Vers une parité Hommes-Femmes en politique au Burkina Faso ?

Vers une parité

Des inégalités hommes-femmes existent dans le monde et au Burkina Faso, une transition vers moins d’inégalités se fera en fonction de l’engagement du gouvernement mais également en fonction de la population et des mœurs qu’elle véhicule.

Des progrès ont-ils été faits ? Oui ! Une réduction des inégalités est-elle possible dans les années à venir ? Est-ce que la politique est réservée uniquement aux hommes ?

Le 3 septembre 1979, la CEDEF, la Convention sur l’Elimination de la Discrimination à l’Egard des Femmes, est mise en place, puis ratifiée le 8 novembre 1984 par le Burkina Faso et marque le début d’une démarche égalitaire.

En 2001, le Centre International pour l’Education des Filles et des Femmes en Afrique, le CIEFFA, s’installe à Ouagadougou. Il prend de nombreuses mesures, notamment en 2003-2004, où l’enseignement primaire des petites filles de première année est entièrement pris en charge par l’Etat.

Malheureusement, ces politiques de discrimination positive visant à limiter les inégalités entre hommes et femmes sont insuffisantes. En effet, il y a très peu de femmes au parlement, au gouvernement et dans la haute administration centrale et communale : Seulement 20 maires de commune sont des femmes pour 351 postes, 18 femmes députés sur 111 à l’Assemblée Nationale, et 4 femmes ambassadrices sur 28.

Et, lors de notre correspondance avec les élèves du Burkina Faso, l’absence de réponse sur la question de la politique nous a surpris, et nous pousse à nous interroger sur les raisons de ce silence. Les collégiens n’ont-ils pas d’informations sur ce sujet ? S’en désintéressent-ils ?

Il y a donc de nombreuses inégalités au sein du gouvernement burkinabé

Ces démarches égalitaires vont-elles aboutir ? Est-ce que cette situation va permettre une remise en question des pays plus développés au niveau de la parité politique ?

Hugo Guastalla, Hugo Laviron , Victor De Regard  et Henri Duffez, seconde 1

Cet article a été réalisé dans le cadre des cours d’EMC de N. Mergoux en collaboration avec C. Lecocq Hubert, professeur documentaliste.

 

La femme dans la société burkinabé

Cette année, à Mongré, les 2°1 ont eu la chance de pouvoir échanger avec des élèves d’un collège burkinabé. En automne, nous leur avons envoyé des questions sur la place de la femme dans la société et au mois d’avril, nous avons enfin reçu leurs premières réponses. Il faut dire que là-bas la connexion à Internet est très fluctuante. Nous allons ici partager avec vous ce que nous avons appris sur le travail et l’emploi de la femme au Burkina Faso. Les femmes sont placées dans un contexte relativement compliqué, elles sont contraintes de respecter les traditions tout en ayant la forte volonté de se faire une place dans la société.

La femme dans la société

Auparavant, au Burkina Faso, beaucoup d’avantages étaient donnés aux hommes, en particulier dans le domaine du travail. Les femmes étaient en majorité contraintes de rester au foyer, et étaient très discriminées dans le domaine du recrutement, elles constituaient une très faible part des travailleurs. Les femmes étaient aussi moins encouragées à aller à l’école du fait que les parents privilégiaient les garçons pour en faire de futurs « chefs de familles », ce qui constituait aussi pour elles un manque de formation, et entrainait un taux encore plus faible de femmes employées.

Aussi, à cette époque, le peu de femmes qui travaillaient étaient réduites à certains métiers spécifiques, et quelque peu stéréotypés comme secrétaires ou nourrices, par exemple.

En effet, du fait des discriminations de genre, le nombre de femmes au foyer parmi la population totale de femmes burkinabé est majoritaire. Mais la femme ne se laisse aucunement faire. Effectivement, elle représente plus de 52% de la population totale burkinabé et, avec la mondialisation et les progrès qui en résultent, les femmes obtiennent peu à peu leur indépendance économique. Ainsi, on peut dorénavant voir des femmes auto-entrepreneurs ayant généralement un petit commerce. Les femmes sont maintenant mieux admises dans le monde du travail grâce à différents traités internationaux tels que la (CEDEF) Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes. Elle a été adoptée en 1979, elle occupe une place importante parmi les traités internationaux relatifs aux droits de la personne humaine (Source : https://lacedef.org).

En outre, on peut voir cette amélioration dans la scolarité car maintenant le nombre de filles est égal ou même supérieur à celui des garçons dans les écoles ; en effet, dans l’établissement de Ouagadougou, les filles sont estimées à 9 fois le nombre de garçons mais c’est une école privée de l’Assomption. Aussi, grâce aux études supérieures, les femmes peuvent prétendre, depuis peu, à des emplois plus valorisés.

En conclusion, nous pensons, que ces différents problèmes d’inégalité entre les hommes et les femmes évoqués dans cet article sont d’ordre culturel. Il faut donc, pour les résoudre, changer avant tout les mentalités et montrer à chacun la perspective d’un avenir meilleur. Cela rendrait plus efficace chaque action menée pour la cause des femmes.

Victor Mairot, Alexandre Chaboud, Gérald Bouchet et Thomas Bourcelot

Cet article a été réalisé dans le cadre des cours d’EMC de N. Mergoux en collaboration avec C. Lecocq Hubert, professeur documentaliste.