Une éco-campagne : les experts du papier

Les éco délégués du lycée – avec l’aide de leurs partenaires allemands et belges du programme ERASMUS + – ont participé au concours « Les experts du papier », organisé par l’Académie du Rhône en partenariat avec Eco folio. « Ce concours propose aux classes de s’engager en faveur du développement durable. Comment ? En créant une campagne de sensibilisation au tri et au recyclage des papiers à destination des autres élèves de l’Académie ».

Leur travail a abouti à un clip vidéo : « Kreativ Papier » ; il a été réalisé avec le soutien des professeures d’arts plastiques, des professeurs responsables du programme Erasmus + et des documentalistes.

Démarche engagée

Question de départ : Comment partager des valeurs et des pratiques éco citoyennes, à l’échelle européenne ?  Le thème de l’année : le recyclage du papier

Thématique et Support : ARTS PLASTIQUES ET PAPIER.

Dans le cadre du programme Erasmus +, les éco délégués du lycée et leurs partenaires allemands et belges ont trié et recyclé les papiers collectés pour créer et exposer des costumes et des objets, exposés ensuite au CDI.

robe Une éco-campagne 2.JPG

Une éco-campagne 1

En plus des photos, l’idée de filmer les objets créés permet de montrer les différentes étapes du travail, de la collecte des papiers à la réalisation, la musique agrémentant le tout.

Déroulement du projet

Dans un premier temps, Les éco délégués de Mongré ont organisé la collecte de papiers.

Ensuite, lors du séjour des correspondants à Mongré,  ils ont échangé en français, en allemand et en anglais sur leurs actions de développement durable au sein de leur établissement respectif sous forme de Speed – Dating.

Ils ont réfléchi et élaboré un projet commun.

Ils ont rencontré des créateurs d’objets d’art, réalisés à partir de matériaux recyclés, qui les ont aidés à imaginer leurs propres objets.

Réalisation

  • Création de panneaux sur le thème « Art et recyclage » ;
  • confection de costumes à partir de pages de bandes dessinées, de journaux à recycler et de papier cadeau utilisé pendant les fêtes de Noël ;
  • fabrication de cadres photos et autres objets sur le même principe ;
  • photos.

Évaluation

Forte implication et coopération des élèves, qui plus est dans des langues étrangères, lors des activités et des sorties.

Lors de l’exposition finale, les échanges entre professeurs et élèves ont permis de constater une prise de conscience des nombreuses possibilités de créations à partir de papiers recyclés, de l’importance des actions mises en œuvre, même isolées, et enfin de la nécessaire coopération européenne pour agir de manière globale sur l’environnement.

Résultats du concours

Suite au comité académique Education au Développement Durable, notre lycée vient a reçu le

1er   prix académique « Les experts du papier ».

Une cérémonie de remise des prix s’est déroulée le 9 juin en présence de Madame la Rectrice.

En récompense, les éco délégués du lycée vont participer à un atelier avec un artiste, en partenariat avec Ecofolio, et créer une fresque constituée d’origamis. L’idée est de faire émerger une image ou le mot en rapport avec le recyclage du papier et l’EDD en fonction du projet des élèves.
Elle sera visible par tous dans la grande salle d’étude du lycée !

 

Une classe citoyenne investie dans l’éco-mobilité.

 

Pour la première fois à Mongré, une classe citoyenne est née grâce à l’initiative de Julie DEPAGNEUX. L’année dernière, elle est passée dans toutes les classes de quatrième afin de nous en présenter les enjeux. Nous avons été séduits par les quatre projets de cette future classe, à savoir  :
– échange avec un établissement finlandais éco-responsable (Syk à Helsinski) ;

Une classe citoyenne investie
– organisation d’une dépollution de site dans le cadre d’une course d’orientation ;
– action solidaire dans le cadre d’une course destinée à récolter des fonds pour un enfant malade (Courir pour Enzo) ;
– travail sur l’éco-mobilité.
L’objectif étant de faire de nous des citoyens européens, solidaires et éco-responsables. C’est sur lettre de motivation que nous avons été sélectionnés pour faire partie de cette classe exceptionnelle.

A l’occasion de la COP 21 et de ses enjeux planétaires, notre professeur d’histoire-géographie, Joffrey. SPICA, nous a présenté le volet sur l’éco-mobilité s’inscrivant dans les cours de l’enseignement moral et civique (EMC), de la géographie et des mathématiques.
Notre mission consiste à établir un nouveau bilan carbone « transport » car le précédent, datant de 2010, n’était plus d’actualité. Il faut dire qu’à partir de la rentrée 2016, notre établissement proposera à toutes les familles une plateforme de covoiturage grâce à l’aide de la Région.
Premièrement, nous avons travaillé sur l’élaboration d’un nouveau questionnaire destiné à un échantillon d’élèves (une classe par niveau). L’aide de Bruno CORDIER, expert en éco-mobilité, nous a été précieuse. En effet, il était pour nous difficile de distinguer les bonnes des mauvaises questions.
Par exemple, au sein de la question « Selon, vous, quels seraient les facteurs qui empêcheraient le covoiturage ? », il nous a déconseillé d’évoquer, parmi les réponses possibles, les risques liés à l’assurance. En effet, ce sera à Mongré de rassurer les parents sur ce point dans sa future charte.
Ensuite, nous nous sommes réparti les échantillons d’élèves à sonder en leur expliquant, au préalable, le projet et en insistant sur la nécessité du covoiturage.
Covoiturer est un acte citoyen car il permet :
– de lutter contre le réchauffement climatique;
– de développer l’échange et la convivialité entre les utilisateurs;
– de réduire les coûts de déplacement des familles.

Tout ce travail s’inscrit bien dans la notion d’engagement du programme d’enseignement moral et civique. Il nous permet de développer le travail en équipe, l’autonomie, la prise de parole et l’écoute afin de développer notre conscience citoyenne, sociale et écologique.

Notre professeur de mathématiques, Lydie DURET, nous aidera à dépouiller les résultats afin d’obtenir de nouvelles statistiques. Ces données nous seront très précieuses dans la perspective d’une évaluation pour l’année prochaine.

Bruno CORDIER nous a expliqué que les familles étaient souvent très motivées à l’idée de covoiturer, mais que dans la pratique, une infime minorité changeait vraiment ses habitudes de déplacement.
C’est pourquoi nous prévoyons d’organiser une campagne de sensibilisation à destination de l’ensemble des élèves, familles et personnels de Mongré. L’objectif est de convaincre de la nécessité de covoiturer par la réalisation d’affiches (au CDI), l’écriture d’articles et la communication via les médiaux locaux.
Nous ne serons pas seuls car l’ensemble des éco-délégués du lycée travaillera également dans cette perspective.

La classe de 3ème1

Cet article a été écrit dans le cadre d’un travail interdisciplinaire, en lien avec l’EDD (coordonnée par Madame Lecocq-Hubert)

Un restaurant scolaire HQE

 

 

WP_20150909_13_50_08_Pro

La rénovation du restaurant de l’école et du collège est à replacer dans le cadre du projet global de l’établissement qui s’est engagé depuis une dizaine d’années dans une rénovation profonde et durable de l’infrastructure en s’inspirant de la démarche HQE (Haute qualité environnementale.  Les objectifs (14 cibles au total) concernent le confort des utilisateurs (élèves, enseignants et personnels) avec notamment l’aménagement progressif de l’accessibilité pour tous, une gestion efficace de l’énergie et des fluides, la mise en place d’outils de gestion domotique.

Cette rénovation s’inscrit dans une démarche collaborative de l’ensemble des acteurs internes et externes de l’établissement (parents ; chef d’établissement ; P. Dupuy, chef gérant Coralys ; direction technique co-animée par J.Y duché et V.Claire ; C. Gaillard, diététicienne…) avec le soutien financier du Conseil Général.

Le projet technique devait répondre aux exigences suivantes :

  • Améliorer l’accueil des élèves (vétusté importante des locaux)
  • Limiter le temps d’attente pour les élèves
  • Garantir un temps de repas minimum de 15 à 20 minutes (phénomène de satiété)
  • Proposer un repas traditionnel répondant aux normes diététiques et d’éducation au choix.

Les réponses techniques aux exigences du projet ont été élaborées sous l’angle de la sécurité et des cibles de la démarche  HQE dont voici quelques exemples :

  • Le choix des produits. Nous exigeons la présence de labels ou normes :

Le légume du plat chaud, les féculents, la compote, le pain au levain doivent avoir le label AB. Le mobilier scolaire possède le label « NF ENVIRONNEMENT »

  • La gestion des déchets d’activité

La mise en place du libre-service des élèves pour les entrées et de corbeilles à pain sur les tables ont permis une réduction de 30% de consommation de pain. En même temps, la consommation de  salades de légumes a augmenté. Les éco-délégués et la société Coralys ont organisé une journée 0 déchet le 16 octobre et comptent bien renouveler ces actions de sensibilisation contre le gaspillage alimentaire.

  • Le confort hygrothermique

Amélioration de la température ambiante et de sa régulation,  murs et plafonds isolés. Régulation du chauffage installée en réseau domotique assurant une température constante et agréable sans dépenses inutiles de kilowatt-heure.

  • L’isolation acoustique des locaux :

Mise en place d’une moquette au sol pour une absorption acoustique maximale. Traitement acoustique des murs.

  • Le confort visuel :

Equipement d’éclairages de type « leds » dont la lumière se rapproche de la lumière naturelle.    Remplacement des impostes pleines par des impostes vitrées pour plus de lumière dans une salle exposée au nord, élément très bénéfique pour les enfants déficients visuels.

  • La gestion de l’énergie :

Mise en place d’une détection de présence permettant de ne jamais laisser le restaurant éclairé sans présence humaine. Suppression de l’alimentation en gaz pour le chauffage : désormais l’établissement est chauffé à 100% par l’incinérateur de Villefranche-Sur-Saône, y compris la production d’eau chaude pour les cuisines. Ainsi Mongré est chauffé à plus de 99% par des énergies renouvelables (incinération d’ordures ménagères et chaudière à copeaux de bois).

En conclusion, nous pouvons dire que la rénovation de la cantine permet depuis la rentrée :

  • d’améliorer l’accueil de tous les élèves, qui attendent moins au profit d’un temps de repas conforme aux exigences sanitaires ;
  • d’accueillir des élèves à besoins spécifiques ;
  • d’insérer une rénovation dans le respect de la logique de construction d’origine par les pères jésuites (1850).

Cette cantine HQE a pu voir le jour grâce à Jean-Yves Duché, responsable technique.

 Vincent Caire, gestionnaire à Mongré

Une spirale d’herbes aromatiques

Une spirale d’herbes 4

Les éco-délégués volontaires du collège ont construit une spirale aromatique pour favoriser la biodiversité dans le parc de Mongré, en complément de l’hôtel à insectes dans l’oasis nature installé en 2012-13.

Historiquement …

Ce parterre surélevé en spirale fut inventé par les anglais pour créer des conditions nécessaires à l’introduction de plantes aromatiques dans leurs jardins et ainsi lutter contre le climat humide de l’île.

Quelques chiffres …

Un diamètre de 3m et une hauteur au centre de 80 cm environ, 2,5 t de pierres dorées, de la terre, du terreau et des plançons de fleurs et d’aromates.

Une spirale d’herbes

Une bonne situation …

Nous avons installé la spirale dans un endroit privilégié, le jardin potager. Nous avons laissé un espace suffisant pour circuler autour et nous avons veillé à la pente principale côté sud, ce qui crée différents microclimats de l’intérieur vers l’extérieur.

Une spirale d’herbes 1

Des plantes utiles …

Nous avons choisi des végétaux bien particuliers, soit par leurs qualités aromatiques soit par intérêt mellifère (nectar et pollen) pour coloniser la spirale. Mais où les planter ?
* en haut, la terre est plus sèche : lavande, hysope, sarriette, thym, romarin, fenouil… comme toutes les plantes méditerranéennes ;
* tout au long de la pente : pimprenelle, bourrache, millepertuis, origan, persil, oseille, angélique…
* au pied de la structure, la terre est humide et fraîche : aneth, basilic, ciboulette, menthe, mélisse…
Certaines plantes vivaces repousseront dans l’avenir, les autres, annuelles, devront être replantées.
Le mur en pierres devient un superbe biotope où de nombreux invertébrés (insectes, gastéropodes) et petits vertébrés tels que les lézards du parc de Mongré pourront s’installer comme à l’hôtel… à insectes !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Un trois étoiles, autant pour la flore que pour la faune, qui ravira les sens de tous les jardiniers en herbe ou expérimentés !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Brigitte Carpentier et Nathalie Chapel

Comment concilier le statut d’établissement écoresponsable et la gestion des travaux dans un bâtiment historique ?

 

Mongré s’inscrit depuis  environ 15 ans dans une démarche écoresponsable mais n’a obtenu que très récemment le label correspondant. Le bâtiment compte 26 000 m2 de locaux ; ils sont chauffés grâce à un système datant pour l’essentiel  des années 50 : 7605 m2 sont chauffés au fioul, 2304 m2 au gaz mais depuis 2011, les autres locaux sont chauffés par l’incinérateur de déchets de Villefranche.

Les murs ont 50 cm d’épaisseur et 75% des fenêtres ont été progressivement changées en doubles- vitrages. La puissance totale du chauffage est de 2 Mégawatts, dont 1,5 Mégawatt étaient chauffés encore du fioul il y a deux ans. Des isolations sont en cours sur les toitures et les entresols, de même que des vannes d’équilibrage sont en cours d’installation pour une meilleure régulation de la température entre le rez-de-chaussée et les étages. Les travaux engagés s’inscrivent dans le cadre de la démarche Haute-Qualité Environnementale (HQE) qui comprend  14 cibles pour trouver des réponses concrètes aux problèmes environnementaux.

Mongré essaie de respecter la cible 6 pour la gestion des déchets (tri des cartons, des papiers, des piles, de l’huile,…), ainsi que la cible 2 pour le choix des produits portant par exemple le label repéré par le sigle AB pour la restauration ou celui NF ENVIRONNEMENT pour le mobilier scolaire.  C’est la société SIMIRE de Mâcon qui fournit Mongré depuis 40 ans  pour l’équipement en chaises, tables à faible impact acoustique et qui ne comportent pas de colle nocive (COV) dans leur fabrication. Ainsi, les objectifs 9 et 10 sont-ils, eux aussi, respectés.  Ils concernent précisément le confort acoustique et visuel avec les normes ISO 9001, de la conception à la réalisation, ou encore, ISO 14001 ; c’est pour cela que de la moquette FLOTTEX a été installée dans le restaurant lycée.

Mongré respecte la cible 4 concernant l’énergie, avec une augmentation de l’éclairage LED, l’installation de minuteries, des rénovations de l’installation, ainsi que l’ajout de ballasts électroniques, pour une baisse de 25% de la consommation.  Ainsi, 3% du budget de l’établissement  est investi dans l’énergie.

Pour conclure, nous constatons que Mongré fait des efforts concrets, réinvestit les économies réalisées pour financer de nouvelles tranches de travaux.  L’établissement  a un système de management non écrit à l’heure actuelle  mais qu’il conviendrait à terme d’envisager afin de pérenniser tout ce qui a déjà été accompli.

Mickaël Cartet, seconde 2

Politique pour l’environnement à Mongré (1950 élèves)

1- Économies d’énergie

Mongré s’est lancé depuis une dizaine d’année dans une politique d’investissements pour économiser l’énergie (surface utile du bâtiment 13 000 m2) :

– Mise en place de 9 régulations-horaires différentes ;

– recours aux planchers chauffants (actuellement 900 m2) ;

– diversification des moyens de chauffage (gaz) ;

– changement des fenêtres (double vitrage) ;

– travaux d’isolation des conduites de chauffage, des plafonds et des murs.

 

Pour la consommation électrique :

– Suppression des éclairages halogènes ;

– remplacement des minuteries par de la détection de présence ;

– rénovation complète de l’installation électrique ;

– recours à l’éclairage de type « ballast électronique » depuis 2001 et l’éclairage « leds » depuis 2009.

Ces travaux nous ont permis, malgré des augmentations de coûts unitaires, de conserver un budget « fluides » stable en volume et en % du budget total de l’établissement.

Évolution en euros :

 

2- Tri des déchets :

– Depuis 2002  collecte de tous les cartons par l’association « Le Transit » ;

– mise en place du tri sélectif avec la CAVIL depuis 2002  (Bacs jaunes et verre) ;

– récupération du papier avec des bacs dans les classes + administratif puis collecte par « La Corbeille ;

à papier » pour recyclage depuis 2005 ;

– mise en place de récupérateurs de piles avec le Conseil général depuis 2003.

3 -Achats :

– Papier 100% recyclé pour tous les achats de papier à Mongré ;

– depuis 2005  le légume du plat chaud servi au restaurant scolaire (1100 repas/jour) est issu de l’agriculture biologique ;

– le mobilier scolaire possède le label NF ENVIRONNEMENT : Entreprise SIMIRE (Macon) et récemment RODET certifiée iso 14001 ;

– achats divers avec CAMIF certifiée iso 14001 ;

– acoustique :

* Les chaises des salles de classes sont fabriquées selon un système breveté (Lauréat du décibel d’or 8ème édition) avec une réduction de 10 db(A) par rapport à une chaise traditionnelle ;

* Traitement acoustique du nouveau restaurant des lycéens (300m2) avec notamment la mise en place d’une moquette FLOTEX classée ESA4 et ESA3 selon NRA200 (niveau élevé d’isolation phonique).

4 -Travaux :

Démarche HQE intégrée dans les travaux :

– Gestion des déchets de chantier ;

– gestion de l’énergie ;

– intégration des notions de qualité acoustique et de qualité de l’air pour l’accueil des élèves.

5 -Objectifs :

– Valider ce travail par une certification ISO ou NF qui permettra la pérennisation et le développement de nos actions pour préserver l’environnement ;

– étudier la mise en place de covoiturage pour les familles ;

– connexion au réseau de chaleur de Villefranche s/s

– sensibiliser les élèves et le personnel par des actions.

Vincent CLAIRE, gestionnaire de Mongré.

A Mongré, que de changements !

Le jeudi 3 Novembre, les éco-délégués du lycée se sont réunis en présence de Vincent Claire, gestionnaire à Mongré et de Thierry Manceau de l’association HESPUL afin de  recevoir une formation sur l’écologie.

M. Claire a tout d’abord présenté les actions effectuées par Mongré dans le cadre de la démarche HQE. Cette démarche Haute Qualité Environnementale a 14 objectifs, qui ont pour but le développement écologique et sanitaire des infrastructures, ainsi que la sauvegarde du milieu. Depuis 2002 Mongré s’engage aux côtés de nombreuses associations pour la collecte de cartons, de piles, de papier ou encore de matériel électronique.

Ensuite les éco-délégués, sous l’impulsion de l’intervenant ont réagi par groupes sur des questions en rapport avec les transports. Ces réflexions ont abouti à un échange très enrichissant pour les élèves.

T. Manceau a sensibilisé les éco-délégués à l’écologie par rapport aux transports. Ce thème est d’ailleurs l’axe d’efforts des éco-délégués cette année.

A l’image de tout ce qui à été fait à Mongré depuis 2002, les éco-délégués et l’équipe pédagogique agissent en faveur de l’environnement.

Le tri sélectif en association avec la CAVIL ou encore le recyclage des déchets électroniques en 2009 sont autant de gestes quotidiens qui concrétisent la démarche écologique de Mongré.

De plus, des applications écologiques sont visibles au quotidien :

  • L’arrivée progressive des aliments certifiés AB à la cantine (pain biologique au levain, légumes et féculents) ;
  • l’achat d’un mobilier scolaire fabriqué selon les normes NF (les chaises, récompensées par leur silence avec le décibel d’or en 2002) ;
  • la rénovation des installations électroniques avec l’installation de LEDs en 2009 ;
  • le raccordement du système de chauffage à la centrale d’incinération des déchets de Villefranche (arrêt des 6 chaudières au fioul de Mongré).

Mais tout cela ne suffit pas et nous devons continuer dans cette voie.

Notre prochain chantier sera la mise en place du covoiturage et une politique de sensibilisation à l’utilisation des transports en commun.

Selon l’HESPUL, le bus ne rejette que 25 grammes de Co2 /Km/par personne contre  60 pour l’utilisation d’une voiture.

Il faut donc persévérer et instaurer des projets durables pour réduire l’émission de CO2 !

PRAT François-Guillaume  TS3