Les éoliennes, la seule vraie solution ?

Les éoliennes 1

Nous avons visité le 29 mars, lors de notre sortie dans le massif des Monts de la Madeleine, le parc éolien de st-Nicolas-Des-Biefs ; il contient 7 éoliennes.

La durée de vie du parc est de 20 à 25 ans ! Plutôt pas mal non ?

La production énergétique du parc : 46.8 KW/h par an, soit la consommation de 55000 personnes par an (20.400 foyers).

Les éoliennes permettent d’éviter la consommation de 60.000 tonnes de CO2/an

L’éolien est une énergie renouvelable et propre, inépuisable et abondante. Le parc permet la création d’emplois, de croissance économique régionale et d’innovation technologique, il est source de développement local.

Il permet l’indépendance énergétique nationale et locale.

Le développement des énergies renouvelables s’inscrit dans une démarche de développement durable.

Les éoliennes 2

Cependant, nous pouvons constater que les éoliennes ont un impact négatif sur la biodiversité car

– le fonctionnement des pales augmente la mortalité des chauves-souris, des rapaces et des grands échassiers ;

– l’évitement des parcs éoliens par les oiseaux peut conduire à des échecs de reproduction ou à des décantonnements ;

– l’implantation au sol des éoliennes entraîne aussi la destruction de la biodiversité en raison de l’altération et de la dégradation des sites de reproduction et des aires de repos des espèces protégées.

Les éoliennes 3

Julien Allain et Achille Pluvinage, Seconde 7

Cet article a été écrit dans le cadre du projet « montagne » subventionnée par la Région Auvergne Rhône-Alpes La sortie, animée par l’association Madeleine Environnement, portait sur la biodiversité (SVT, C. Larcher) et le tourisme durable (EMC, N. Mergoux), en lien avec l’EDD (C. Lecocq Hubert).

 

Un écosystème particulier : la tourbière

Les particularités physiques et biologiques d’une tourbière

Le 1er février 2016, Valérie Suter de l’association Madeleine Environnement est intervenue auprès de notre classe. Sa conférence portait sur les tourbières.

Un écosystème particulier 1Un écosystème particulier1

 

Une tourbière est une zone humide, colonisée par la végétation, dont les conditions écologiques particulières ont permis la formation d’un sol constitué d’un dépôt de tourbe. La tourbe est un sol organique issue de la dégradation incomplète des végétaux dans un milieu saturé d’eau.

Du XIX ème au XX ème siècle, les tourbières étaient considérées comme des endroits lugubres associés au Diable. Mais aujourd’hui, ce sont juste des zones humides et rares qui se trouvent plus particulièrement en milieu montagnard, près des fleuves et des rivières. La tourbe se forme à partir d’un sel pauvre et acide avec une cuvette imperméable. L’eau ruisselle sur la montagne et s’infiltre dans la tourbière et grâce au climat humide et frais, la précipitation est supérieure à l’évaporation de la tourbière ce qui fait que la tourbière est toujours composée de beaucoup d’eau. La tourbe se forme à partir de plantes pionnières qui forment un radeau et par-dessus lesquelles la matière organique qui forme un tas de tourbe sèche au-dessus des plantes dans l’eau.

La tourbe est composée de plusieurs couches : les couches fossiles non renouvelables tel le pétrole, le charbon ; la tourbe brune, la tourbe blonde en partant d’en bas jusqu’en haut puis la couche de sphaignes tout en haut qui est vivante et renouvelable.

Les tourbières sont des zones importantes car elles gardent le carbone qu’elles enferment. Elles contiennent au moins 20 % de carbone qui peut s’accumuler sur plusieurs mètres d’épaisseurs au rythme moyen de 0.2 à 1 mm par an. Les sphaignes gardent quarante fois leur poids en eau. Il existe plusieurs types de tourbières : type soligène, topogène, limmogène ….

Malheureusement, plusieurs phénomènes menacent ces tourbières :

  • Les raisons naturelles : des végétaux envahissent la tourbière ;
  • les conditions hydriques : l’apport en eau diminue à cause du réchauffement climatique ;
  • les incendies : ils brûlent et font disparaître les tourbières ;
  • les éruptions volcaniques ;
  • le drainage de l’eau qui diminue la quantité d’eau ;
  • l’exploitation de la tourbe par l’homme ;
  • le piétinement du site lors des visites touristiques.

Toutes ces menaces augmentent la disparition partielle ou totale des tourbières. Il y a pourtant des intérêts à conserver ces tourbières :

  • l’intérêt pour l’environnement : réguler le débit d’eau, filtration de l’eau, puits à carbone ;
  • l’intérêt pour les animaux ;
  • l’intérêt touristique ;
  • Intérêt au niveau de la ressource.

Ces zones rares et humides sont utiles pour l’environnement, la faune et la flore et elles permettent aussi d’emprisonner le carbone dans la tourbe, ce qui diminue le réchauffement climatique, c’est pour cela qu’il faut les protéger.

Un écosystème particulier 2

Jehanne David, seconde 7

Cette conférence a été organisée dans le cadre des cours de SVT de C. Larcher en lien avec l’EDD (C. Lecocq-Hubert)

Les tourbières

Les tourbières

Une tourbière est une zone humide et acide, colonisée par la végétation, dont les conditions écologiques ont permis la formation d’un sol constitué d’un dépôt de tourbe. La tourbe est une matière spongieuse formée par la décomposition incomplète de débris de végétaux dans un milieu saturé en eau. La formation des tourbières commence lors de la fin de la période glacière.

Le maintien du développement des tourbières dépend du bilan hydrique qui doit être positif, donc le milieu doit être constamment inondé ou gorgé d’eau.

L’évapotranspiration (évaporation et rejet de l’eau dans l’air) doit être inférieure à la pluviométrie. Le sol doit être imperméable, limitant les pertes d’eau, il est donc rocheux ou argileux. La température doit être faible pour ralentir le processus de décomposition des végétaux qui est déjà très lent. La tourbière est composée de 80 % d’eau et de 20 % de carbone minéral tels que le potassium, le phosphore ou encore l’azote et est donc très riche en CO2. La formation de la tourbe est très lente, elle s’épaissit d’un millimètre par an.

Il existe plusieurs types de tourbières :

  • les tourbières soligènes qui sont alimentées par le ruissellement des eaux ;
  • les tourbières topogènes qui sont créées par les précipitations ;
  • les tourbières lummogènes qui sont des radeaux tremblants ;
  • les tourbières flumogènes qui sont inondées temporairement par un fleuve ;
  • les tourbières lummogènes ombrotrophes bombées qui sont encore en formation ;
  • les tourbières ombrogènes qui sont au dernier stade (déjà formées avec de la végétation par-dessus).

La faune et la flore des tourbières sont fragiles et rares. Les espèces que l’on trouve sont souvent endémiques à cause de sa biodiversité spécifique. Les végétaux qui y vivent sont souvent hydrophiles : de la mousse, en particularité de la sphaigne qui garde l’eau et qui rejette l’acidité, des canneberges plus connu sous le nom de cranberry en anglais, des linaigrettes, des bistortes qui sont très rare en France et des plantes carnivores qui se sont adaptées au sol acide en attirant les insectes avec du suc (ces dernières on souvent des feuilles en forme de rosette pour protéger du froid le bas de leur tige). Le réseau racinaire est aussi très important, la tourbe est donc dure et dense. Les tourbières sont des zones calmes où les animaux sont des vivipares (le lézard), des papillons (damier), des libellules (aeschene), la grenouille rousse, des oiseaux comme le Pipit de Farlouse ou encore des mammifères comme la loutre. La tourbière offre une étape importante pour la migration des oiseaux. La faune et la flore sont étroitement liées.

Si les tourbières venaient à disparaître ou que certaines des espèces disparaissent tout cet écosystème serait menacé (par exemple : si la bistorte disparaissait, les damiers (papillon) aussi.

Depuis 1971, la convention de Ramsa protège cet écosystème car celui-ci a longtemps représenté un endroit maléfique où le diable habitait et dont on ne soupçonnait pas l’intérêt. Des causes naturelles telles que les éruptions volcaniques, les incendies dus à la foudre ou encore l’assèchement du milieu, des causes artificielles : le surpâturage, l’exploitation de la tourbe, le drainage, la fréquentation touristique ou encore son utilisation comme décharge sont à l’origine des disparitions des tourbières. Heureusement en France cet environnement est maintenant protégé donc très peu menacé.

On a découvert avec le temps les nombreux intérêts aux tourbières :

La paléontologique : des être-vivants non décomposés, conservés par la tourbe.

L’environnement : la régulation des débits d’eau.

Les espèces nombreuses, rares et endémiques : une vraie ressource médicamenteuse pour l’industrie pharmaceutique.

On trouve en France des tourbières dans le Massif-Central, dans le Jura, dans les Alpes et dans les Pyrénées : au pied des montagnes là où il fait froid et où l’eau est en abondance.

 

Capucine Thiou, seconde 7

Cette conférence a été organisée dans le cadre des cours de SVT de C. Larcher en lien avec l’EDD (projet « montagne » de la Région)

Les PNR (parcs naturels régionaux)

Les parcs régionaux naturels
Le lundi 1 février 2016, Valérie Sauter, membre de l’association « Madeleine Environnement » est venue faire une conférence aux élèves de premières ES et L. Le thème portait sur les parcs naturels régionaux. L’objectif visait à nous montrer comment concilier la valorisation et la préservation des richesses naturelles, culturelles, paysagères et humaines de territoires ruraux d’exception.

Ces parcs régionaux, autrement appelés PNR, sont régis par la fédération des parcs nationaux et leur but est de faire en sorte que ces espaces exploitent leur potentiel touristique et économique tout en innovant et en expérimentant de nouvelles méthodes de gestion. Pour obtenir le statut de parc régional, un territoire rural doit, certes, présenter des atouts mais également promouvoir un projet intéressant défini dans une charte qui décline des missions adéquates sur le territoire. Il doit également posséder sa propre capacité de gestion du projet, c’est-à-dire, qu’il doit avoir des fonds qui lui sont propres.
Dans cette intervention, nous avons été sensibilisés sur l’enjeu du développement durable. Dans les PNR, le développement durable est mis en avant depuis 1993 avec de nouveaux aménagements et une favorisation de l’accueil. Dans la charte, la prise en compte du développement durable de ces parcs est une dimension primordiale et doit reposer sur des actions concrètes.
Il existe aujourd’hui 51 parcs (dont deux dans les départements d’outre-mer), ce qui correspond à 4836 communes et 4 millions d’habitants. La cohabitation de ces communes et de ces habitants dans les parcs met en avant le pilier social du développement durable. Dans ces parcs, 37% des zones naturelles sont des forêts (pilier environnemental) et 40% de cette surface sont des terres agricoles, ce qui est égal à 50 000 d’exploitations agricoles (pilier économique). Leurs missions principales consistent à protéger le patrimoine, à contribuer à la vie locale (créer des liens sociaux dans les villages), et également à encourager l’activité économique (certains parcs fonctionnent avec la transmission de savoir-faire, notamment dans l’agriculture et l’artisanat), informer et sensibiliser « faire connaître pour mieux protéger » et enfin, expérimenter. En termes de budget, les PNR reçoivent des contributions publiques et privées en fonction du nombre d’habitants, de la part du ministère de l’environnement, de l’agriculture mais aussi de l’Europe et de la région. Les axes d’action de ces PNR sont : l’agriculture, la biodiversité, la culture, l’éducation et la participation citoyenne, l’énergie, la mixité sociale, le tourisme et l’économie.

Les parcs régionaux naturels 2

Les éco-déléguées de 1°LES2

Les parcs régionaux naturels (PNR) : outils de développement durable

Les PNR
Dans le prolongement d’une étude de cas conduite sur le Parc naturel du Pilat en géographie, les premières ES et L de Notre-Dame de Mongré ont assisté à une conférence tenue par Madame Valérie Sauter de l’association Madeleine Environnement dans le but de les sensibiliser à l’aménagement des zones protégées en France.

Définition et genèse des parcs naturels régionaux.

Tout d’abord, un parc régional naturel est un territoire rural délimité qui dispose en son sein d’un important patrimoine naturel et culturel. Ces territoires sont habités, il est donc nécessaire de préserver leurs richesses naturelles et humaines. Pour cela, de multiples actions existent : la prévention, la préservation, le fait de promouvoir les qualités du parc, et cela passe par le biais de labels. De plus, des organismes internationaux comme l’UNESCO jouent aussi un rôle de protecteur vis-à-vis de cette préservation.
En 1960, la DATAR(1), face à la périurbanisation et l’avancée du front urbain réfléchit à l’intérêt de préserver des zones naturelles en France. A la suite de cette réflexion, la journée de l’Urse-en-Provence, qui réunit en 1966 différents corps de métiers et spécialistes, est organisée pour réfléchir au maintien d’une activité économique dans les territoires ruraux tout en préservant leur environnement. C’est dans cette optique que sont créés les parcs régionaux par décret en 1967. De 1967 à 1976, on assiste à une véritable promotion de ces parcs naturels régionaux présentés comme étant d’abord des lieux récréatifs pour les citadins, mais aussi, des lieux de vie, de travail pour leurs habitants .A la suite de cette période, un volet économique se rajoute au volet du développement durable pour pouvoir dynamiser ces PNR. La notion d’éco-développeur fait son apparition. Elle repose sur une alliance entre les agriculteurs et le gouvernement. Cela débouchera finalement sur une réflexion au sujet de l’agronomie. Entre 1988 et 1997, les parcs régionaux deviennent des territoires de plus en plus importants. Des grands axes sont donc définis pour fixer des objectifs communs à tous les parcs :
•La préservation de la culture : il s’agit de promouvoir des lieux où la culture locale est très importante, cela passe par la préservation du patrimoine culturel.
•Le développement économique : dans le but de dynamiser les parcs.
•L’éducation à l’environnement : elle repose sur la sensibilisation des agents locaux pour assurer une meilleure préservation du patrimoine naturel.
•L’expérimentation et l’innovation : également utiles à la dynamisation de ces territoires pour ne pas les marginaliser et les inscrire dans une logique d’appartenance nationale.

De 1998 à 2007, la priorité est de limiter l’impact humain sur les PNR pour pouvoir mieux concilier économie et écologie sans toutefois sanctuariser ces territoires qui doivent rester des territoires de vie.

Mais comment obtenir le titre de parc régional naturel ?

Tout d’abord, cela doit émaner d’une demande collective et non individuelle. Ceci débute par une étude préalable pour savoir si le territoire en question correspond à tous les critères d’un PNR. Ensuite, un diagnostic territorial basé sur une charte est transmis au gouvernement. alors, il est demandé à la collectivité territoriale (qui formule la demande) d’apporter des modifications dans la charte dans le but de mieux se conformer aux attentes du gouvernement. Le territoire en question sera donc classé au titre de PNR. Néanmoins, chaque PNR a sa spécificité et est classé selon certains critères qui sont :
•La qualité et le caractère du patrimoine ;
•la qualité du projet proposé ;
•la capacité à répondre vis-à-vis de l’organisme de gestion pour conduire le projet à sa réussite.
Toutes ces initiatives se traduisent par la création de 51 parcs dont deux en DOMTOM ce qui équivaut à 15% du territoire français. De plus, ils abritent 4386 communes avec un total de 4 millions d’habitants. Au sein de ces parcs, sont recensés 2000 agents éco-responsables ainsi que 60 000 exploitations et 300 000 entreprises. Ces parcs sont donc bien des outils de développement durable car ils associent économie et écologie.

Le fonctionnement et la gouvernance d’un PNR

Des élus représentant les communes des territoires concernés par le PNR sont réunis au sein d’un syndicat mixte de gestion auquel sont associés des spécialistes, des scientifiques qui siègent dans des Commissions de travail. Ils travaillent tous en coopération afin de mettre en place des politiques territoriales qui permettront d’innover et d’investir dans les PNR.
Le syndicat mixte sert de figure exécutive pour prendre des décisions sur les politiques territoriales. Pour mener à bien ces politiques, il use d’un budget provenant de subventions européennes, du ministère de l’environnement, de contributions directes des membres du syndicat mixte et de partenariats privés.

Les parcs naturels régionaux permettent d’aménager et de gérer le territoire rural à partir d’une organisation basée sur la démocratie participative qui redonne du pouvoir à la société civile à l’échelle locale ; cela permet à chacun d’avoir un rôle à jouer et de prendre des décisions pour le développement du parc naturel régional en conformité avec les injonctions du développement durable.

Les PNR 2

Sarah Tourneur, Julien Grisoni, Sophie Rabourdin, première ES1
Cet article a été écrit dans le cadre des cours de géographie de Mme Dumas, en lien avec l’EDD

Les tourbières

Les tourbières1
Le lundi 4 mai, nous nous sommes rendus dans la commune de St Nicolas Des Biefs pour visiter la Tourbière de la Verrerie. Arrivés sur les lieux, nous avons rencontré mme Suter, spécialiste en tourbières au sein de l’association Madeleine Environnement. Elle nous a expliqué et fait analyser les caractéristiques physico-chimiques et la flore d’une tourbière.
Ce type de milieu est souvent localisé dans les milieux montagnards car ils sont humides et riches en courants d’eau douce et pauvres en oxygène. La tourbière de la Verrerie est située à 1164 mètres d’altitude et requiert plus de 1000 mm de précipitations par an.
A l’origine, une tourbière se forme sur un sol pauvre où des plantes pionnières forment un radeau et dont le pH est acide (généralement inférieur à 6,6). La matière organique s’accumule et bombe la tourbière d’un sol nommé la tourbe. La biocénose doit donc se modifier pour s’adapter aux nouvelles conditions. Le bilan hydrique doit être positif, c’est-à-dire qu’il doit y avoir plus d’eau qui rentre qu’il n’en sort. C’est pour cela qu’il est très facile de s’enfoncer dans la tourbe imbibée d’eau. Une tourbière ne peut exister sans eau.
Lors de notre visite, nous avons dû nous séparer en trois groupes afin d’analyser et explorer la composition de la tourbière. Cette dernière présente de nombreuses espèces végétales (sphaigne, linaigrette, herbes) dont certaines sont rares car elles remontent à la période glaciaire. Elle est composée aussi d’espèces animales telles que des grenouilles, des libellules ou des lézards. Cela forme la faune et la flore de type hydrophile.
Il existe plusieurs types de tourbières tels que soligène, topogène, limogène ou fluviogène. Celle de la Verrerie est ombrogène.
Les tourbières sont hélas menacées par la pollution et le réchauffement climatique qui entraînent la sécheresse, des glissements de terrains, des risques d’incendie ou encore l’extraction de la tourbe.

Les tourbières2
A la suite de cette sortie, le lundi 19 mai, mme Suter s’est rendue au lycée afin de nous apporter des informations supplémentaires sur les tourbières. Lors de cette conférence, nous avons alors appris qu’une tourbière présente un intérêt pour la médecine grâce à sa flore. C’est aussi une réserve de carbone et d’eau douce.

Les tourbières3
Pour conclure, une tourbière est un plateau préservé et humide, colonisé par la végétation présentant un réel intérêt mais hélas menacé par de nombreux facteurs.
Nous tenons à remercier mme Suter de nous avoir transmis ses connaissances sur les Tourbières mais aussi C. Larcher et N. Côte Collisson de nous avoir accompagnés durant cette sortie.

LAMOUR Marie et GEROUDET Anaïs, seconde 4
Ce travail a été réalisé en lien avec l’EDD et les cours de SVT de C. Larcher.