Aimerions-nous étudier au Burkina Faso ?

Aimerions-nous étudier

 L’accès à l’éducation au Burkina Faso favorise l’émancipation des femmes. D’ailleurs, depuis peu, la scolarité des jeunes filles est aussi importante que celle des garçons. Il y a 65% de taux de scolarisation en primaire pour les garçons contre 54,5% pour les filles. L’école est accessible aux enfants habitant en ville et à la campagne. Ainsi, le nombre scolarisé n’a cessé d’augmenter, ce qui montre une évolution des droits de la femme.

La parité filles/garçons semble être respectée, pourtant des indicateurs nous montrent que les garçons étudient plus que les filles.

La scolarité au Burkina Faso est accessible à tous, filles comme garçons, néanmoins dans le pays pour environ 60 000 étudiants on compte seulement 20 000 filles. Nous remarquons donc que la proportion des filles étudiantes atteint tout juste le tiers. De plus, le taux de scolarité est faible : en 2002-2003, celui des filles en primaire était de 38,2% contre 40,6% pour les garçons. Ceci s’explique par le fait que l’école n’est pas obligatoire, contrairement à la France. L’école est donc une chance pour eux. Au Burkina Faso, les études, de la maternelle au supérieur, sont payantes. Par exemple, dans la commune de Nouna, au Burkina Faso, l’année scolaire coûte 25 000 F.CFA ajouté à cela 5 000 F.CFA de frais de dossier… soit 45,7€ alors que le salaire moyen par mois est de 175€. Sachant que le taux de fécondité par femme, au Burkina, est estimé à plus de 5 enfants en 2015, que plus l’enfant fait des études, plus le coût est important et que, en plus de cela, les fournitures, les uniformes, etc. sont à payer. Le coût est donc très élevé pour une famille de classe moyenne. Par conséquent, le taux de scolarisation des filles baisse en fonction de la progression des études. En 2002-2003 par exemple, le taux de scolarité secondaire était de 13,8% pour les filles contre 17,3% pour les garçons.

Les élèves du Burkina Faso ont une longue journée de cours car ils commencent à 6h55 et terminent à 18h. Leurs journées sont rythmées par des heures de cours, de travaux de groupes mais aussi de ménage. Les élèves habitent soit à la campagne, soit en ville… Mais l’école étant une chance pour eux, ils acceptent de faire près d’une heure de trajet en bus, moto, voiture, à pied pour s’y rendre. Ensuite chacun peut s’engager dans des études supérieures mais tous, n’ont pas forcément les mêmes ambitions.

Dans le cadre de l’EMC, nous avons travaillé sur les droits des femmes au Burkina Faso. Toutes nos recherches ont abouti à un échange avec un établissement à Koudougou afin d’observer les différences entre notre culture et la leur. L’école avec laquelle nous échangeons au Burkina Faso favorise l’éducation des filles dont le nombre est neuf fois supérieur au nombre de garçons. C’est une avancée pour l’éducation des femmes. Des mesures sont mises en place afin d’inverser la tendance.

Aujourd’hui, des associations se créent afin de limiter les inégalités d’accès à l’éducation. Elles trouvent, per exemple des fonds et de la main-d’œuvre pour construire des écoles. Des démarches sont mises en place pour inciter les parents à envoyer leurs enfants, particulièrement les filles, à l’école. Au Burkina Faso, l’école n’a pas pour but de préparer les enfants à un métier. De plus, le travail est rare. Cependant, le développement d’un pays passe par l’éducation et donc par l’augmentation du nombre d’enfants scolarisés.

Un proverbe africain  dit : « Lorsque vous éduquez un homme vous éduquez un individu. Lorsque vous éduquez une femme vous éduquez une nation ou une famille ». Pourtant, hélas, malgré les évolutions depuis de nombreuses années, les mentalités évoluent peu et trop de femmes sont encore destinées à fonder une famille et non pas à travailler.

Aliénor Barthelet, Julian Bermudez, Anthony Montaya, Baptiste Gervais,  Zoé Nespoulos et Romane Solelhac

Cet article a été réalisé dans le cadre des cours d’EMC de N. Mergoux en collaboration avec C. Lecocq Hubert, professeur documentaliste.

 

 

 

 

La femme dans la société burkinabé

Cette année, à Mongré, les 2°1 ont eu la chance de pouvoir échanger avec des élèves d’un collège burkinabé. En automne, nous leur avons envoyé des questions sur la place de la femme dans la société et au mois d’avril, nous avons enfin reçu leurs premières réponses. Il faut dire que là-bas la connexion à Internet est très fluctuante. Nous allons ici partager avec vous ce que nous avons appris sur le travail et l’emploi de la femme au Burkina Faso. Les femmes sont placées dans un contexte relativement compliqué, elles sont contraintes de respecter les traditions tout en ayant la forte volonté de se faire une place dans la société.

La femme dans la société

Auparavant, au Burkina Faso, beaucoup d’avantages étaient donnés aux hommes, en particulier dans le domaine du travail. Les femmes étaient en majorité contraintes de rester au foyer, et étaient très discriminées dans le domaine du recrutement, elles constituaient une très faible part des travailleurs. Les femmes étaient aussi moins encouragées à aller à l’école du fait que les parents privilégiaient les garçons pour en faire de futurs « chefs de familles », ce qui constituait aussi pour elles un manque de formation, et entrainait un taux encore plus faible de femmes employées.

Aussi, à cette époque, le peu de femmes qui travaillaient étaient réduites à certains métiers spécifiques, et quelque peu stéréotypés comme secrétaires ou nourrices, par exemple.

En effet, du fait des discriminations de genre, le nombre de femmes au foyer parmi la population totale de femmes burkinabé est majoritaire. Mais la femme ne se laisse aucunement faire. Effectivement, elle représente plus de 52% de la population totale burkinabé et, avec la mondialisation et les progrès qui en résultent, les femmes obtiennent peu à peu leur indépendance économique. Ainsi, on peut dorénavant voir des femmes auto-entrepreneurs ayant généralement un petit commerce. Les femmes sont maintenant mieux admises dans le monde du travail grâce à différents traités internationaux tels que la (CEDEF) Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes. Elle a été adoptée en 1979, elle occupe une place importante parmi les traités internationaux relatifs aux droits de la personne humaine (Source : https://lacedef.org).

En outre, on peut voir cette amélioration dans la scolarité car maintenant le nombre de filles est égal ou même supérieur à celui des garçons dans les écoles ; en effet, dans l’établissement de Ouagadougou, les filles sont estimées à 9 fois le nombre de garçons mais c’est une école privée de l’Assomption. Aussi, grâce aux études supérieures, les femmes peuvent prétendre, depuis peu, à des emplois plus valorisés.

En conclusion, nous pensons, que ces différents problèmes d’inégalité entre les hommes et les femmes évoqués dans cet article sont d’ordre culturel. Il faut donc, pour les résoudre, changer avant tout les mentalités et montrer à chacun la perspective d’un avenir meilleur. Cela rendrait plus efficace chaque action menée pour la cause des femmes.

Victor Mairot, Alexandre Chaboud, Gérald Bouchet et Thomas Bourcelot

Cet article a été réalisé dans le cadre des cours d’EMC de N. Mergoux en collaboration avec C. Lecocq Hubert, professeur documentaliste.