à notre correspondance avec des collégiens de l’Assomption,  nous avons pu mettre en évidence des différences et similitudes entre la gestion des tâches ménagères en France et au Burkina.

Le rôle des hommes comme il est décrit par les élèves du collège de l’Assomption est de faire le marché, de fendre le bois et parfois de faire la cuisine, on peut donc imaginer que le reste des tâches ménagères et le soin apporté aux enfants restent une mission féminine. Pour celles qui travaillent, elles doivent jongler au quotidien entre les obligations domestiques et les contraintes professionnelles et en cela c’est un point commun avec les Françaises qui sont nombreuses aussi à assumer des doubles journées.

Il nous est aussi rapporté que les enfants sans distinction de sexe sont familiarisés dès leur plus jeune âge aux différentes tâches ménagères. Toutefois on sait que l’accès à l’éducation n’est pas la règle pour les petites burkinabé, avec une population féminine sans instruction pour 90% d’entre elles, les petites filles étant d’une aide précieuse dans les tâches de la maison.

Nos correspondants ont évoqué les pénuries d’eau dont le Burkina Faso est atteint, si cela complique certainement la gestion des tâches ménagères, cela rallonge considérablement le temps de parcours moyen des femmes pour l’accès à l’eau, et la quantité d’eau minimum nécessaire à l’hygiène et à l’alimentation n’est pas toujours atteinte. Dans les régions rurales, les femmes peuvent parcourir plusieurs kilomètres pour ramener 20 à 30 litres d’eau sur la tête et ceci plusieurs fois par jour. Il est difficile pour nous occidentaux d’imaginer ce quotidien quand il nous suffit de tourner un robinet pour avoir de l’eau.

Quant aux moyens utilisés pour faire les tâches domestiques, ils nous sont décrits comme similaires aux nôtres. Il nous parait toutefois important de distinguer les différences que l’on peut trouver au sein d’une même population Burkinabé. Les conditions d’accès à l’eau et l’équipement ménager ne sont sûrement pas les mêmes à Ouagadougou que dans les régions rurales avoisinantes.

Le Burkina compte plus de 14 millions d’habitants dont 52% de femmes mais celles-ci sont peu représentées dans le monde politique et elles ne parviennent pas à faire changer les choses en profondeur.

Aujourd’hui au Burkina, force est de constater que les inégalités entre les hommes et les femmes sont encore d’actualité mais on sent depuis la dernière décennie une évolution de la condition de la femme qui permet d’espérer des jours meilleurs pour celles-ci.

Il sera donc peut-être plus enviable d’être une femme au Burkina Faso demain !

Jules Goulouand, Charles Chabloz, Baptiste Valentin, Léo Bernard, Edouard Rigal,et Lorenzo Chiaramonte

Cet article a été réalisé dans le cadre des cours d’EMC de N. Mergoux en collaboration avec C. Lecocq Hubert, professeur documentaliste.

LA FAIM DANS LE MONDE !

la faim dans le monde

3 millions d’animaux sont tués pour les besoins nutritifs des humains chaque jour. Chaque année, en moyenne 42kg de viande sont consommés par habitant dans le monde, en France, on atteint les 89 kg par habitants. Mais malgré cette énorme quantité de nourriture produite, toujours 2 millions d’individus sont touchés par la sous-nutrition dans le monde.

La question n’est pas : « Faut-il produire plus ? » mais, « Comment mieux répartir la nourriture dans le monde dans le but de réduire le taux de sous-nutrition ?

la faim dans le monde 3

La sous-nutrition est un état de manque important de nourriture en rapport à un apport alimentaire insuffisant pour combler les dépenses énergétiques journalières. Elle entraîne des carences nutritionnelles. Chez l’être humain, la sous-nutrition sur une longue durée entraîne des dommages conséquents qui peuvent entraîner à la mort. Chaque jour, trop d’hommes et de femmes à travers le monde peinent à offrir à leurs enfants un repas nutritif. Dans un monde où suffisamment de denrées alimentaires sont produites pour nourrir tout le monde, 815 millions de personnes, soit une personne sur neuf se couchent pourtant l’estomac vide chaque soir. Elles sont encore plus nombreuses, une sur trois, à souffrir d’une forme quelconque de sous-nutrition. L’ONU utilise le terme de « famine » lorsque l’indice de sous-alimentation se situe entre 20 et 40 % de la population totale et que dans le même temps le taux de mortalité dépasse les deux décès par jour pour 10 000 habitants. Nous pouvons constater que le nombre de personnes atteintes de sous-alimentation s’élève à 795 millions d’individus sur la période allant de 2014 à 2016, soit 216 millions de moins que de 1990 à 1992. Si des progrès contre la faim ont été pris en compte, le bouleversement de la sous-alimentation tue encore chaque année trois millions d’enfants de moins de cinq ans et entraîne retards et handicaps. Des progrès furent enregistrés au cours de ces dernières années, mais ils restent encore insuffisants pour éradiquer la faim dans le monde. La sous-nutrition en Afrique, en Asie ou encore en Amérique Latine, est encore très élevée et de nombreuses actions sont à mettre en place pour poursuivre la lutte contre la faim.

Il faut aider ces pauvres gens, nous qui en avons les moyens, nous qui avons le ventre plein. Si nous, les jeunes, nous commençons dès maintenant à aider les hommes en difficulté, nous sauverons également les générations futures. Pour cela, donnons un peu d’argent, un peu de notre temps, manifestons, signons des pétitions pour demander aux gouvernements du monde d’ offrir leurs excédents agricoles, qui coûtent cher à conserver, aux pays en difficulté. Ce qui permettrait de sauver des milliers voir même des millions de vie. Luttons ensemble, mes amis, parce que  » Manger à sa faim est le premier des droits de l’être humain  » et peut-être qu’un jour, nous pourrons vivre dans un monde meilleur !

Lyna Lamraoui, Agathe Lorin, Lilou Benoît, Jade Paingat et LouGuilbaud, seconde 4

Cet article a été écrit dans le cadre des cours d’éducation civique de N. Mergoux, en lien avec l’éducation au développement durable et avec l’aide des documentalistes.

 

Dans la peau de vos repas

Dans la peau de vos

En France, 3 000 000 d’animaux sont tués chaque jour dans les abattoirs. Même si certains sont élevés en plein air, la majorité ne l’est pas. Derrière les prairies fleuries que nous montrent les grands groupes de distribution se cachent des procédés révoltants, dignes des camps de concentration.

          De toute l’histoire de l’humanité, jamais la race animale n’a été aussi mal traitée, car la majorité des éleveurs ne parlent même plus d’animaux, comme nous l’a prouvé Daniel, l’unique éleveur de porcs en production intensive qui a accepté d’être interviewé par France 2 (*). Ses deux seuls mots d’ordre : « production » et « rendement ». Et en effet, 95 % des porcs et 99% des lapins passent leur existence dans des cages.

Les performances de production passent par une sélection génétique des animaux et  par une utilisation d’antibiotiques inutiles, qui rendent les bactéries résistantes. Les porcelets subissent des opérations appelées « soins », consistant à couper leur queue, leurs testicules et à limer leurs dents afin qu’ils ne se blessent pas entre eux. Mais leurs comportements agressifs sont anormaux car causés par le stress et l’ennui. Les poules aussi se font limer le bec pour éviter qu’elles ne se piquent entre elles.

Le poulet est l’un des animaux le plus consommés en France, mais c’est surtout notre pays qui est le premier producteur de viande de poulet en Europe avec 830 millions de poulets par an. Ces pauvres volatiles, qui sont des animaux vifs et curieux, sont enfermés et entassés dans des hangars sans fenêtre ni perchoirs. La règle est simple : 20 poulets par m² !

Concernant les poissons, on en pêche dix fois plus par an, dans le monde, qu’il n’y a d’étoiles dans notre galaxie, soit 1 000 milliards de poissons. Cela est essentiellement dû à la modernisation des bateaux sur le plan technologique. Malheureusement, aucune loi de protection animale n’existe sur la manière dont les poissons sont capturés, élevés ou mis à mort. La grande conséquence de la pêche industrielle est que les poissons capturés sont trop jeunes ou sont des espèces non-désirées comme les dauphins, tortues etc. ce qui empêche la reproduction de certaines espèces. Heureusement, des associations comme WWF agissent pour éviter la disparition totale des espèces mais les chiffres restent alarmants car l’extinction actuelle, provoquée par les activités humaines, est comparable à une crise biologique majeure puisque d’ici à 2050, on considère que 25 à 50 % des espèces auront disparu, y compris dans les océans.

Tous concernés

Les vaches sont aussi touchées aussi bien pour leur chair que pour leur production laitière avec 8600 litres par an soit 10 fois plus que les demandes des veaux. Cette surproduction provoque les mammites, des inflammations des pis. Elles subissent aussi des inséminations pour la fécondation, En résumé les petits sont séparés de leur mère à la naissance. Les femelles sont gardées en tant que vaches laitières mais les mâles, ayant peu de valeur marchande, sont envoyés à l’abattoir ou exportés à l’étranger.

Mais ce qui nous a le plus marqués, c’est l’âge auquel tous ces animaux sont abattus, comparé à leur espérance de vie naturelle : un poussin est tué à 1 jour, les poulets à 10 semaines maximum et les poules pondeuses à 16 mois alors qu’ils peuvent vivre 8 ans ; une vache laitière est tuée à 5 ans et un bœuf élevé pour la viande à 1 ou 2 ans alors que ces bovins peuvent vivre 20 ans ; un cochon d’élevage ne vivra que 6 mois au lieu de 15 ans ; et cela est la même chose pour les dindes, canards, veaux, agneaux, poissons…

Dans la peau de vos 2

Voilà les conséquences de notre consommation excessive de viandes et poissons, bien au-dessus de nos besoins, qui doit nous faire réfléchir à nos achats et notre alimentation.

Arthur Coquerelle, Mathieu Macarez et Clément Desberg

Cet article a été réalisé dans le cadre des cours d’EMC de N. Mergoux en collaboration avec C. Lecocq Hubert, professeur documentaliste.

(*) Nous avons vu quelques extraits du documentaire, Une vie de cochon, diffusé le 12/11/2013 sur France 2 – https://www.youtube.com/watch?v=87bn2s5NxDs

 

 

 

Tout est-il bon dans notre alimentation ?

Tout est il bon

 Dans le cadre des cours d’éducation civique, la classe de 2°4 a eu l’opportunité d’assister à une conférence traitant de l’alimentation et du bien-être animal. Dominic HOFBAUER, membre de l’association L214, est intervenu auprès de notre classe pour témoigner et sensibiliser les élèves sur la condition animale. En effet, l’élevage intensif concerne 95 % des animaux qui sont la base de notre alimentation, mais ce type d’élevage fait passer les problématiques financières avant la préoccupation du bien-être animal. Globalement, les conditions de vie des animaux ne sont pas en leur faveur. La plupart des éleveurs ne peut pas prendre en compte  la sensibilité des animaux à cause de notre demande trop importante de viande pas chère.

Nous sommes nombreux à consommer quotidiennement de la viande, mais comment est-elle vraiment produite ? Devons-nous changer notre alimentation pour mieux respecter les droits des animaux ?

Les animaux, des êtres sensibles

Le nom de l’association L214 est tiré de l’article L214 du code rural de 1976 qui stipule que tout animal est un être sensible et que « tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce. » Déjà en 1789 le philosophe anglais Jeremy Bentham réfléchissait sur la notion de droit universel, pour lui : « la question n’est pas « peuvent-ils raisonner ? » ou « peuvent-ils parler ? » mais « souffrent-ils souffrir ? ». Depuis quelques temps, l’éthologie se développe. Cette science étudie le comportement animal dans son milieu. De plus, certaines expériences ont été menées sur des animaux en captivité. L’intervenant nous a montré une vidéo d’une femelle gorille prénommée Koko. Sa soigneuse lui a appris la langue des signes, et elle est à présent capable de communiquer avec les hommes. Le public retient surtout un passage marquant de la vie de Koko. Elle s’était liée d’affection avec un chaton qui est mort. Lorsque sa soigneuse lui a appris la nouvelle Koko a exprimé ses sentiments (tristesse, douleur etc.) par la langue des signes. Cet exemple, mais il en existe beaucoup d’autres, tend à montrer que les animaux sont des êtres sensibles, capables d’empathie envers d’autres espèces.

Conditions d’élevage

touts est il bon 3

Les animaux d’élevage vivent toujours, pour la plupart, dans des conditions extrêmes. L’élevage le plus important en France est l’élevage de cochons et on sait que 95 % des cochons sont élevés en élevage hors-sol. Ils sont confinés dans des bâtiments agricoles, dans des cages où ils peuvent à peine se mouvoir et ne connaitront jamais la vie à l’extérieur. Dès la naissance, ils vivent dans des conditions intolérables. On coupe la queue des porcelets à vif et on leur meule les dents afin d’éviter tout risque de cannibalisme dû à l’ennui, conséquence du confinement extrême. Leur vie est très courte, à l’âge de 6 mois, ils sont envoyés à l’abattoir. La réglementation européenne interdit que les animaux soient conscients au moment de leur exécution mais autorise des exceptions liées au culte religieux. En France, l’abattage conventionnel consiste à étourdir l’animal par un procédé mécanique, électrique ou gazeux afin de le plonger dans un état d’inconscience avant de l’abattre par un coup de couteau à travers la gorge. Cette règle a été instaurée par le décret du 16 avril 1964, et étendue aux volailles et lapins en 1970.

Cependant, il existe des dérogations pour des abattages rituels qui ne prévoient pas d’étourdissement, notamment les techniques d’abattage dans l’islam et le judaïsme, afin de produire une viande halal (islam) ou casher (judaïsme).

Mr HOFBAUER nous a également expliqué que la France compte aujourd’hui 960 abattoirs qui tuent environ 3 millions d’animaux par jour, ce qui équivaut à 1 milliard d’animaux par an. En moyenne, un français mange 89 kg de viande par an.

Tout est il bon 2

Cette citation de l’auteure afro-américaine Alice Walker dénonce la maltraitance animale : « Les animaux du monde existent pour leur propre raison. Ils n’ont pas été créés pour les humains, pas plus que les noirs pour les blancs, ou les femmes pour les hommes ». On néglige la vie et les intérêts des animaux, c’est une forme de discrimination qu’on appelle le spécisme.

Problèmes liés à l’élevage

En outre, on nous a présenté les problèmes liés à l’élevage intensif tel que la sélection génétique qui a pour but d’augmenter la production des animaux mais réduit leur espérance de vie : à force de subir cette production intensive les animaux n’arrivent plus à suivre le rythme et sont envoyés à l’abattoir (par exemple les vaches laitières qui produisent 8600 litres par an sont envoyées à l’abattoir dès l’âge de 5 ou 6 ans). Pour cette sélection génétique les animaux sont fécondés par insémination. D’autres problèmes environnement liés à l’élevage intensif se posent comme la déforestation ou la pollution car l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre.

Des solutions alternatives

Il existe un autre type d’élevage qui respecte mieux les besoins des animaux et se développe de plus en plus en France : l’élevage extensif. Il existe aussi des refuges pour animaux qui pour certains ont été créés par d’anciens éleveurs, ou par des associations comme la SPA.

Une nouvelle alimentation

Toutefois, 67 millions d’animaux terrestres sont tués chaque année, c’est presque 10 fois la population humaine ! Ne pouvons-nous pas trouver d’autres façons d’alimenter la population mondiale ? En sachant qu’en donnant 3 à 10 kg de végétaux aux animaux, on fait 1 kg de viande, on constate que les productions de céréales sont utilisées pour nourrir les animaux d’élevage alors qu’une partie de la population mondiale souffre de la faim. A la suite de ce constat, une nouvelle alimentation se développe. De plus en plus de personnes adoptent une pratique végétarienne, voire vegan. C’est-à-dire qu’ils bannissent toute alimentation d’origine animale. On remarque le développement de cette pratique dans les supermarchés car les grandes marques développent des aliments à base de végétaux (steaks, lait, …). Ce mouvement est soutenu par des stars comme Serena Williams (joueuse de tennis), Mike Tyson (boxeur), Natalie Portman (actrice dans Star Wars), Peter Dinklage (Game of Thrones) ou encore Pink, qui se sentent concernés par ce sujet et montrent que tout le monde peut changer d’alimentation.

Cette conférence nous a permis de comprendre l’importance qu’il y a à choisir son alimentation. Chacun peut participer à sa manière à la protection des droits des animaux en consommant par exemple des produits provenant d’une agriculture biologique (où les animaux vivent dans de meilleures conditions), ou en réduisant notre consommation de viande.

Héloise Senechal, Amélie Kraska, Céline Riou, Capucine Béthune et Julie Cahurel.

Cet article a été écrit dans le cadre des cours d’éducation civique de N. Mergoux, en lien avec l’éducation au développement durable et avec l’aide des documentalistes.

La nouvelle arche de Noé : Des refuges contre l’exploitation animale

 

La nouvelle arche

Des hommes au service des animaux : un désir d’en finir avec le « spécisme »

Depuis de nombreuses années, beaucoup d’ONG ont été fondées pour protéger, recueillir, ainsi que s’occuper des animaux délaissés et sortis de l’industrie. On peut, par exemple, noter la 1ère SPA créé en 1824, preuve que le bien-être animal était déjà au cœur des pensées du 19ème siècle. Cette protection animale s’étend à présent dans le monde entier, au travers également des courants « végétarien »ou encore « vegan », dont le but est de se défaire de tout ce qui peut faire souffrir l’animal. Ces organismes s’appuient sur le fait que ces animaux sont, tout comme nous, des êtres doués de sentiments et d’une réelle sensibilité. De plus en plus d’individus commencent à contester les traitements que subissent ces « bêtes » d’élevage. On peut d’ailleurs noter que le mot  « bête » est aussi, dans le langage courant, une personne stupide.

La Loi 214 de 1976 demeure une des rares barrières de protection, forçant les propriétaires à respecter certaines règles : « Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce ». Cette loi a notamment donné le nom à la Fondation L214, venue nous présenter son combat lors d’une conférence qui a eu lieu au CDI le 23 Mai 2018. Nous nous étions auparavant documentés, notamment grâce à une exposition sur l’alimentation, présente au CDI.

3 millions d’animaux abattus chaque jour en France. La grande majorité n’avait alors même pas vécu un cinquième de son existence.

Des queues de porcelets coupées, des petits arrachés à leur mère, des poussins vivants broyés, quinze poules par mètre carré

Savez-vous vraiment ce que vous mangez ? Etes-vous des consommateurs éclairés ? Connaissez-vous la différence entre l’élevage intensif et l’élevage expansif ?

Nous avons également appris que l’industrie alimentaire a de nombreuses conséquences non négligeables sur l’environnement car il faut abreuver les animaux, mais surtout les nourrir avec beaucoup de céréales et légumineuses. Il en faut 3 à 10kg pour produire un seul et unique kilogramme de viande alors que 800 millions d’hommes souffrent de malnutrition dans le monde ! Si les pays développés réduisaient de moitié leur consommation de viande, il serait alors possible de nourrir 2,2 millions d’enfants à l’échelle internationale.

De plus, la production de céréales ainsi que l’agriculture en générale nécessite une grande consommation d’eau. Il faut 1500 litres d’eau pour produire un steak de 100g.

la nouvelle arche 2

Enfin, nos techniques actuelles d’élevage demandent de la place, ce qui contribue à la  déforestation. Or, nous savons que les végétaux nous assurent un oxygène au quotidien et nous en avons besoin. Aussi ces exploitations animales sont responsables de 14,5% des émissions de CO2. Il faut également ajouter à cela les engrais utilisés pour les cultures destinées aux bovins, les déjections des animaux en captivité, qui engendrent un effondrement progressif de l’écosystème en polluant la terre.

la nouvelle arche 3

Ces chiffres et faits ont engendré la réaction de personnalités. On trouve parmi elles, des auteurs comme Alice Walker, féministe engagée, qui écrit : « Les animaux du monde existent pour leur propre raison, ils n’ont pas été créés pour les humains, pas plus que les blancs pour les noirs ou les femmes pour les hommes. ».

De plus, l’éthologie, la science étudiant les comportements des animaux dans leur milieu, découvre chaque jour que les animaux sont comme des êtres doués de forme d’intelligence et de sensibilité.

Enfin, des associations se sont développées comme la Fondation L214, afin de prévenir, dénoncer et espérer enrayer cette maltraitance animale et les problèmes qui en résultent. Informer les individus, comme lors de cette conférence donnée à Mongré, est essentiel car nous devons tous savoir ce qu’il y a dans nos assiettes.

Nous pouvons déjà veiller au choix de notre alimentation au quotidien en choisissant des produits labellisés AB. Tous les produits biologiques ont également un impact bien moindre sur l’environnent et sont à privilégier (meilleur traitement des animaux, meilleure qualité des produits…). De plus, nous pouvons réduire notre consommation de viande. L’État lui-même tente de mettre en place plus de repas végétariens dans les cantines afin de sensibiliser les plus jeunes et réduire les problèmes de santé liés à une consommation excessive de viande.

Oui mais comment nous détacher de nos habitudes ?

Osons goûter de nouvelles créations pour le futur ! Insectes pour les plus proches de la nature, ou viande végétale pour les curieux, les solutions sont multiples et variées !

En bref, il est préférable d’avoir de l’éthique pour remplir son assiette !

 

Mathilde Decitres, Apolline Bely Clara Theuillon, Florian Arbane et Ilan Gouspy

Cet article a été écrit dans le cadre des cours d’éducation civique de N. Mergoux, en lien avec l’éducation au développement durable et avec l’aide des documentalistes.