L’Etat se préoccupe-t-il de la santé des femmes Burkinabé ?

l'Etat se préoccupe

Nous avons eu l’occasion d’échanger avec des adolescents burkinabé, habitant à Koudougou, au sujet de la santé des femmes. Leurs réponses, différentes de celles que l’on aurait pu imaginer, nous ont montré que notre société et notre culture sont très éloignées des leurs.

Un enfant sur dix, né au Burkina-Faso meurt avant l’âge d’un an. Quelles en sont les causes ?

L’excision est le retrait d’une ou plusieurs parties de tissus organiques, généralement lors d’une intervention chirurgicale. Mais au Burkina, c’est une pratique qui consiste à une ablation d’une partie de l’organe génital de la femme. Ces pratiques servent en partie à conserver la virginité de la femme. Une femme Burkinabé, nommée Andal Traoré, fille de Komala Traoré, sage-femme, nous a expliqué que les femmes se font exciser dans leur village et cette pratique concerne notamment les ethnies mossi, bobo, ou autres. Cette pratique est de plus en plus condamnée car une lutte contre celle-ci a commencé en 1996 et une loi est entrée en vigueur en février 1997. Malgré tout, dans certaines régions, elle reste encore, hélas, bien présente.

Au Burkina, il y a des centres d’accouchement gratuits. Il existe aussi des pédiatres pour les enfants et des médecins gynécologues pour les mères. Malheureusement, ils ne sont pas assez nombreux pour le grand nombre de femmes et d’enfants burkinabé. De plus, il y a beaucoup de fausses couches, ils appellent cela « Grossesse qui Coule ». Dans les hôpitaux publics, le matériel médical manque. Le gouvernement a mis en place un service de médicaments gratuits pour les enfants de 0 à 5 ans, mais cela ne suffit pas car le nombre d’enfants est vraiment supérieur aux moyens octroyés. De plus, les seuls médicaments qui sont donnés à ces enfants sont des équivalents du paracétamol en France. C’est donc pour cela que la mortalité infantile reste élevée au Burkina.

Tout de même, toutes les jeunes filles du Burkina sont informées sur la contraception et y ont accès, peu importe la situation de la personne.

L’Etat met aussi en place de plus en plus de moyens pour améliorer l’état de santé des femmes, c’est encourageant !

Ce travail fut très enrichissant car il nous a fait découvrir des coutumes et des cultures totalement différentes des nôtres.

Maxime Bourlier, Thomas Mangin, Carla Lopes, Florine Picaud et Noémy Lièvre

Cet article a été réalisé dans le cadre des cours d’EMC de N. Mergoux en collaboration avec C. Lecocq Hubert, professeur documentaliste.

.

 

 

 

 

La femme dans la société burkinabé

Cette année, à Mongré, les 2°1 ont eu la chance de pouvoir échanger avec des élèves d’un collège burkinabé. En automne, nous leur avons envoyé des questions sur la place de la femme dans la société et au mois d’avril, nous avons enfin reçu leurs premières réponses. Il faut dire que là-bas la connexion à Internet est très fluctuante. Nous allons ici partager avec vous ce que nous avons appris sur le travail et l’emploi de la femme au Burkina Faso. Les femmes sont placées dans un contexte relativement compliqué, elles sont contraintes de respecter les traditions tout en ayant la forte volonté de se faire une place dans la société.

La femme dans la société

Auparavant, au Burkina Faso, beaucoup d’avantages étaient donnés aux hommes, en particulier dans le domaine du travail. Les femmes étaient en majorité contraintes de rester au foyer, et étaient très discriminées dans le domaine du recrutement, elles constituaient une très faible part des travailleurs. Les femmes étaient aussi moins encouragées à aller à l’école du fait que les parents privilégiaient les garçons pour en faire de futurs « chefs de familles », ce qui constituait aussi pour elles un manque de formation, et entrainait un taux encore plus faible de femmes employées.

Aussi, à cette époque, le peu de femmes qui travaillaient étaient réduites à certains métiers spécifiques, et quelque peu stéréotypés comme secrétaires ou nourrices, par exemple.

En effet, du fait des discriminations de genre, le nombre de femmes au foyer parmi la population totale de femmes burkinabé est majoritaire. Mais la femme ne se laisse aucunement faire. Effectivement, elle représente plus de 52% de la population totale burkinabé et, avec la mondialisation et les progrès qui en résultent, les femmes obtiennent peu à peu leur indépendance économique. Ainsi, on peut dorénavant voir des femmes auto-entrepreneurs ayant généralement un petit commerce. Les femmes sont maintenant mieux admises dans le monde du travail grâce à différents traités internationaux tels que la (CEDEF) Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes. Elle a été adoptée en 1979, elle occupe une place importante parmi les traités internationaux relatifs aux droits de la personne humaine (Source : https://lacedef.org).

En outre, on peut voir cette amélioration dans la scolarité car maintenant le nombre de filles est égal ou même supérieur à celui des garçons dans les écoles ; en effet, dans l’établissement de Ouagadougou, les filles sont estimées à 9 fois le nombre de garçons mais c’est une école privée de l’Assomption. Aussi, grâce aux études supérieures, les femmes peuvent prétendre, depuis peu, à des emplois plus valorisés.

En conclusion, nous pensons, que ces différents problèmes d’inégalité entre les hommes et les femmes évoqués dans cet article sont d’ordre culturel. Il faut donc, pour les résoudre, changer avant tout les mentalités et montrer à chacun la perspective d’un avenir meilleur. Cela rendrait plus efficace chaque action menée pour la cause des femmes.

Victor Mairot, Alexandre Chaboud, Gérald Bouchet et Thomas Bourcelot

Cet article a été réalisé dans le cadre des cours d’EMC de N. Mergoux en collaboration avec C. Lecocq Hubert, professeur documentaliste.