Promised Land (2013)

Promised Land (2012)

Synopsis : Promised Land est un drame américain de Gus Van Sant. Steve Butler (Matt Damon), représentant d’un grand groupe énergétique, se rend avec Sue Thomason (Frances McDormand) dans une petite ville de campagne. Les deux collègues sont convaincus qu’à cause de la crise économique qui sévit, les habitants ne pourront pas refuser leur proposition de forer leurs terres pour exploiter les ressources énergétiques qu’elles renferment. Tout  va pourtant se compliquer lorsque Franck Yates (Hal Holbrook), un enseignant respecté critique le projet, soutenu par un activiste écologiste du nom de Dustin Noble (John Krasinski).

Notre avis sur ce film est assez nuancé car il comporte des éléments très intéressants mais également, à nos yeux, un certain nombre de défauts. Tout d’abord nous avons particulièrement apprécié le jeu des acteurs, notamment celui de Matt Damon, très expressif et il y a une vraie complicité entre Steve Butler et Sue Thomason. Matt Damon nous transporte par son aisance, au cœur d’un personnage empathique qui évolue au cours de l’histoire. Les paysages américains que nous découvrons sont spectaculaires. De plus, le film est très réaliste, notamment lorsque nous voyons Steve parcourir de grandes étendues pour aller à la rencontre de paysans pauvres et dépités auxquels il promet une vie meilleure (d’où le titre du film « Terre Promise » en français).

Cependant le film est très silencieux (hormis quelques musiques dramatiques). Pour notre part, nous avons trouvé que le manque de dialogues rend le scénario plutôt monotone et un spectateur, habitué à des films plus dynamiques, pourrait facilement s’ennuyer. Par exemple, lors de la scène entre la collègue de Steve et un caissier, le dialogue est long et n’apporte pas grand-chose au film. De plus l’intention du réalisateur est de traiter la question du gaz de schiste ; ce film intéressera donc surtout les spectateurs sensibilisés au thème actuel du développement durable.

Pour finir, le réalisateur réussit à nous sensibiliser, en nous présentant deux opinions différentes : celle de Steve au début, favorable au gaz de schiste, et celle de ses opposants comme le groupe écologique Athéna. C’est ici, selon nous, une des grandes qualités du film.

Le jour d’après : entre réalité et science-fiction

Une catastrophe écologique résultant de l’insouciance de l’homme.

La première partie du film, lieu de tous les désastres, est une claque dans la figure de tous les spectateurs avec raz de marées, tornades et averses d’énormes grêlons… Rien ne nous est épargné et les effets spéciaux sont très réussis puisque le but recherché est de nous faire peur. Les célèbres lettres du panneau Hollywood à Los Angeles sont envolées par la tornade qui dévaste la ville ou encore la statue de la liberté est engloutie sous le raz de marée ravagera bientôt les rues de New York.

 

POUR :

 

Le jour d’après de Roland Emmerich est, pour la presse, le premier film hollywoodien écologiste. Il a réussi à terroriser le public par le spectacle dévastateur d’un bouleversement climatique majeur causé par l’activité  humaine. Ce succès est dû au film lui-même, basé uniquement sur des phénomènes naturels, mais aussi à la campagne publicitaire tout aussi monumentale qui l’a entouré. Ce film visait une prise de conscience des problèmes environnementaux chez le spectateur. Emmerich, le réalisateur du film, arrive à nous tenir en haleine par cette tempête et toutes ces catastrophes pouvant surgir à tout moment. Il arrive aussi à attaquer la politique environnementale de Bush et mentionne la non-ratification des accords de Kyoto sur la réduction des gaz à effet de serre. Le jour d’après est un grand divertissement, à la fois palpitant, grandiose et plein de bon sens. Il est également fondé sur des hypothèses scientifiques sérieuses et la théorie développée par le film se tient et pourrait s’avérer plausible.

CONTRE :

 

A y regarder de plus près, on peut toutefois douter que ce film suffise à satisfaire les attentes qu’il éveille. Au-delà de la question souvent débattue de savoir si les effets climatiques désastreux sont scientifiquement vraisemblables, c’est la façon dont la population mondiale est traitée qui pose problème dans Le jour d’après. Les différentes cultures ou ethnies font défaut à l’écran. Après quelques plans introductifs aux quatre coins du monde suggérant une catastrophe planétaire, la quasi-totalité des protagonistes s’avère blanche, mis à part la météorologue asiatique, un policier noir qui n’écoutant pas Sam, le personnage principal, mène une grande partie des survivants vers une mort certaine et enfin un pittoresque clochard new-yorkais. La montée des mers suivie d’une soudaine glaciation ne touche que l’hémisphère Nord du globe excluant ainsi le reste du monde. De plus, les scénaristes ont été très créatifs mais les catastrophes semblent trop brutales et exagérées étant donné que les évènements se déroulent dans un délai de quelques jours alors que les scientifiques prévoient ces changements climatiques sur plusieurs années voire plusieurs siècles.

Pour conclure, bien que certains évènements montrés dans ce film soient plausibles et envisageables dans le futur, il faut tout de même constater que d’autres sont sensiblement de la science fiction. La finalité recherchée par le réalisateur est de pousser les hommes à modifier leurs comportements et à agir de façon plus respectueuse de l’environnement. Le moyen utilisé pour y parvenir est la peur.

GIRONDE Morgane, SCHLEIDT Angélique, 1ereL.

Ce travail a été effectué lors des séances d’ECJS  avec Mme Lecocq Hubert

L’Age de glace 2

L’Age de glace 2, le rire au service de l’écologie ou l’écologie au service du rire ?

 

Avec la fin de l’ère glaciaire, Sid, Manny et Diego se régalent dans un paradis de jeux d’eau et de geysers. Mais les trois amis découvrent que derrière les plaisirs aquatiques de leur nouveau monde se cache un désastre imminent : un barrage de glace est sur le point de rompre à cause du réchauffement climatique et avec lui, un risque d’inondation menace leur vallée. La seule chance de survie pour les animaux est d’entamer un voyage périlleux à travers la banquise pour tenter de fuir cette catastrophe. Mais ce qui s’annonce surtout, c’est un déluge de gags et un raz-de-marée d’actions…

CONTRE :

 

Nos premières réflexions envers ce film ne sont sûrement pas celles attendues.

Le scénario de L’Age de Glace 2 fait ostensiblement écho à la catastrophe écologique qui menace la planète aujourd’hui.  La fonte glacière est un sujet actuel lié à nos craintes du réchauffement climatique. Or ici, les animaux ne font que subir le phénomène.  Ils n’ont aucune action sur leur environnement et sont plutôt résignés à la fuite en avant.

Nous pouvons douter d’une totale implication en faveur de la protection de l’environnement, du fait que le décor, l’histoire ainsi que les personnages sont purement fictifs et hilarants. L’argument central du film est certes écologiste, mais en revanche, on peut penser que les frasques de la nature sont ici uniquement des prétextes à une avalanche de gags.

La dégradation du climat et la survie des espèces menacées sont des sujets sérieux peu compatibles avec le côté comique du film.

De plus, on sait du réalisateur lui-même, Carlos Saldanha que son objectif n’était pas de faire passer un message écologiste.

D’une façon générale, nous pensons que les thèmes de l’écologie et plus particulièrement du réchauffement climatique sont à la mode, et que c’est pour cette raison que beaucoup de réalisateurs  ont fait le choix d’en parler, de manière implicite ou explicite.

POUR :

 

Ce film est sans aucun doute une bonne façon de faire réfléchir tous les  spectateurs, les enfants mais aussi les parents. Le discours n’est pas alarmiste mais il montre ce qui pourrait arriver si l’homme n’enraye pas le réchauffement climatique.

De plus,  le ton humoristique a permis à l’Age de glace 2 de réaliser beaucoup d’entrées et d’obtenir un franc succès. Les films trop sérieux font fuir les spectateurs !

Le documentaire  Une vérité qui dérange d’Al Gore a conquis les critiques et le public adulte parce qu’il est très instructif mais les adolescents l’ont trouvé très scientifique et trop complexe.

Pour en revenir à L’Age de glace 2, ce film vise principalement les enfants, puisqu’on sait que ceux-ci sont particulièrement fascinés par la nature ainsi que par les animaux.  Or les enfants d’aujourd’hui seront les éco-citoyens de demain et leur sensibilisation à la question environnementale est fondamentale.

Laura & Maité, 1ère L.

Ce travail a été effectué lors des séances d’ECJS  avec Mme Lecocq Hubert