Vers une parité Hommes-Femmes en politique au Burkina Faso ?

Vers une parité

Des inégalités hommes-femmes existent dans le monde et au Burkina Faso, une transition vers moins d’inégalités se fera en fonction de l’engagement du gouvernement mais également en fonction de la population et des mœurs qu’elle véhicule.

Des progrès ont-ils été faits ? Oui ! Une réduction des inégalités est-elle possible dans les années à venir ? Est-ce que la politique est réservée uniquement aux hommes ?

Le 3 septembre 1979, la CEDEF, la Convention sur l’Elimination de la Discrimination à l’Egard des Femmes, est mise en place, puis ratifiée le 8 novembre 1984 par le Burkina Faso et marque le début d’une démarche égalitaire.

En 2001, le Centre International pour l’Education des Filles et des Femmes en Afrique, le CIEFFA, s’installe à Ouagadougou. Il prend de nombreuses mesures, notamment en 2003-2004, où l’enseignement primaire des petites filles de première année est entièrement pris en charge par l’Etat.

Malheureusement, ces politiques de discrimination positive visant à limiter les inégalités entre hommes et femmes sont insuffisantes. En effet, il y a très peu de femmes au parlement, au gouvernement et dans la haute administration centrale et communale : Seulement 20 maires de commune sont des femmes pour 351 postes, 18 femmes députés sur 111 à l’Assemblée Nationale, et 4 femmes ambassadrices sur 28.

Et, lors de notre correspondance avec les élèves du Burkina Faso, l’absence de réponse sur la question de la politique nous a surpris, et nous pousse à nous interroger sur les raisons de ce silence. Les collégiens n’ont-ils pas d’informations sur ce sujet ? S’en désintéressent-ils ?

Il y a donc de nombreuses inégalités au sein du gouvernement burkinabé

Ces démarches égalitaires vont-elles aboutir ? Est-ce que cette situation va permettre une remise en question des pays plus développés au niveau de la parité politique ?

Hugo Guastalla, Hugo Laviron , Victor De Regard  et Henri Duffez, seconde 1

Cet article a été réalisé dans le cadre des cours d’EMC de N. Mergoux en collaboration avec C. Lecocq Hubert, professeur documentaliste.

 

L’égalité homme/femme, entre la théorie et la pratique

L'égalité homme

Au Burkina Faso, de nouvelles lois en faveur de l’égalité homme/femme ont vu le jour comme par exemple l’adoption de la politique Genre de l’Union Africaine (UA) en décembre 2008 ou un certain nombre de dispositifs de la PNG (Politique Nationale Genre), qui traduisent une volonté politique de lutter contre les inégalités liées au sexe. Cependant, on sait qu’il a souvent une différence entre la théorie et la pratique. En France, par exemple la loi du 22 décembre 1972 inscrit dans notre droit le principe de l’égale rémunération des femmes et des hommes mais en réalité, les femmes gagnent encore en moyenne 15% de moins que les hommes.

Qu’en est-il donc de l’égalité réelle entre l’homme et la femme au Burkina Faso ?

La CADHP, Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples consacre, dans son article 2, le principe d’égalité en «interdisant toute forme de discrimination fondée sur le sexe et demande aux Etats d’éliminer toute forme de discrimination à l’égard des femmes et d’assurer la protection de leurs droits.»

De plus, le Conseil des femmes du Burkina Faso (CNFB), une association de femmes leader de la société civile fondée le 27 mai 2014, a participé à la rédaction du texte de loi. Le Burkina Faso a fait un pas en avant dans la répression des violences faites aux femmes. Ces agressions font l’objet d’un projet de loi qui a été voté dimanche 6 septembre 2015 par les députés du Conseil national de transition. Il prévoit notamment des peines de prison allant jusqu’à cinq ans et des amendes allant jusqu’à un million de Francs CFA selon les types de violences.

Pourtant, dans les faits, les femmes sont encore trop soumises à leur mari. En effet, à la lecture du livre Femmes du Burkina de Marie-Pascale Vincent publié en avril 2016 aux éditions L’harmattan, on peut être choqué par de nombreux témoignages. Bien souvent encore «c’est l’homme qui décide et les femmes n’ont pas les moyens de se faire entendre». Les élèves interrogés de l’école de Koudougou avec lesquels nous avons établi un échange disent «L’homme est le maître de la maison et tout le monde se doit de le respecter», ce qui rappelle que les systèmes sociaux au Burkina Faso sont basés sur le patriarcat et la suprématie du mâle.

L’organisation non gouvernementale Oxfam Québec,qui s’engage dans la lutte contre les violences faites aux femmes : témoignages de l’Afrique de l’ouest nous dévoile que «Au Burkina Faso, les violences faites aux femmes représentent un sujet de préoccupation majeure, voire une urgence nationale au regard de leur impact sur la vie psycho-sociale des femmes».  En effet, le document de la PNG, sur le site burkinafaso.unfpa.org, fait une synthèse des inégalités et disparités du genre au Burkina Faso et indique l’existence de nombreuses inégalités et violences faites aux femmes, comme «la persistance de la préséance du garçon par rapport à la fille dans le choix des naissances, dans le droit de succession et de propriété»; «inégalités et disparités dans la division sexuelle du travail, qui donnent plus de charge de travail à la femme par rapport à l’homme» ou encore «l’exploitation sexuelle des jeunes filles», «violences sexuelles, tels le viol, le harcèlement, les agressions et abus, la pédophilie [.

Le Burkina Faso continue d’agir pour trouver des solutions aux inégalités. Il s’est déjà fortement engagé en faveur de la lutte contre les inégalités entre hommes et femmes au cours des dernières décennies à travers des mesures notamment dans le cadre de la Politique Nationale Genre, qui ont permis de réaliser des progrès dans les domaines de l’éducation des femmes, de leur santé et de leur participation politique. Ainsi, aujourd’hui, presqu’autant de filles que de garçons sont scolarisés dans le primaire.

Juliette VANDECASTEELE , Clara FOUCRAS, Djehi AYESSOU , Maude EVRARD Seconde 1.

Cet article a été réalisé dans le cadre des cours d’EMC de N. Mergoux en collaboration avec C. Lecocq Hubert, professeur documentaliste.