Un déo dit « bio»

D’après la dernière campagne de publicité d’Ushuaïa, leurs déodorants sont certifiés « bio ». Mais le sont-ils vraiment ?

Gel douche bio-truc, déo bio-machin, le nouveau marché du bio n’a pas fini de nous en faire voir. En France, il n’existe actuellement aucune réglementation pour encadrer l’usage du terme bio en cosmétique. Ce qui peut paraître contradictoire puisque dans le domaine de l’alimentation les réglementations sont très strictes. En 2006, la direction générale de la concurrence de la consommation de la répression des fraudes (DGCCRF) a testé 47 produits prétendus naturels ou biologiques mais 6 d’entre eux ne rentraient pas dans les normes écologiques.

C’est pourquoi nous avons décidé de nous pencher sur la fiabilité d’une publicité concernant les déodorants biologiques Ushuaïa.

Des composants fiables ? :

A première vue, tout converge pour nous prouver l’aspect naturel de ce produit. Sur la publicité on retrouve tous les items « bio » : couleurs, fleurs, fruits, plantes … Par ailleurs, nous pouvons voir le logo « cosmétique bio, charte cosmébio ». Après vérification, nous avons constaté que ce produit labélisé par cosmébio est certifié par écocert (cosmébio est une référence en cosmétique naturelle, écologique et biologique ; écocert, lui, délivre une certification pour les produits issus de l’agriculture biologique, les cosmétiques écologiques et biologiques). Le soutien de ces deux labels à la gamme de ce produit n’est pas anodine, ni négligeable. Il représente un atout pour la vente du produit. Pour approfondir la critique de ce cosmétique, nous nous sommes intéressées aux composants de ce déodorant Ushuaia. Ainsi, il est certain que les ingrédients sont 100% naturels. Si l’on prend l’exemple de l’aloe vera, on apprend qu’il est d’origine bio. Cependant, les ingrédients provenant de l’agriculture biologique ne représentent que 20% du produit. De plus, certaines substances naturelles comme l’inaloeol, lemonere, benzyle, alcool …sont potentiellement allergisantes pour des personnes sensibles.

Les limites de l’emballage :

Le déodorant contient parallèlement ce qui peut être à l’origine d’irritation. Concernant l’emballage, il est réalisé en polypropylène qui d’après U est recyclable à un très bon point mais Le magazine Terra Economica de novembre 2008 affirme que l’emballage des déodorants en plastique pose problème, car il ne se recycle seulement que s’il est composé exclusivement d’aluminium, d’acier ou de verre. En effet, seules deux sortes de plastique trouvent une seconde vie. Or le paquet de ce produit ne fait pas partie de cette catégorie. Si nous comparons l’emballage de ce produit avec d’autres emballages en plastique, nous constatons qu’il est possible d’obtenir des solutions plus écologiques. Volvic, par exemple, a crée la première bouteille éco-conçue  (20% de plastique végétal issu de canne à sucre et 25% de plastique recyclé). En outre Ushuaïa aurait pu aller plus loin en proposant des emballages rechargeables comme de nombreuses marques l’ont déjà fait.

Pour conclure, on ne peut pas parler de publicité mensongère pour les déodorants Ushuaïa car le produit respecte quelques exigences écologiques. Malgré cela, nous pourrions nous attendre à plus d’efforts de la part cette marque reconnue. Il faut tout de même garder une certaine vigilance face aux publicités de cosmétiques dits biologiques.

Fausse pub

Clémence Vignon, Pauline Radix, Pauline Reynaud et Eléonore Pahaut (1ère S3).

 Ce travail a été réalisé avec Mme Lecocq Hubert lors des séances d’ECJS.

Formation des éco-délégués

Le 22 octobre 2009, une délégation composée d’élèves volontaires s’est réunie afin de suivre une formation sur le développement durable.

Les éco-délégués du collège étaient encadrés par M. Chapel (professeur de technologie) et ceux du lycée par Mme Lecocq-Hubert (documentaliste et professeur de philosophie).

Nous avons commencé notre après-midi de sensibilisation aux problèmes environnementaux avec la projection du film « Home » de Yann-Arthus Bertrand en salle de conférence. A la fin du documentaire, les avis étaient partagés : «Le film est utile dans le sens où il est éducatif. En effet, le support cinématographique est assez percutant. Cependant, Y-A Bertrand est trop moralisateur et ne présente pas assez de solutions à la crise écologique. Moi, je reste pessimiste et même désespéré car les décisions politiques ne sont pas conformes à une démarche éco-citoyenne et les promesses faites sont trop souvent en décalage avec les actes » dit Elliot Charpentier.

William Massina était plus optimiste : « Y-A Bertrand voulait faire un constat grâce à de beaux paysages. Son film est moins technique que celui d’Al Gore (Une vérité qui dérange) mais son but était de nous faire réagir. Ce film est selon moi très positif. Chacun doit utiliser ses propres talents et capacités professionnelles pour sensibiliser les gens. »

Camille Teyssandier, quant à elle, a surtout apprécié : « les informations  chiffrées à la fin du film».

Afin que les éco-délégués puissent remplir leur mission, il était important qu’ils aient une vision d’ensemble de l’état de la planète.

Ensuite, les lycéens se sont rendus au CDI et ont dégusté un goûter biologique. Madame Lecocq-Hubert avait fait appel pour l’occasion à des producteurs locaux de produits biologiques (La Ferme du Chapi) et nous avons mangé des chaussons aux pommes et bu du jus de fruits « bio ».

La deuxième partie de l’après-midi était organisée autour d’une conférence-débat animée par le directeur de l’association Naturama. Cette association, spécialisée dans la protection de la biodiversité, met en place des projets écologiques en partenariat avec des communes, des entreprises et des écoles. Un diaporama a été présenté, accompagné de commentaires et d’explications et souvent un débat s’engageait entre les lycéens et l’animateur. Cet homme, passionné par la protection de l’environnement, a marqué les élèves par son intégrité et sa pugnacité.

Cet après-midi a permis aux éco-délégués de se connaître et de s’engager dans un pôle d’activités. Certains vont travailler sur l’alimentation, d’autres sur les économies d’énergie ou encore sur l’organisation d’évènements éducatifs. La liste de tous les gestes éco-citoyens est longue…

Christelle Laplanche, Alix Bougain, Cécile Lecocq-Hubert

La ferme du futur, d’abord écologique

ferme 1

L’agriculture biologique est, pour commencer, un mode de production excluant les Organismes Génétiquement modifiés (OGM) ainsi que l’usage de fertilisants de synthèse et autres produits chimiques (comme les pesticides). Elle favorise la rotation des cultures, le recyclage des matières premières naturelles et privilégie surtout le respect de l’environnement tout en améliorant les rendements.

L’Agriculture Biologique : phénomène de mode ?Logo_AB_fr

Depuis quelques années, le phénomène « Bio » prend de l’ampleur (on entend de plus en plus souvent parler de produits certifiés « bio »). Mais à quoi cela est-il dû ? Sans aucun doute à la très forte médiatisation .Avez-vous déjà eu connaissance de l’existence de ces produits sans passer par la publicité ?

De nos jours, l’écologie est un enjeu mondial. C’est en effet le seul moyen de limiter la trop grande pollution sévissant en particulier dans les pays industrialisées ou en voie de développement. On peut bien évidemment en conclure que, malgré de nombreuses campagnes publicitaires, il ne s’agit pas d’un phénomène de mode mais bien d’une préoccupation légitime.

Pourquoi l’écologie doit-elle  être notre préoccupation ?

Devant les enjeux d’un monde en mouvement permanent, créer un développement, à la fois efficace aussi bien sur le plan économique que sur le plan environnemental, est un défi digne d’être relevé. Cela constitue le principe le plus important de l’agriculture biologique et du développement durable en général. Adopter l’écologie permet de prouver que l’on peut vivre très bien,  tout en limitant les gaspillages. Et cela est valable pour l’agriculture.

Quelques chiffres :

  • Cette année, 48% des Français ont consommé un produit Bio au moins une fois par mois,  soit une hausse de 2% par rapport à l’année précédente.
  • 86% des Français pensent que l’Agriculture Biologique doit être développée.
  • 4 Français sur 10 trouvent normal de payer ces produits plus cher.
  • 77% des Français pensent que l’Agriculture Biologique est un excellent moyen pour lutter contre les problèmes environnementaux.

Et notre visite ? :

De plus en plus d’infrastructures écologiques apparaissent chaque année en France. La « Ferme du Chapi » en est un exemple.

Elle illustre parfaitement l’harmonie entre protection de l’environnement et bons rendements. En revanche, l’Agriculture Biologique ne se limite pas seulement aux infrastructures,  mais aussi à un mode de fonctionnement.

Blandine et Pascal Jourdain préparent une piscine écologique

Blandine et Pascal Jourdain préparent un bassin d'assainissement des eaux usées de la maison.

Respecter la nature, c’est avant tout proscrire l’usage des produits dangereux et donc la protéger au mieux. Cela garantit au final un produit de qualité et surtout totalement naturel.

Arthus Sibille, Romain Turin, Jean-Baptiste Gourdin, François Vincenot. 2de 4

Ce travail a été réalisé lors des cours d’ECJS avec Mlle Martin en collaboration avec Mme Novales (documentaliste)

Les belles limousines

Belles limousines 1

L’élevage écologique permet aux limousines d’être élevées dans de meilleures conditions de vie.


Les limousines

Les bovins sont régulièrement suivis par l’éleveur qui contrôle ainsi les conditions de vie de ses bêtes. Notre éleveur, Mr JOURDAIN, a choisi la race limousine pour son aspect rustique et  son côté robuste. Ses vaches sont uniquement des vaches allaitantes qui sont destinées à la consommation. De plus, il possède des génisses qui sont de jeunes vaches séparées du troupeau,  car elles sont trop jeunes pour mettre bas.

Elles produisent également de l’engrais grâce à leurs déjections qui, une fois séchées, enrichissent la terre.

Belles limousines 2

Les différentes prairies

L’élevage nécessite également d’autres activités comme la production de foin. En effet, l’éleveur cultive la luzerne, une plante légumineuse qui fixe l’azote de l’air avec ses racines ; cette plante est cultivée dans une prairie artificielle. Une prairie artificielle est destinée à la nourriture du bétail pendant l’hiver,  contrairement à la prairie naturelle qui nourrit les bovins à différentes périodes de l’année : le printemps, l’été et l’automne.

Belles limousines 3

Une prairie naturelle est formée de plantes vivaces. En revanche,  lorsque les pluies estivales sont rares, ces prairies sont moins rentables.

Le ramassage des foins, en juillet, est différent selon les prairies. Dans les prairies artificielles, il faut plus de quatre jours de soleil pour que la récolte ne fermente pas et rende les bêtes malades. Ces bottes de paille sont rondes,  contrairement à celles d’une prairie naturelle qui sont rectangulaires. Une botte de paille pèse entre 300 et 500 kg.

Belles limousines 4

Cet élevage est favorable au développement durable, car il contribue à élever des races de vaches anciennes si l’on améliore la qualité de leur nourriture.

ANDRE  Thibault, BOUFFANET  Corentin, CASTAGNO  François, HOERNER  Stéphane. 2nd4

Ce travail a été réalisé lors des cours d’ECJS avec Mlle Martin en collaboration avec Mme Novales (documentaliste)

Stéphan, François, Pierre et les autres… à la ferme

Stephan Francois Pierre

Le  22 avril, 17 élèves de 2nd 4 ont visité  la ferme du Chapi de Mr. Pascal JOURDAIN :

Une matinée ludique pour découvrir l’agriculture biologique.

Après une  longue matinée de labeur sous un soleil étincelant, nous sommes allés nous rafraîchir autour d’un verre de cidre, provenant  des pommes du verger, que nous avons  bu avec grand plaisir. Nous avons prolongé cet agréable moment autour d’une table telle une grande famille.

Nous avons commencé ce repas convivial par une salade verte complétée de radis et de levure de bière. Le plat principal : carottes nouvelles fraîchement cueillies dans un autre verger avec un apport important en vitamine A, blettes, celles-ci provenant du potager .Ces légumes étaient accompagnés de viande de bœuf, issue de leur élevage. La viande est une excellente source de protéines, nécessaires pour bâtir notre organisme, et de fer qui enrichit notre sang. Tout bon repas est accompagné d’une bonne boisson : Monsieur Jourdain  nous a proposé un jus de pommes, qui tout comme le cidre, est fabriqué par ses soins. Cette méthode permet d’obtenir un jus naturel, de conserver son apport en vitamines et de respecter son goût original.

N’oublions pas le fromage blanc, un produit laitier nécessaire dans un déjeuner et important pour notre croissance car, comme le dit DANONINO, la vitamine D renforce les os !

Nous avons, bien entendu, gardé le meilleur pour la fin : le dessert ! et qui dit bon dessert dit gâteau au chocolat (du commerce équitable). Celui-ci était accompagné d’une compote de pommes de la même récolte que celle du cidre. L’apport énergétique de la pomme provient non pas de graisse, mais de fructose et de glucides assimilables lentement par l’organisme. La vitamine C est la vitamine la plus présente dans ce fruit.

Ce déjeuner fut le point d’honneur  d’une matinée très enrichissante et d’un moment convivial et familial où chacun a pu se découvrir en dehors du cadre scolaire.

Le bio dans notre assiette, c’est notre avenir !

 

Manon LeCalvé.

Manon Bessy.

Maud Bourgeois

2de4.

 

Ce travail a été réalisé lors des cours d’ECJS avec Mlle Martin en collaboration avec Mme Novales (documentaliste)

Faites place à la nature !

Ecolos en herbe : les idées des sixièmes.

potager-bio-6eme1

Les produits chimiques sont un danger pour notre planète, alors supprimons ces poisons de notre vie !

A Mongré, faisons un potager naturel et fabriquons de l’engrais en récupérant les déchets naturels de la cantine. Mettons des coccinelles dans chaque potager qui mangeront les pucerons !

Le résultat nous donnera une alimentation saine et biologique.

Louna Puncas, Sophie Cayuela, Ludivine Audin – 6°1

Ce travail a été réalisé au CDI dans le cadre de la semaine du développement durable avec leur professeur de français, Mme Néau.