L’Etat se préoccupe-t-il de la santé des femmes Burkinabé ?

l'Etat se préoccupe

Nous avons eu l’occasion d’échanger avec des adolescents burkinabé, habitant à Koudougou, au sujet de la santé des femmes. Leurs réponses, différentes de celles que l’on aurait pu imaginer, nous ont montré que notre société et notre culture sont très éloignées des leurs.

Un enfant sur dix, né au Burkina-Faso meurt avant l’âge d’un an. Quelles en sont les causes ?

L’excision est le retrait d’une ou plusieurs parties de tissus organiques, généralement lors d’une intervention chirurgicale. Mais au Burkina, c’est une pratique qui consiste à une ablation d’une partie de l’organe génital de la femme. Ces pratiques servent en partie à conserver la virginité de la femme. Une femme Burkinabé, nommée Andal Traoré, fille de Komala Traoré, sage-femme, nous a expliqué que les femmes se font exciser dans leur village et cette pratique concerne notamment les ethnies mossi, bobo, ou autres. Cette pratique est de plus en plus condamnée car une lutte contre celle-ci a commencé en 1996 et une loi est entrée en vigueur en février 1997. Malgré tout, dans certaines régions, elle reste encore, hélas, bien présente.

Au Burkina, il y a des centres d’accouchement gratuits. Il existe aussi des pédiatres pour les enfants et des médecins gynécologues pour les mères. Malheureusement, ils ne sont pas assez nombreux pour le grand nombre de femmes et d’enfants burkinabé. De plus, il y a beaucoup de fausses couches, ils appellent cela « Grossesse qui Coule ». Dans les hôpitaux publics, le matériel médical manque. Le gouvernement a mis en place un service de médicaments gratuits pour les enfants de 0 à 5 ans, mais cela ne suffit pas car le nombre d’enfants est vraiment supérieur aux moyens octroyés. De plus, les seuls médicaments qui sont donnés à ces enfants sont des équivalents du paracétamol en France. C’est donc pour cela que la mortalité infantile reste élevée au Burkina.

Tout de même, toutes les jeunes filles du Burkina sont informées sur la contraception et y ont accès, peu importe la situation de la personne.

L’Etat met aussi en place de plus en plus de moyens pour améliorer l’état de santé des femmes, c’est encourageant !

Ce travail fut très enrichissant car il nous a fait découvrir des coutumes et des cultures totalement différentes des nôtres.

Maxime Bourlier, Thomas Mangin, Carla Lopes, Florine Picaud et Noémy Lièvre

Cet article a été réalisé dans le cadre des cours d’EMC de N. Mergoux en collaboration avec C. Lecocq Hubert, professeur documentaliste.

.

 

 

 

 

Aimerions-nous étudier au Burkina Faso ?

Aimerions-nous étudier

 L’accès à l’éducation au Burkina Faso favorise l’émancipation des femmes. D’ailleurs, depuis peu, la scolarité des jeunes filles est aussi importante que celle des garçons. Il y a 65% de taux de scolarisation en primaire pour les garçons contre 54,5% pour les filles. L’école est accessible aux enfants habitant en ville et à la campagne. Ainsi, le nombre scolarisé n’a cessé d’augmenter, ce qui montre une évolution des droits de la femme.

La parité filles/garçons semble être respectée, pourtant des indicateurs nous montrent que les garçons étudient plus que les filles.

La scolarité au Burkina Faso est accessible à tous, filles comme garçons, néanmoins dans le pays pour environ 60 000 étudiants on compte seulement 20 000 filles. Nous remarquons donc que la proportion des filles étudiantes atteint tout juste le tiers. De plus, le taux de scolarité est faible : en 2002-2003, celui des filles en primaire était de 38,2% contre 40,6% pour les garçons. Ceci s’explique par le fait que l’école n’est pas obligatoire, contrairement à la France. L’école est donc une chance pour eux. Au Burkina Faso, les études, de la maternelle au supérieur, sont payantes. Par exemple, dans la commune de Nouna, au Burkina Faso, l’année scolaire coûte 25 000 F.CFA ajouté à cela 5 000 F.CFA de frais de dossier… soit 45,7€ alors que le salaire moyen par mois est de 175€. Sachant que le taux de fécondité par femme, au Burkina, est estimé à plus de 5 enfants en 2015, que plus l’enfant fait des études, plus le coût est important et que, en plus de cela, les fournitures, les uniformes, etc. sont à payer. Le coût est donc très élevé pour une famille de classe moyenne. Par conséquent, le taux de scolarisation des filles baisse en fonction de la progression des études. En 2002-2003 par exemple, le taux de scolarité secondaire était de 13,8% pour les filles contre 17,3% pour les garçons.

Les élèves du Burkina Faso ont une longue journée de cours car ils commencent à 6h55 et terminent à 18h. Leurs journées sont rythmées par des heures de cours, de travaux de groupes mais aussi de ménage. Les élèves habitent soit à la campagne, soit en ville… Mais l’école étant une chance pour eux, ils acceptent de faire près d’une heure de trajet en bus, moto, voiture, à pied pour s’y rendre. Ensuite chacun peut s’engager dans des études supérieures mais tous, n’ont pas forcément les mêmes ambitions.

Dans le cadre de l’EMC, nous avons travaillé sur les droits des femmes au Burkina Faso. Toutes nos recherches ont abouti à un échange avec un établissement à Koudougou afin d’observer les différences entre notre culture et la leur. L’école avec laquelle nous échangeons au Burkina Faso favorise l’éducation des filles dont le nombre est neuf fois supérieur au nombre de garçons. C’est une avancée pour l’éducation des femmes. Des mesures sont mises en place afin d’inverser la tendance.

Aujourd’hui, des associations se créent afin de limiter les inégalités d’accès à l’éducation. Elles trouvent, per exemple des fonds et de la main-d’œuvre pour construire des écoles. Des démarches sont mises en place pour inciter les parents à envoyer leurs enfants, particulièrement les filles, à l’école. Au Burkina Faso, l’école n’a pas pour but de préparer les enfants à un métier. De plus, le travail est rare. Cependant, le développement d’un pays passe par l’éducation et donc par l’augmentation du nombre d’enfants scolarisés.

Un proverbe africain  dit : « Lorsque vous éduquez un homme vous éduquez un individu. Lorsque vous éduquez une femme vous éduquez une nation ou une famille ». Pourtant, hélas, malgré les évolutions depuis de nombreuses années, les mentalités évoluent peu et trop de femmes sont encore destinées à fonder une famille et non pas à travailler.

Aliénor Barthelet, Julian Bermudez, Anthony Montaya, Baptiste Gervais,  Zoé Nespoulos et Romane Solelhac

Cet article a été réalisé dans le cadre des cours d’EMC de N. Mergoux en collaboration avec C. Lecocq Hubert, professeur documentaliste.

 

 

 

 

L’égalité homme/femme, entre la théorie et la pratique

L'égalité homme

Au Burkina Faso, de nouvelles lois en faveur de l’égalité homme/femme ont vu le jour comme par exemple l’adoption de la politique Genre de l’Union Africaine (UA) en décembre 2008 ou un certain nombre de dispositifs de la PNG (Politique Nationale Genre), qui traduisent une volonté politique de lutter contre les inégalités liées au sexe. Cependant, on sait qu’il a souvent une différence entre la théorie et la pratique. En France, par exemple la loi du 22 décembre 1972 inscrit dans notre droit le principe de l’égale rémunération des femmes et des hommes mais en réalité, les femmes gagnent encore en moyenne 15% de moins que les hommes.

Qu’en est-il donc de l’égalité réelle entre l’homme et la femme au Burkina Faso ?

La CADHP, Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples consacre, dans son article 2, le principe d’égalité en «interdisant toute forme de discrimination fondée sur le sexe et demande aux Etats d’éliminer toute forme de discrimination à l’égard des femmes et d’assurer la protection de leurs droits.»

De plus, le Conseil des femmes du Burkina Faso (CNFB), une association de femmes leader de la société civile fondée le 27 mai 2014, a participé à la rédaction du texte de loi. Le Burkina Faso a fait un pas en avant dans la répression des violences faites aux femmes. Ces agressions font l’objet d’un projet de loi qui a été voté dimanche 6 septembre 2015 par les députés du Conseil national de transition. Il prévoit notamment des peines de prison allant jusqu’à cinq ans et des amendes allant jusqu’à un million de Francs CFA selon les types de violences.

Pourtant, dans les faits, les femmes sont encore trop soumises à leur mari. En effet, à la lecture du livre Femmes du Burkina de Marie-Pascale Vincent publié en avril 2016 aux éditions L’harmattan, on peut être choqué par de nombreux témoignages. Bien souvent encore «c’est l’homme qui décide et les femmes n’ont pas les moyens de se faire entendre». Les élèves interrogés de l’école de Koudougou avec lesquels nous avons établi un échange disent «L’homme est le maître de la maison et tout le monde se doit de le respecter», ce qui rappelle que les systèmes sociaux au Burkina Faso sont basés sur le patriarcat et la suprématie du mâle.

L’organisation non gouvernementale Oxfam Québec,qui s’engage dans la lutte contre les violences faites aux femmes : témoignages de l’Afrique de l’ouest nous dévoile que «Au Burkina Faso, les violences faites aux femmes représentent un sujet de préoccupation majeure, voire une urgence nationale au regard de leur impact sur la vie psycho-sociale des femmes».  En effet, le document de la PNG, sur le site burkinafaso.unfpa.org, fait une synthèse des inégalités et disparités du genre au Burkina Faso et indique l’existence de nombreuses inégalités et violences faites aux femmes, comme «la persistance de la préséance du garçon par rapport à la fille dans le choix des naissances, dans le droit de succession et de propriété»; «inégalités et disparités dans la division sexuelle du travail, qui donnent plus de charge de travail à la femme par rapport à l’homme» ou encore «l’exploitation sexuelle des jeunes filles», «violences sexuelles, tels le viol, le harcèlement, les agressions et abus, la pédophilie [.

Le Burkina Faso continue d’agir pour trouver des solutions aux inégalités. Il s’est déjà fortement engagé en faveur de la lutte contre les inégalités entre hommes et femmes au cours des dernières décennies à travers des mesures notamment dans le cadre de la Politique Nationale Genre, qui ont permis de réaliser des progrès dans les domaines de l’éducation des femmes, de leur santé et de leur participation politique. Ainsi, aujourd’hui, presqu’autant de filles que de garçons sont scolarisés dans le primaire.

Juliette VANDECASTEELE , Clara FOUCRAS, Djehi AYESSOU , Maude EVRARD Seconde 1.

Cet article a été réalisé dans le cadre des cours d’EMC de N. Mergoux en collaboration avec C. Lecocq Hubert, professeur documentaliste.

La femme dans la société burkinabé

Cette année, à Mongré, les 2°1 ont eu la chance de pouvoir échanger avec des élèves d’un collège burkinabé. En automne, nous leur avons envoyé des questions sur la place de la femme dans la société et au mois d’avril, nous avons enfin reçu leurs premières réponses. Il faut dire que là-bas la connexion à Internet est très fluctuante. Nous allons ici partager avec vous ce que nous avons appris sur le travail et l’emploi de la femme au Burkina Faso. Les femmes sont placées dans un contexte relativement compliqué, elles sont contraintes de respecter les traditions tout en ayant la forte volonté de se faire une place dans la société.

La femme dans la société

Auparavant, au Burkina Faso, beaucoup d’avantages étaient donnés aux hommes, en particulier dans le domaine du travail. Les femmes étaient en majorité contraintes de rester au foyer, et étaient très discriminées dans le domaine du recrutement, elles constituaient une très faible part des travailleurs. Les femmes étaient aussi moins encouragées à aller à l’école du fait que les parents privilégiaient les garçons pour en faire de futurs « chefs de familles », ce qui constituait aussi pour elles un manque de formation, et entrainait un taux encore plus faible de femmes employées.

Aussi, à cette époque, le peu de femmes qui travaillaient étaient réduites à certains métiers spécifiques, et quelque peu stéréotypés comme secrétaires ou nourrices, par exemple.

En effet, du fait des discriminations de genre, le nombre de femmes au foyer parmi la population totale de femmes burkinabé est majoritaire. Mais la femme ne se laisse aucunement faire. Effectivement, elle représente plus de 52% de la population totale burkinabé et, avec la mondialisation et les progrès qui en résultent, les femmes obtiennent peu à peu leur indépendance économique. Ainsi, on peut dorénavant voir des femmes auto-entrepreneurs ayant généralement un petit commerce. Les femmes sont maintenant mieux admises dans le monde du travail grâce à différents traités internationaux tels que la (CEDEF) Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes. Elle a été adoptée en 1979, elle occupe une place importante parmi les traités internationaux relatifs aux droits de la personne humaine (Source : https://lacedef.org).

En outre, on peut voir cette amélioration dans la scolarité car maintenant le nombre de filles est égal ou même supérieur à celui des garçons dans les écoles ; en effet, dans l’établissement de Ouagadougou, les filles sont estimées à 9 fois le nombre de garçons mais c’est une école privée de l’Assomption. Aussi, grâce aux études supérieures, les femmes peuvent prétendre, depuis peu, à des emplois plus valorisés.

En conclusion, nous pensons, que ces différents problèmes d’inégalité entre les hommes et les femmes évoqués dans cet article sont d’ordre culturel. Il faut donc, pour les résoudre, changer avant tout les mentalités et montrer à chacun la perspective d’un avenir meilleur. Cela rendrait plus efficace chaque action menée pour la cause des femmes.

Victor Mairot, Alexandre Chaboud, Gérald Bouchet et Thomas Bourcelot

Cet article a été réalisé dans le cadre des cours d’EMC de N. Mergoux en collaboration avec C. Lecocq Hubert, professeur documentaliste.

 

Les inégalités culturelles finissent-elles par devenir naturelles ?

les inégalités culturelles

Etre une femme au Burkina Faso signifie occuper la place la plus importante de la famille, participer à l’éducation des enfants, vivre avec la polygamie tout en se considérant égale à l’homme.

Comment des jeunes femmes qui considèrent que « la polygamie est une bonne chose » et que « les traditions sont très exigeantes » parviennent à trouver leur place dans la famille sans parler d’injustice ?

Nous sommes six jeunes filles occidentales qui avons, dans le cadre des cours d’EMC (éducation morale et civique), créé un échange avec des collégiens burkinabé. Ils habitent à Les inégalités culturelles , la troisième ville du pays. La classe comporte 74 élèves dont 12 garçons et 62 filles.

groupe 2

Notre premier contact a été très chaleureux. Ils nous ont écrit :

« C’est avec un plaisir immense que nous vous écrivons pour vous exprimer notre joie de pouvoir échanger avec vous. Nous sommes enchantées de faire votre connaissance et de pouvoir partager avec vous notre amitié. Même à des milliers de kilomètres les uns des autres, nous vous transmettons nos salutations les plus amicales, les plus fraternelles. »

Nous leur avons adressé nos questions concernant la place des femmes au Burkina Faso, en ayant conscience de nos différences culturelles. Nous allons essayer d’interpréter leurs réponses avec un avis le plus objectif possible et dans une démarche non anthropocentrique.

A la suite des recherches que nous avons menées, nous avons pu remarquer avec notre regard d’Européennes que la situation de la femme au Burkina Faso était peu envieuse. Cependant leurs réponses à nos questions reflètent une situation positive et en amélioration. Effectivement et contrairement aux idées reçues, le mariage est une question de choix et les jeunes filles ne doivent se marier qu’à 20 ans dans le cadre d’un mariage civil et/ou religieux.

De plus l’Etat a pris des mesures contre l’excision, tradition qui fut pendant longtemps pratiquée.

Aujourd’hui les femmes ont le sentiment de disposer pleinement de leur corps, notamment avec les contraceptifs.

Cela les conduit à affirmer qu’elles sont égales aux hommes, en particulier grâce à l’émancipation féminine.

En parallèle, certains de leurs propos ont attiré notre attention.

Pour commencer les femmes occupent la place la plus importante de la famille : ce sont elles qui participent le plus à l’éducation et à l’épanouissement des enfants.

Cela laisse à penser que les pères sont peu impliqués dans ces tâches. En outre, les traditions encore très présentes dictent parfois la vie des individus et plus particulièrement des femmes.

Par exemple, selon les clans, les lois sont transgressées et le type de mariage et l’âge de la mariée ne sont pas respectés.

Pour finir, dans le cadre de notre échange inter-continental, un élément nous a particulièrement interpellées : la pratique de la polygamie.

La polygamie est dite une « bonne chose », elle est légale et uniquement masculine.

Nos correspondantes expliquent cela en invoquant des raisons pratiques et financières. Elles mettent en avant le fait que le nombre de garçons est minoritaire par rapport à celui des filles.

Cela reste choquant à nos yeux et peut même sembler contradictoire avec la vision égalitaire de la femme vis-à-vis des hommes.

Pour conclure, cet échange fut pour nous enrichissant d’un point de vue culturel et social. Il a été l’occasion d’une réflexion sur notre place dans la société, il est également important de s’intéresser à la place des femmes au-delà des frontières françaises dans l’espoir qu’un jour les femmes soient égales aux hommes à tous les niveaux et dans le monde entier.

Alice Hubert, Justine Tremerel, Léa Breger, Margotte Chassagne, Kim Michon et Maëva Sanchez

Cet article a été réalisé dans le cadre des cours d’EMC de N. Mergoux en collaboration avec C. Lecocq Hubert, professeur documentaliste.

 

 

Aimerions-nous être une femme au Burkina aujourd’hui ?

Carte-Burkina-Faso-1

 La femme au Burkina Faso, comme dans tous les pays voisins, est un pilier de la société africaine et pourtant force est de constater que sa condition n’est pas satisfaisante.

Si la répartition des tâches ménagères et les soins apportés aux enfants dans les pays européens restent encore source d’inégalité entre les hommes et les femmes, nous pouvons dire qu’elle est encore plus évidente au Burkina Faso. Quand 71% des femmes françaises prennent en charge les tâches domestiques c’est 90% des Burkinabé qui s’en occupent.

Grâce à notre correspondance avec des collégiens de l’Assomption,  nous avons pu mettre en évidence des différences et similitudes entre la gestion des tâches ménagères en France et au Burkina.

Le rôle des hommes comme il est décrit par les élèves du collège de l’Assomption est de faire le marché, de fendre le bois et parfois de faire la cuisine, on peut donc imaginer que le reste des tâches ménagères et le soin apporté aux enfants restent une mission féminine. Pour celles qui travaillent, elles doivent jongler au quotidien entre les obligations domestiques et les contraintes professionnelles et en cela c’est un point commun avec les Françaises qui sont nombreuses aussi à assumer des doubles journées.

Il nous est aussi rapporté que les enfants sans distinction de sexe sont familiarisés dès leur plus jeune âge aux différentes tâches ménagères. Toutefois on sait que l’accès à l’éducation n’est pas la règle pour les petites burkinabé, avec une population féminine sans instruction pour 90% d’entre elles, les petites filles étant d’une aide précieuse dans les tâches de la maison.

Nos correspondants ont évoqué les pénuries d’eau dont le Burkina Faso est atteint, si cela complique certainement la gestion des tâches ménagères, cela rallonge considérablement le temps de parcours moyen des femmes pour l’accès à l’eau, et la quantité d’eau minimum nécessaire à l’hygiène et à l’alimentation n’est pas toujours atteinte. Dans les régions rurales, les femmes peuvent parcourir plusieurs kilomètres pour ramener 20 à 30 litres d’eau sur la tête et ceci plusieurs fois par jour. Il est difficile pour nous occidentaux d’imaginer ce quotidien quand il nous suffit de tourner un robinet pour avoir de l’eau.

Quant aux moyens utilisés pour faire les tâches domestiques, ils nous sont décrits comme similaires aux nôtres. Il nous parait toutefois important de distinguer les différences que l’on peut trouver au sein d’une même population Burkinabé. Les conditions d’accès à l’eau et l’équipement ménager ne sont sûrement pas les mêmes à Ouagadougou que dans les régions rurales avoisinantes.

Le Burkina compte plus de 14 millions d’habitants dont 52% de femmes mais celles-ci sont peu représentées dans le monde politique et elles ne parviennent pas à faire changer les choses en profondeur.

Aujourd’hui au Burkina, force est de constater que les inégalités entre les hommes et les femmes sont encore d’actualité mais on sent depuis la dernière décennie une évolution de la condition de la femme qui permet d’espérer des jours meilleurs pour celles-ci.

Il sera donc peut-être plus enviable d’être une femme au Burkina Faso demain !

Jules Goulouand, Charles Chabloz, Baptiste Valentin, Léo Bernard, Edouard Rigal,et Lorenzo Chiaramonte

Cet article a été réalisé dans le cadre des cours d’EMC de N. Mergoux en collaboration avec C. Lecocq Hubert, professeur documentaliste.

LA FAIM DANS LE MONDE !

la faim dans le monde

3 millions d’animaux sont tués pour les besoins nutritifs des humains chaque jour. Chaque année, en moyenne 42kg de viande sont consommés par habitant dans le monde, en France, on atteint les 89 kg par habitants. Mais malgré cette énorme quantité de nourriture produite, toujours 2 millions d’individus sont touchés par la sous-nutrition dans le monde.

La question n’est pas : « Faut-il produire plus ? » mais, « Comment mieux répartir la nourriture dans le monde dans le but de réduire le taux de sous-nutrition ?

la faim dans le monde 3

La sous-nutrition est un état de manque important de nourriture en rapport à un apport alimentaire insuffisant pour combler les dépenses énergétiques journalières. Elle entraîne des carences nutritionnelles. Chez l’être humain, la sous-nutrition sur une longue durée entraîne des dommages conséquents qui peuvent entraîner à la mort. Chaque jour, trop d’hommes et de femmes à travers le monde peinent à offrir à leurs enfants un repas nutritif. Dans un monde où suffisamment de denrées alimentaires sont produites pour nourrir tout le monde, 815 millions de personnes, soit une personne sur neuf se couchent pourtant l’estomac vide chaque soir. Elles sont encore plus nombreuses, une sur trois, à souffrir d’une forme quelconque de sous-nutrition. L’ONU utilise le terme de « famine » lorsque l’indice de sous-alimentation se situe entre 20 et 40 % de la population totale et que dans le même temps le taux de mortalité dépasse les deux décès par jour pour 10 000 habitants. Nous pouvons constater que le nombre de personnes atteintes de sous-alimentation s’élève à 795 millions d’individus sur la période allant de 2014 à 2016, soit 216 millions de moins que de 1990 à 1992. Si des progrès contre la faim ont été pris en compte, le bouleversement de la sous-alimentation tue encore chaque année trois millions d’enfants de moins de cinq ans et entraîne retards et handicaps. Des progrès furent enregistrés au cours de ces dernières années, mais ils restent encore insuffisants pour éradiquer la faim dans le monde. La sous-nutrition en Afrique, en Asie ou encore en Amérique Latine, est encore très élevée et de nombreuses actions sont à mettre en place pour poursuivre la lutte contre la faim.

Il faut aider ces pauvres gens, nous qui en avons les moyens, nous qui avons le ventre plein. Si nous, les jeunes, nous commençons dès maintenant à aider les hommes en difficulté, nous sauverons également les générations futures. Pour cela, donnons un peu d’argent, un peu de notre temps, manifestons, signons des pétitions pour demander aux gouvernements du monde d’ offrir leurs excédents agricoles, qui coûtent cher à conserver, aux pays en difficulté. Ce qui permettrait de sauver des milliers voir même des millions de vie. Luttons ensemble, mes amis, parce que  » Manger à sa faim est le premier des droits de l’être humain  » et peut-être qu’un jour, nous pourrons vivre dans un monde meilleur !

Lyna Lamraoui, Agathe Lorin, Lilou Benoît, Jade Paingat et LouGuilbaud, seconde 4

Cet article a été écrit dans le cadre des cours d’éducation civique de N. Mergoux, en lien avec l’éducation au développement durable et avec l’aide des documentalistes.