Protéger, prévenir et respecter.

Protéger, prévenir et respecter.1 

Le 14 novembre dernier, à Mongré a eu lieu la traditionnelle demi-journée de formation des lycéens éco-délégués. Cette formation s’inscrit dans la volonté de sensibiliser les élèves sur les différentes priorités d’un établissement éco-responsable  engagé dans une démarche HQE (Haute Qualité Environnementale). Afin que cette formation soit la plus complète, la Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature (FRAPNA) était présente dans les murs de Mongré. Ainsi, Aurélie, intervenante de l’association a pu nous dresser un portrait des principaux enjeux environnementaux de notre région.

Qu’est-ce donc qu’un environnement ?

L’environnement ne se limite pas à notre cadre de vie ou à la nature comme on peut le penser mais se définit également par notre cadre de vie, des éléments objectifs (tels que le temps) ou subjectifs  (tels que les sentiments), par le contexte social et psychologique ou encore, par les éléments abiotiques (non vivants) et biotiques (vivants) qui nous entourent. Autant vous dire qu’il est nécessaire de le préserver car cela nous affecte directement.

AIR

Protéger, prévenir et respecter.2

Aurélie, intervenante de l’association,  nous a exposé dans premier temps le thème de la qualité de l’air dans la région Rhône-Alpes. Saviez vous que notre région est connue pour être la championne de France  dans les émissions de CO2 et la seconde à être exposée aux nuisances sonores ainsi qu’à  la prolifération de l’ambroisie. ? Les principaux polluants étant le monoxyde d’azote et le dioxyde de soufre, ces émissions représentent donc un grave problème de santé publique car cette pollution de l’air touche plus particulièrement les personnes fragiles telles que les enfants et les femmes enceintes.

On observe que l’air est plus pollué à l’intérieur  de nos habitats qu’à l’extérieur en raison des meubles contenant divers produits chimiques (colles, résines, produits d’entretien, etc.). Les personnes deviennent alors plus sujettes aux allergies et à l’asthme. De plus, il est important de bien entretenir nos ventilations ainsi que nos systèmes de chauffage surtout en hiver afin de conserver un air sain pour notre intérieur. La pollution de l’air dans les villes est aussi un problème majeur et des solutions existent telles que le covoiturage, l’utilisation des transports en commun ou dits « doux » (vélo, marche à pied, etc.) afin de réduire la mise en circulation de véhicules.

  EAU

Après le thème de l’air, nous avons abordé  la question de l’eau. En effet, la qualité de l’eau dans le Beaujolais n’est pas des meilleures. Nous avons appris que, dans le classement des eaux les moins bonnes de France, la CAVIL (Communauté d’Agglomération de Villefranche-sur-Saône) arrive dans les premières places.

Protéger, prévenir et respecter.2

Cette mauvaise qualité de l’eau est due aux nombreuses exploitations viticoles et sites industriels chimiques. Les rejets de ces activités se retrouvent dans l’eau, ce qui  la détériore profondément.  On retrouve  ainsi  la présence de pesticides et autres produits chimiques dans les réserves d’eau en plus des traces de médicaments qui échappent aux filtres. Le tout cumulé provoque un « effet cocktail » (mélange de plusieurs produits chimiques) qui constitue un réel risque pour les personnes fragiles.

Pour lutter contre cela, il est nécessaire d’adopter une démarche locale pour inciter les utilisateurs de ces produits à réduire leur usage et limiter leurs rejets.

ONDES

antenne relais

A peine, avons-nous fini de comprendre les risques et les conséquences de nos modes de vies sur l’environnement qu’apparait un nouveau risque jusqu’ alors insoupçonné car invisible à nos yeux et pourtant tout autour de nous, ce sont les ondes. Dans la dernière partie de son intervention, Aurélie nous a fait comprendre que, de nos jours, les ondes étaient présentes partout même dans les campagnes reculées.0r, que savons-nous sur les conséquences à long terme de ces ondes sur notre corps ? Malheureusement, les études faites à ce sujet concluent sur des « risques soupçonnés » mais non suffisants pour interdire cela par principe de précaution.

Il est donc nécessaire de faire des recherches pour comprendre, évaluer les risques réels auxquels nous sommes exposés pour agir de façon  responsable afin de préserver non seulement notre environnement mais également notre capital santé.

Remi Demir TES1, Lucie Karam TES1

Quels sont les dangers du téléphone mobile ?

De nos jours, la majorité des gens utilisent des téléphones portables mais seulement une minorité en connait les risques.

La plupart des nouvelles technologies comme les téléphones portables ou les ordinateurs émettent des charges électriques qui vibrent et qui sont liées au voltage : ce sont les champs électromagnétiques. Les champs électromagnétiques émis en grande quantité peuvent être nuisibles à l’homme. Les normes étant souples en France, nous sommes d’autant plus exposés à des risques élevés.

L’exposition élevée et régulière à ces champs peut provoquer de graves troubles comme le stress cellulaire, des pathologies cancéreuses, l’affaiblissement du système immunitaire, des leucémies, des troubles du comportement, des problèmes cardio-vasculaires, des avortements spontanés, des cassures d’ADN ou encore des problèmes neurologiques. Certains de ces troubles sont même irréversibles. Afin de limiter ces risques, certaines précautions peuvent être prises et le CRIIREM (Centre de Recherche et d’Information Indépendante sur les Rayonnements Electromagnétiques) en a publié une liste dont voici un extrait :

–           Pas de téléphone mobile pour les moins de 15 ans. Plus l’exposition est précoce, plus les doses de rayonnement accumulées sont importantes.

–          Il est officiellement recommandé de ne jamais approcher d’une femme enceinte un téléphone mobile en fonctionnement.

–          Ne pas porter de téléphone à hauteur de son cœur ou contre l’aisselle, la hanche ou près des parties génitales.

–          Limiter le nombre et la durée des appels.

–          Ne pas téléphoner en vous déplaçant, ni en train, ni en voiture, ni en bus, ni à pied, ni à cheval, ni à vélo, ni en bateau, ni en patinette, ni en roller etc.

–          La nuit, ne jamais conserver un téléphone mobile allumé ou en recharge à moins de 50 cm de votre tête.

Maintenant vous saurez  quels risques vous courez en vous exposant trop longuement aux champs électromagnétiques des téléphones mobiles et vous pourrez suivre ces quelques mesures simples.

Clara ERARD et Ariane LE ROUX 2.2

Ce travail a été réalisé en lien avec les cours de physique  (Mme Castellon) et de SVT (Mme Berger) et en partenariat avec les documentalistes.

Les champs électromagnétiques


Il existe trois sortes de champs :

Le champ électrique, créé par les charges qui vibrent, il peut être facilement atténué par la distance des protections ou des murs.

Le champ magnétique, créé dès qu’il y a un déplacement de charges électriques, il est lié à l’intensité et donc très difficile  à atténuer.

Le champ électromagnétique, est la combinaison des deux.

Savez-vous que nous vivons entourés de champs électromagnétiques ? Il existe des champs électromagnétiques naturels. Il y  en a dans le cosmos (infrarouges et ultra-violets) et sur la terre (champ magnétique terrestre, orages). Ils sont invisibles, inaudibles, inodores mais pourtant tellement utiles à l’homme et aux animaux (communication des dauphins, chauves-souris, abeilles.)

Mais qu’en est-il des champs électromagnétiques artificiels ? Savons-nous réellement quel est leur impact biologique ?

Certaines inventions humaines sont à l’origine de nombreuses « pollutions électromagnétiques », par exemple les lignes à haute tension, les moniteurs d’ordinateur, les fours à induction, les TV et radios FM&AM ou encore les téléphones mobiles qui utilisent une cellule avec 8 utilisateurs sur le même canal, chaque utilisateur se voit donc assigner 1/8ème  du temps (soit 217 saccades par seconde).

Nous perturbons les abeilles avec nos téléphones portables car la technologie mobile utilise des bandes de fréquences porteuses qui sont « utilisées » par les abeilles notamment pour indiquer la localisation de la nourriture !

Enfin, quels sont les effets des C.E.M sur l’organisme humain ?

Les quelques études qui ont été effectuées sur le sujet ont été financées par les opérateurs et cela suscite des doutes sur la fiabilité des résultats. Pourtant, il est très difficile de financer des études indépendantes qui seraient plus crédibles…

Dans tous les cas, 1500 études ont montré les multiples risques de maladie provoqués par les C.E.M et parmi ces résultats, quelques uns sont alarmants :

L’exposition à des champs électromagnétiques provoque des effets sur les gènes et sur l’expression des protéines, mais aussi des ruptures simples ou doubles des brins d’ADN. Cela peut aussi déclencher des processus de développement de cancers infantiles (types leucémie) ou de cancers du sein. De nombreuses études (Eger& al ; Oberfeld & al) indiquent que « la proportion de cas de cancers est significativement plus élevée pour des personnes qui ont vécu à moins de 400m d’antennes relais de téléphone » augmentant ainsi le risque de cancer par 4.

Concernant les fours à micro-ondes une étude sérieuse menée par C. Monnet et P. Le Ruz-intitulée « le syndrome des micro-ondes » détermine 3 phases de réaction corporelle :

La 1ère phase correspond à un stress biologique ;

la 2ème phase correspond à une phase de résistance de l’organisme qui dure plus ou moins longtemps selon la durée de l’exposition ;

la 3ème correspond à la maladie (anorexie, nausées, dépression, tachycardie, insomnie, eczéma etc.) l’organisme étant épuisé…

En conclusion, nous pouvons nous inquiéter de ces découvertes mais il est possible de limiter l’impact de ces ondes sur notre santé en adoptant certaines précautions. Prenons garde à ne pas trop nous exposer aux lignes haute-tension, aux antennes relais (parfois bien camouflées),  à la wifi, aux lampes fluo-compactes, et également aux bases des téléphones sans-fil (les rayonnements traversent les murs). De plus, parents, n’oubliez pas que le cerveau d’un enfant absorbe jusqu’à 50% de rayonnements en plus que celui d’un adulte.

COCHARD Dorian

Ce travail a été réalisé en lien avec les cours de physique  (Mme Castellon) et de SVT (Mme Berger) et en partenariat avec les documentalistes.